Débat public du Collectif pour la gratuité des transports le 7 mars à Grenoble

sep article



FIL INFO – Le Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise organise un débat public sur l’opposition à l’élargissement de l’A480, l’extension des transports en commun et leur gratuité. Rendez-vous est donné le mercredi 7 mars à 19 heures à la Maison des associations de Grenoble.

 

 

Le Collectif pour la gra­tuité des trans­ports publics dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise* orga­nise un débat public à la Maison des asso­cia­tions de Grenoble, le mer­credi 7 mars à 19 heures. Les thèmes abor­dés au cours de la soi­rée seront : l’op­po­si­tion à l’é­lar­gis­se­ment de l’A480, l’ex­ten­sion jugée néces­saire des trans­ports en com­mun et la gra­tuité des trans­ports publics.

 

L'A480, bouchée à plusieurs heures de la journée. © Manuel Palvard - Place Gre'net

L’A480, bou­chée à plu­sieurs heures de la jour­née. © Manuel Palvard – Place Gre’net

 

Durant l’en­quête publique pré­cé­dant la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique de l’a­mé­na­ge­ment de l’A480 et de l’é­chan­geur du Rondeau, le Collectif a clai­re­ment mani­festé son oppo­si­tion à l’é­lar­gis­se­ment de la voie. « Tous les exemples d’élargissement de contour­ne­ments urbains abou­tissent, à très court terme, à de nou­velles satu­ra­tions », écrit-il ainsi.

 

Pour lui, cet amé­na­ge­ment de l’A480 « s’inscrit dans une adap­ta­tion à l’augmentation du tra­fic sans envi­sa­ger d’autres choix ». Et les mili­tants de plai­der pour « une réduc­tion mas­sive du tra­fic » et un « trans­fert modal vers le trans­port en com­mun » qui, seul, pour­rait répondre aux défis de la réduc­tion des embou­teillages ou d’une baisse de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique.

 

 

Une généralisation de la gratuité des transports en commun

 

Le trans­fert des voya­geurs vers les trans­ports en com­mun pré­sup­pose, juge le Collectif, « le déve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun, leur acces­si­bi­lité et l’incitation à les emprun­ter en ins­tau­rant la gra­tuité ». Une gra­tuité qui, selon lui, devrait être géné­ra­li­sée au niveau natio­nal, alors que plu­sieurs com­munes l’ap­pliquent déjà, telles Nyons, Castres, Niort ou Dunkerque.

 

Une gratuité des transports en commun à Grenoble ? © Léa Raymond - Place Gre'net

Une gra­tuité des trans­ports en com­mun à Grenoble ? © Léa Raymond – Place Gre’net

 

En 2014, la gra­tuité des trans­ports en com­mun pour les moins de 25 ans fai­sait d’ailleurs par­tie des enga­ge­ments de cam­pagne de l’é­quipe muni­ci­pale gre­no­bloise actuel­le­ment aux com­mandes. « Nous met­trons en place la gra­tuité de l’abonnement Tag et Métrovélo pour les jeunes de moins de 25 ans », pro­met­tait l’ar­ticle 25 du pro­jet.

 

 

FM

 

 

  • * Le Collectif pour la gra­tuité des trans­ports publics dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise compte pour membres une quin­zaine d’or­ga­ni­sa­tions asso­cia­tives, poli­tiques ou syn­di­cales. Parmi les­quelles la CGT, FSU, Solidaires et Solidaires étu­diants Isère, les syn­di­cats lycéens et étu­diants UNL et Unef, le PCF et le NPA (Nouveau parti anti­ca­pi­ta­liste), ou encore le mou­ve­ment Attac.

 

commentez lire les commentaires
3436 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : A480 : Réunion publique Mercredi 7 mars 2018 – Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

  2. Une ville et Métropole poluée car embou­teillages par­tout a cause de ceux qui s’opposent depuis tou­jours à la flui­di­fi­ca­tion des flux de cir­cu­la­tion, et qui au contraire les entravent, comme avec par exemple le fumeux CVCM, créant par la même tou­jours plus d’embouteillages et donc de pol­lu­tion!…

    sep article
  3. Et c’est reparti, on oppose tout.
    Les trans­ports en com­mun et l’élargissement de l’A480.
    Quand com­pren­drons nous que les deux sont néces­saires il en va de notre déve­lop­pe­ment éco­no­mique, on ne peut pas tous prendre un vélo ou un tram.
    Oui nous avons besoin de routes et d’accès digne d’une agglo dont l’aire urbaine atteint main­te­nant 700 000hts, pour la part j’ai décidé de rejoindre Lyon pro­fes­sion­nel­le­ment tel­le­ment cette situa­tion devient invi­vable pour mon sec­teur pro, cela étant je suis gre­no­blois de cœur et de rési­dence…
    Accorder trop d’influence à ces lob­bys éco­lo­gistes revient à ren­for­cer les luttes vis à vis des lob­bys de la route. Il y a eu une enquête publique autour de l’A480 res­pec­tons la…

    sep article
  4. Non, tous les élar­gis­se­ments de voies de contour­ne­ment n’a­bou­tissent pas à de nou­velles satu­ra­tions !
    Ce qui est concerné par l’A480 c’est le tra­fic de tran­sit, celui péné­trant dans l’ag­glo étant traité par l’é­chan­geur du Rondeau.

    L’intérêt est de flui­di­fier la cir­cu­la­tion afin de faire bais­ser la pol­lu­tion cau­sée par la cir­cu­la­tion de tran­sit. Et il est vrai que faire bais­ser la cir­cu­la­tion intra-métro­pole passe d’a­bord par de meilleurs TC – et non pas le vélo. Il ne faut pas tout mélan­ger.

    Au lieu de racon­ter des bêtises, ce col­lec­tif devrait lire cet excellent article de vul­ga­ri­sa­tion du CNRS sur le sujet.

    http://images.math.cnrs.fr/Le-prix-de-l-anarchie.html

    sep article
    • Bonjour Gam,
      Le tra­fic de tran­sit : quel tran­sit ? Si l’i­dée est de faci­li­ter le tra­fic de tran­sit vers une future auto­route A51 Grenoble Gap ou Grenoble Sisteron, c’est jus­te­ment ce dont nous ne vou­lons pas, ce serait une A6 bis avec un tra­fic de camions for­te­ment aug­menté.
      Mais en fait si vous lisez le dos­sier écrit par les pro­mo­teurs du pro­jet eux-mêmes, ils expliquent que la por­tion de l’A480 concer­née par l’é­lar­gis­se­ment est emprun­tée à une très forte pro­por­tion (au moins 70% de mémoire) par des dépla­ce­ments intra-métro­pole. Donc, comme vous le dites vous-même très bien, l’élé­ment majeur pour faire bais­ser cette cir­cu­la­tion (ce qui n’est aucu­ne­ment l’ob­jec­tif du pro­jet), c’est de déve­lop­per les trans­ports en com­mun. La gra­tuité serait un élé­ment impor­tant aussi. Mais je vous invite à venir en débattre le 7 Mars au débat que nous orga­ni­sons.
      Cordialement.

      sep article