Honnis hier par les écologistes, les Jeux olympiques se parent de toutes les vertus à Grenoble

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

DÉCRYPTAGE – Les Jeux olympiques se sont, à la faveur du cinquantenaire des JO de Grenoble, parés de toutes les vertus. Un mouvement à la fois populaire, festif et fédérateur. Honni hier par ceux qui le commémorent aujourd’hui, l’olympisme redore son blason dans la capitale du Dauphiné, à deux ans des prochaines échéances municipales. Pragmatisme ou opportunisme ? Une potentielle candidature de Grenoble à l’organisation des JO d’hiver fait déjà partie des premières propositions de candidats à la mairie de Grenoble…

 

 

Les fondeurs Maurice Manificat, Adrien Backscheider et Richard Jouve. © Laurent Genin

Les fondeurs Maurice Manificat, Adrien Backscheider et Richard Jouve reçus à Alpexpo © Laurent Genin

Cet hiver, Grenoble s’attache à rallumer la flamme olympique. Pour célébrer le cinquantenaire des Jeux de Grenoble de 1968, la capitale du Dauphiné a concocté un programme fourni, à la fois festif et populaire dont le point d’orgue aura été la réception des champions, lundi 26 février à Alpexpo.

 

Peu à redire sur ce point, même si certains peuvent regretter le peu d’animations au Village olympique, pourtant tout prédestiné, ou les tarifs d’entrée du gala de patinage…

 

Un programme dense, constructif et multi-partenarial aussi. Bref, on ne peut plus fédérateur. Les festivités se sont ainsi succédé et vont se poursuivre jusqu’en mars, à Grenoble mais aussi dans les stations du Vercors, à Chamrousse ou à l’Alpe d’Huez, là où furent disputées des épreuves il y a cinquante ans.

 

 

Le détail du budget dévolu aux festivités donné… plus tard

 

Autour de la piste, outre les collectivités directement concernées, tout un flot de partenaires. La Métropole de Grenoble y est allée de sa participation, en finançant à hauteur de 100 000 euros le spectacle de 230 000 euros du 6 février organisé dans le parc Mistral, 130 000 euros ayant été pris en charge par la ville. Le département de l’Isère* et la Région ont pour leur part aussi versé leur obole, 50 000 euros chacun pour l’organisation des Internationaux de patinage.

 

Départ de la course Lumineuse au Village Olympique, le 6 février 2018, en l'honneur de la célébration des 50 ans des Jeux Olympiques d'hiver de 1968. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Départ de la course Lumineuse au Village olympique, le 6 février 2018, en l’honneur de la célébration des 50 ans des Jeux olympiques d’hiver de 1968. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise est également de la fête, de même que l’Université Grenoble-Alpes. Sans compter les partenaires privés. Il y a les habitués. Comme Area (concessionnaire et maître d’ouvrage du projet de réaménagement de l’A480), Eiffage (la maison-mère d’Area) ou Poma (incontournable quand on parle du ski), déjà venus soutenir la Biennale des villes en transition.

 

Les médias aussi. Un peu toujours les mêmes. Outre les locaux et les officiels, partenaires tout désignés des Jeux (France Télévision, France 3 et France TV Sport), Le Point, déjà “partenaire” de la Biennale, a multiplié les reportages.

 

Les 50 ans au Palais des sports : pendant deux semaines, l’équipement a été transformé en patinoire éphémère. A quel prix ? Prière de patienter © Juliette Oriot

Comme pour la Biennale des villes en transition, nous nous sommes posé la question du budget dévolu par la Ville de Grenoble aux cinquante ans des JO sur lesquels elle a très largement communiqué.

Quoi de plus naturel en effet pour les Grenoblois que de savoir combien la Ville met sur la table et à quelle hauteur les différents partenaires abondent à l’événement ? Voire, pourquoi pas, de savoir ce qu’ils y gagnent… Et donc ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2364 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Le jour du concert des JO 50 ans, étaient une catastrophe niveau bouchons dans la métropole, j’ai jamais vu ça

    sep article
  2. Ping : ANNIVERSAIRE des JO : E.PIOLLE REFUSE D’AVOUER LES CHIFFRES – Grenoble Le Changement !

  3. Je ne crois pas que les écolos soient contre les JO en tant qu’épreuves sportives, mais contre le massacre de la nature, comme la déforestation, pour réaliser les équipements sportifs, piste de bob, tremplins divers et variés, etc
    Les JO de 1968 ont 50 ans, Piolle n’était pas né, il hérite d’une ville transformée, que devrait-il faire ? Perso, je trouve cet anniversaire sympa, ça ne veut pas dire que Grenoble postulera à nouveau pour les organiser ! loin de là …

    sep article
  4. « Ah non tant que nous serons là nous ne voudrons pas les jeux » dixit Eric PIOLLE sur FR3 le jour de l’anniversaire des jeux.
    Mais le même était le même après-midi à vanter les équipements, l’esprit solidaire, la magie du sport, et a laaargggeemmmment surfé sur la vague médiatique pour exister encore et encore.
    Je ne supporte plus ce manque de courage, ce manque de ligne, toujours pour profiter quand ça flatte l’image…Quelle déception.

    sep article
  5. Pour préciser aux lecteurs qui n’ont pas accès à la partie payante du site, qu’il n’ait nullement écrit dans l’article que la municipalité actuelle porte une candidature aux JO. Cette idée émane d’un élu régional, non membre d’un parti ou collectif de la majorité actuelle…

    Autre point, les écrits et propos des uns et des autres n’auraient-ils pas été aussi négatifs si la municipalité n’avait pas célébré cet événement ?…

    Il y a ceux qui causent, et ceux qui font. Merci à eux.

    sep article
  6. Ha!Ha! Ha! Ha! Mouhahahahahahahahahahaha!

    Une candidature de Grenoble aux JO d’hiver? Encore?
    On nous prend vraiment pour des buses.

    « The importance of being earnest » est le titre de la pièce d’Oscar Wilde, une comédie humaine triviale!

    On nous prend vraiment pour des buses: vite, il fait communiquer, il faut se faire voir! Les JO, c’est pratique. Et pendant ce temps là, on ne parle pas d’autre choses: sécurité, augmentation de la pollution, finances municipales etc.

    Des buses, on vous dit!

    sep article