Plan accessibilité : Grenoble maintient le cap et met le paquet sur les écoles

sep article

EN BREF – C’est au sein de l’école Léon Jouhaux que la Ville de Grenoble a fait le point sur l’Ad’ap (Agenda d’accessibilité programmée). Un plan de 12 millions d’euros visant à rendre les bâtiments publics de la commune accessibles aux personnes handicapées. À commencer par les écoles et les équipements socioculturels.

 

 

Le nom de l’é­cole élé­men­taire Léon Jouhaux, écrit en noir sur fond blanc, s’af­fiche en grand dans la cour de l’é­ta­blis­se­ment gre­no­blois. Un pan­neau qui n’a l’air de rien, mais consti­tue déjà un pre­mier seuil d’ac­ces­si­bi­lité pour les per­sonnes atteintes de défi­cience visuelle ou, dans un autre registre, men­tale. Une tra­duc­tion concrète en somme de ce que repré­sente l’Ad’ap (Agenda d’ac­ces­si­bi­lité pro­gram­mée), adopté par la Ville de Grenoble en 2015.

 

Dévouement d'une élue ? C'est avec un pied immobilisé et en béquilles que Christine Garnier est venue parler d'accessibilité à l'école Léon Jouhaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

Dévouement d’une élue ? C’est avec un pied immo­bi­lisé et en béquilles que Christine Garnier est venue par­ler d’ac­ces­si­bi­lité à l’é­cole Léon Jouhaux © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

C’est donc à l’é­cole Léon Jouhaux que Christine Garnier nous don­nait ren­dez-vous pour faire le point sur les réa­li­sa­tions de la Ville depuis la mise en route de l’Ad’ap. La conseillère muni­ci­pale de Grenoble délé­guée à l’Accessibilité insiste en effet sur la prio­rité don­née aux enfants. « On s’est aperçu qu’il y avait beau­coup de retard sur les écoles et les équi­pe­ments socio­cul­tu­rels », explique-t-elle.

 

 

Une école accessible dans un rayon de 500 mètres

 

Les écoles nou­velles, telles Simone Lagrange, sont évi­dem­ment aux normes. Mais les écoles plus anciennes néces­sitent de nom­breux tra­vaux de mise en acces­si­bi­lité. Toutes ne seront pas concer­nées, pré­vient par ailleurs Christine Garnier. « L’objectif, c’est d’a­voir une école acces­sible dans un rayon de 500 mètres », pré­cise-t-elle, afin d’as­su­rer une prise en compte des enfants mais aussi des parents en situa­tion de han­di­cap.

 

École Léon Jouhaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

École Léon Jouhaux © Florent Mathieu – Place Gre’net

Cette ambi­tion s’ins­crit natu­rel­le­ment dans le cadre du Plan écoles de la Ville, notam­ment porté par le conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’École et au Patrimoine sco­laire Fabien Malbet. Mais en cohé­rence avec Grenoble-Alpes Métropole, en charge des com­pé­tences Voirie et Transports. Ceci afin d’as­su­rer une conti­nuité dans le par­cours d’ac­ces­si­bi­lité.

 

L’accessibilité, c’est sou­vent ce qui ne se voit pas. « L’espace acces­sible est dif­fi­cile à carac­té­ri­ser parce que cela consiste à enle­ver des obs­tacles », confirme Hervé Buissier, chargé de mis­sion Accessibilité pour la Métro. D’autres infra­struc­tures sont plus visibles, et c’est pré­ci­sé­ment le but. Ainsi, les bandes noires au bout de chaque marche d’es­ca­lier sont conçues spé­ci­fi­que­ment pour les per­sonnes mal­voyantes.

 

 

12 millions d’euros consacrés à l’accessibilité d’ici 2024

 

Après une pre­mière phase de “petits” tra­vaux en 2016, l’Ad’ap a pris son envol en 2017 et se pour­suit en 2018. Ce sont en tout 12 mil­lions d’eu­ros qui seront affec­tés à la mise en acces­si­bi­lité des bâti­ments publics. Environ 1,6 mil­lion sera consa­cré aux tra­vaux entre 2016 et 2018, et la Ville table sur une moyenne de 1,7 mil­lion d’eu­ros par an à par­tir de 2019. Étalé sur neuf ans, l’Ad’ap doit prendre fin en 2024.

 

Dans la cour de l'école Léon Jouhaux, Christine Garnier, Fabien Malbet et Catherine Renard, chef de service Accessibilité de la Ville de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Dans la cour de l’é­cole Léon Jouhaux, Christine Garnier, Fabien Malbet et Catherine Renard, chef de ser­vice Accessibilité de la Ville de Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si les écoles sont une prio­rité, l’en­semble du bâti public doit répondre aux normes défi­nis par la loi. Outre le groupe sco­laire Léon Jouhaux et l’é­cole élé­men­taire Les Genêts, 2017 a vu une mise en acces­si­bi­lité de deux théâtres (le 145 et le Théâtre de poche), le réamé­na­ge­ment du pre­mier étage du Conservatoire ou le trai­te­ment des rampes et esca­liers de la pis­cine Clos d’or.

 

Et Christine Garnier d’in­sis­ter : l’Ad’ap consti­tue le deuxième plus gros pro­jet d’in­ves­tis­se­ment de la Ville de Grenoble. Une manière de répondre aux nom­breuses cri­tiques de l’op­po­si­tion muni­ci­pale lors de l’a­dop­tion du plan, jugé insuf­fi­sam­ment ambi­tieux, voire irréa­li­sable. Nul doute que l’a­van­cée des tra­vaux sera sui­vie de près, en par­ti­cu­lier dans une ville comme Grenoble, his­to­ri­que­ment pion­nière en la matière.

 

 

Florent Mathieu

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2680 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour
    La poli­tique aujourd’­hui c’est tout un art sur­tout celui d’en­fiu­mer l’e­lec­teur.…
    Vous devriez don­ner les résul­tats de ces éta­blis­se­ments cela serait plus repré­sen­ta­tif .…faire deux trois pho­tos et une bonne parole cela ne suf­fit plus…
    Par contre faire par­tie d’un groupe EELV et tra­vailler dans des entre­prises les plus pol­luantes de Grenoble cela ne dérange per­sonne.….
    EN atten­dant lais­sons le couple Medias-Politique nous conter une ber­ceuse.…

    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article