L’Université Grenoble-Alpes et le comité des Alpes de rugby renouvellent leur convention sur le rugby féminin

sep article



FIL INFO – L’Université Grenoble-Alpes et le comité des Alpes de rugby ont signé le renouvellement de la convention du Centre universitaire de formation et d’entraînement rugby féminin, mardi 13 mars à l’Université Stendhal. Elle crée les conditions pour que les jeunes femmes puissent poursuivre à la fois études et pratique du rugby à haut niveau.

 

 

Elles sont treize étu­diantes spor­tives de haut niveau membres du Centre uni­ver­si­taire de for­ma­tion et d’entraînement (Cufe) rugby fémi­nin. La plu­part jouent au FCG Amazones, un club qui évo­lue actuel­le­ment en deuxième divi­sion. Et fera par­tie du Top 16, le nou­veau cham­pion­nat élite fémi­nin, la sai­son pro­chaine.

 

 

Installations sportives, accompagnement médical, logement…

 

Mardi 13 mars, la conven­tion, datant de 2012, qui liait l’Université Grenoble-Alpes (UGA) et le comité des Alpes de rugby a été renou­ve­lée à l’Université Stendhal, sur le domaine uni­ver­si­taire.

 

Yves Chenal, président du comité des Alpes de rugby, et Nicolas Lesca, vice-président en charge de la formation à l'Université Grenoble Alpes, ont renouvelé la convention portant sur le rugby féminin de haut niveau. © Laurent Genin

Yves Chenal, pré­sident du comité des Alpes de rugby, et Nicolas Lesca, vice-pré­sident en charge de la for­ma­tion à l’Université Grenoble-Alpes, ont renou­velé la conven­tion por­tant sur le rugby fémi­nin de haut niveau. © Laurent Genin

 

« Cette conven­tion per­met de mutua­li­ser des moyens entre les milieux spor­tif et uni­ver­si­taire pour créer les condi­tions opti­males de réa­li­sa­tion du double pro­jet sport et études de ces jeunes filles », résume Philippe Giroud, chargé de mis­sion sport de haut niveau à l’Université Grenoble-Alpes. Une struc­ture qui regroupe quatre éta­blis­se­ments : l’UGA, Grenoble INP, Sciences Po Grenoble et l’Ensag (École natio­nale supé­rieure d’architecture de Grenoble).

 

Toutes ces joueuses ne font pas des études en Staps (Sciences et tech­niques des acti­vi­tés phy­siques et spor­tives). Loin de là. Sciences du lan­gage, arts du spec­tacle, infor­ma­tion-com­mu­ni­ca­tion, droit, école d’infirmière… les for­ma­tions sui­vies sont variées.

 

 

Le rugby féminin en forte expansion

 

À tra­vers cette conven­tion, l’université met à dis­po­si­tion des joueuses des ins­tal­la­tions spor­tives, un accom­pa­gne­ment médi­cal et para­mé­di­cal et la pos­si­bi­lité d’accéder à des loge­ments. Le comité des Alpes, lui, délègue des cadres tech­niques qui viennent les entraî­ner.

 

Yves Chenal, président du comité des Alpes de rugby avec quelques étudiantes sportives (rugby) de haut niveau. © Laurent Genin

Yves Chenal avec quelques étu­diantes spor­tives (rugby) de haut niveau. © Laurent Genin

« Tout cela per­met d’augmenter la qua­lité et la quan­tité de l’entraînement, de mieux se coor­don­ner en termes d’activités quo­ti­diennes entre études et sport pour évi­ter une perte de temps et engen­drer de la fatigue. Cela crée aussi une sorte d’u­nité de lieu, le cam­pus, où une bonne par­tie du double pro­jet peut se réa­li­ser », explique Philippe Giroud.

 

« Cette conven­tion est impor­tante pour nous parce qu’elle consacre le haut niveau et le déve­lop­pe­ment du rugby fémi­nin », indique de son côté Yves Chenal, pré­sident du comité des Alpes de rugby.

 

Le rugby fémi­nin connaît en effet un fort déve­lop­pe­ment en France. Le comité des Alpes le constate. « Nous avons 16 000 licen­ciés au total, entre diri­geants et pra­ti­quants. La part des filles est de 8 %, mais le rugby fémi­nin pro­gresse de 5 % par an en moyenne alors qu’il y a une baisse chez les hommes. »

 

Laurent Genin

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2118 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.