Pollution de l’air : les interdictions de circulation s’accélèrent et s’étendent à toute l’Isère

sep article

FOCUS – En Isère, le nouveau dispositif de gestion des épisodes de pollution de l’air se veut plus réactif. Les interdictions de circulation visant les véhicules considérés comme les plus polluants sont dès 2018 accélérées et élargies à l’ensemble du département. Un an après la mise en garde de la Commission européenne, les nouvelles mesures prises par la France peuvent-elles lui éviter d’être déferrée devant la Cour de justice de l’Union européenne ?

 

 

Pollution atmosphérique : limitation de vitesse sur la Rocade Sud de Grenoble

Pollution atmosphérique : limitation de vitesse sur la rocade Sud de Grenoble – © Véronique Serre

Coïncidence ? Alors que la Commission européenne vient de taper du poing sur la table et d’exiger de la France qu’elle lui soumette de nouvelles propositions pour lutter plus efficacement contre la pollution de l’air, Grenoble met le pied sur l’accélérateur.

 

Fin 2016, l’agglomération avait été la première, avec Paris, à expérimenter les vignettes auto Crit’air. Ces pastilles apposées sur les pare-brises permettent, lors des pics de pollution, d’interdire la circulation des véhicules considérés comme les plus polluants dans la cuvette grenobloise. Depuis, la vignette s’est généralisée en France. Une trentaine de villes l’a adoptée. « On a inventé un dispositif dont l’esprit est depuis devenu la réglementation nationale », se félicite le préfet de l’Isère.

 

 

Grenoble veut anticiper les pics de pollution

 

Un an plus tard, forte de son expérience et de quelques ratés, Grenoble passe une vitesse avec l’objectif d’être plus réactive et d’anticiper les pics de pollution pour réduire leur durée. Quitte à accélérer, voire rompre, la progressivité des mesures jusque-là mises en place.

 

Jusque-là, il fallait en effet attendre cinq jours de pollution consécutifs pour que soient interdits à la circulation les véhicules les plus polluants (Crit’air 4 et 5). Et sept jours d’affilée pour que cette interdiction soit étendue à un quart du parc roulant. Autant de temps pendant lequel la pollution, elle, avait toutes les chances de faire son chemin…

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette grenobloise : les interdictions de circulation s’accélèrent. ©Patricia Cerinsek

 

Ce temps de latence est désormais levé. Bref, à tout moment, le préfet associé à un comité d’experts* peut décider de mettre en place la circulation dite différenciée, en fonction des prévisions et mesures effectuées par Atmo, l’organisme chargé de surveiller la qualité de l’air dans l’agglomération.

 

Et personne ne devrait y couper. Jusque-là, les potentielles interdictions de circulation n’étaient effectives qu’à Grenoble et ses abords. Désormais, c’est partout dans l’Isère. Que vous circuliez dans les montagnes du Vercors ou le nord du département, vous courrez potentiellement le risque de vous voir barrer la route, avec amendes à la clé **, s’il s’avère que votre véhicule devait rester au garage ce jour-là.

 

Etiquette CRIT'Air, niveau 4, pollution, voiture © Chloé Ponset - Place Gre'net

© Chloé Ponset – Place Gre’net

Le dispositif a donc été revu et corrigé. Adapté aussi aux types de polluants (particules fines, dioxyde d’azote, ozone) comme aux bassins d’air (grenoblois, nord-Isère et zone alpine Isère). Au final, cela donne tout un long panel de mesures que le préfet peut désormais décliner à la carte. A l’automobiliste d’être un minimum attentif…

 

Car si ces mesures ont été harmonisées sur le territoire français avec l’abandon de la circulation alternée (les plaques d’immatriculation paires/impaires), elles se déclinent différemment selon les zones traversées au gré des spécificités géographiques et atmosphériques.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4356 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Convaincre la Commission en se moquant d’elle? Ca risque d’être un peu dur.

    Tout cela ne vise qu’à une chose, à la fois naïvement et pas arrogance: démontrer que l’Etat remplit son obligation de moyens afin d’éviter que sa responsabilité soit engagée. Ce qui ne fonctionner pas, car figurez vous que la simple procédure d’infraction suffit pour le simple citoyen lui saisie la CJUE, où la France sera condamnée!

    Oh les belles class-actions!

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2017/06/01/les-vignettes-critair-enfin-obligatoires-et-bien-non-elle-ne-se-sont-toujours-pas/

    sep article