Toujours en pleins travaux, le lycée Champollion inaugure son nouveau gymnase

sep article



FIL INFO – La Région, l’Éducation nationale et la Ville de Grenoble ont inauguré, mardi 6 mars, le nouveau gymnase du lycée Champollion, actuellement en travaux de restructuration. Mis en place à proximité de la salle de gymnastique rénovée, cet équipement crée un véritable « pôle sports » dont le coût s’élève à 6 millions d’euros.

 

 

C’est un véri­table « pôle sports » dont va pou­voir pro­fi­ter le lycée Champollion de Grenoble. Le nou­veau gym­nase a été inau­guré mardi 6 mars en pré­sence de la vice-pré­si­dente en charge des lycées de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Béatrice Berthoux, la direc­trice aca­dé­mique de l’Éducation natio­nale de l’Isère Viviane Henry et le maire de Grenoble Éric Piolle.

 

Éric Piolle, Béatrice Berthoux et Viviane Henry inaugurent le nouveau gymnase du lycée Champollion © Léa Raymond - Place Gre'net

Éric Piolle, Béatrice Berthoux et Viviane Henry inau­gu­rant le nou­veau gym­nase du lycée Champollion © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Ce nou­vel équi­pe­ment a été ins­tallé au plus près de la salle de gym­nas­tique réno­vée, située dans l’aile D du lycée Champollion. Et parce que le bâti­ment devait dis­po­ser de 7 mètres de hau­teur, il a été enfoui par­tiel­le­ment afin de mini­mi­ser son impact. Une opé­ra­tion dont le coût s’é­lève au total à 6 mil­lions d’eu­ros.

 

 

40 millions d’euros investis dans Champollion

 

Le chiffre est à mettre en rap­port avec l’in­ves­tis­se­ment réa­lisé par la Région pour la restruc­tu­ra­tion géné­rale du lycée Champollion. La créa­tion du nou­veau gym­nase consti­tuait en effet la pre­mière phase des tra­vaux, à laquelle s’a­jou­tait encore la restruc­tu­ra­tion de deux ailes d’in­ter­nat. Mais quatre autre phases sont encore en pré­pa­ra­tion.

 

Le nouveau gymnase du Lycée Champollion de Grenoble. © Léa Raymond - Place Gre'net

Le nou­veau gym­nase du Lycée Champollion de Grenoble. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

La phase 2, com­pre­nant la nou­velle cui­sine et les loge­ments, doit se ter­mi­ner d’ici la ren­trée pro­chaine. La fin de l’an­née 2018 verra, elle, la réa­li­sa­tion de la phase 3, qui concerne les nou­velles lave­ries, le self, les salles de res­tau­ra­tion et l’in­ter­nat. La phase 4 des tra­vaux sera alors consa­crée aux nou­velles salles de classe, à la salle poly­va­lente et au CDI. Enfin, la phase 5 per­met­tra la mise en acces­si­bi­lité de l’en­semble du site, pour une “livrai­son” pré­vue à la ren­trée 2019.

 

Les enjeux sont de taille : lycée his­to­rique de Grenoble, Champollion accueille près de 2 000 élèves et com­prend un pôle de 24 classes pré­pa­ra­toires aux grandes écoles. Débutés en 2016, les tra­vaux ont pour objec­tif de rendre l’é­ta­blis­se­ment acces­sible et de le mettre en confor­mité avec les normes actuelles. Une restruc­tu­ra­tion por­tant sur 20 000 m2, pour un coût de 40 mil­lions d’eu­ros.

 

 

FM

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3375 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ah ça les inau­gu­ra­tions, ils savent faire.
    Mais que vient donc faire E. Piolle dans cette affaire : les lycées, c’est la région , non ?

    sep article
    • E. Piolle est le maire de la ville où est implanté le Lycée Champollion. Pourquoi ne serait-il pas invité ? sur­tout que l’une des attri­bu­tions du maire est la « ges­tion d’é­qui­pe­ments spor­tifs et de loi­sirs » Et c’est bien de l’i­nau­gu­ra­tion d’un gym­nase dont il s’a­git. D’ailleurs, je me demande (je n’ai pas véri­fié) s’il ne doit pas être pré­sent si la rec­trice est là de même que la vice-pré­si­dente de la Région.

      sep article