Touché par une fermeture administrative de deux mois, le bar le Bauhaus lance une collecte en ligne

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Le bar Le Bauhaus, lieu iconoclaste situé rue Chenoise à Grenoble, a reçu une notification de fermeture administrative de deux mois suite à des nuisances sonores verbalisées en 2017. Une sanction jugée très lourde par l’établissement, qui considère qu’elle met en péril son activité et lance une collecte de soutien en ligne.

 

 

« Une bien lourde sanc­tion », juge Grégory Avril, le pro­prié­taire du Bauhaus. Mercredi 21 février, le bar situé rue Chenoise à Grenoble a reçu une noti­fi­ca­tion de fer­me­ture admi­nis­tra­tive d’une durée de deux mois, en lien avec des ver­ba­li­sa­tions sur­ve­nues en 2017. L’établissement avait en effet été sanc­tionné pour des nui­sances sonores.

 

Bar Le Bauhaus, rue Chenoise © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bar Le Bauhaus, rue Chenoise. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Ouvert en 2013, le Bauhaus entend être un lieu décalé, pro­mo­teur d’une « dif­fu­sion artis­tique alter­na­tive » dans un cadre très mar­qué par l’é­cole d’art alle­mande des années 20 du même nom. Le bar pro­pose des soi­rées musi­cales variées, des soi­rées élec­tro ou encore des expo­si­tions. Autant d’ac­ti­vi­tés per­met­tant de rece­voir des artistes locaux, voire natio­naux ou inter­na­tio­naux.

 

 

Une collecte en ligne pour soutenir l’établissement

 

« Malgré toute absence de plainte et d’in­ter­ven­tion de la police depuis sep­tembre 2017 », écrit le Bauhaus, la pré­fec­ture a donc ordonné une fer­me­ture jus­qu’au 21 avril. Une durée qui pour­rait être « fatale à la sur­vie du bar », selon son pro­prié­taire Grégory Avril. Qui espère encore pou­voir obte­nir une dimi­nu­tion en fai­sant valoir les « dis­po­si­tifs mis en place par le bar pour pal­lier ces nui­sances sonores ».

 

À l'intérieur du bar le Bauhaus © Bauhaus

À l’in­té­rieur du bar le Bauhaus © Bauhaus

 

Afin d’at­té­nuer les consé­quences finan­cières de cette fer­me­ture admi­nis­tra­tive, le bar a mis en ligne une col­lecte de sou­tien via le site de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif Kisskissbankbank. Objectif : obte­nir la somme de 4 000 euros au mini­mum, ce qui per­met­trait le main­tien de l’ac­ti­vité du lieu, et notam­ment l’or­ga­ni­sa­tion de ses évé­ne­ments gra­tuits. Une soi­rée de sou­tien est éga­le­ment envi­sa­gée.

FM

 

 

commentez lire les commentaires
4603 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Iconoclaste, c’est vite dit. Certains ico­no­clastes sont d’un convenu mor­tel…

    Attention : nous aimons bien les bars, les caf” conc” etc. et nous cra­chons jamais dans un verre !

    Mais une fer­me­ture admi­nis­tra­tive ne se décide pas à la légère et sur­tout pas sans motif.

    Est-ce bien légal qu’une entre­prise pri­vée, car oui, un bar, même asso­cia­tif, reste une entre­prise pri­vée, lance une col­lecte de fonds ?

    Non parce que fis­ca­le­ment, ça va coin­cer grave et faire appel aux dons sans contre­par­tie, c’est pas un peu réservé au sec­teur non-lucra­tif par hasard ?

    sep article