Une fédération d’usagers critique à son tour les conditions de circulation des TER en Auvergne-Rhône-Alpes

sep article



FIL INFO – La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) critique à son tour la gestion des TER en région Auvergne-Rhône-Alpes. Et dénonce un manque de matériel roulant rendant parfois les conditions de voyage pénibles pour les usagers. Y compris sur des lignes particulièrement fréquentées.

 

 

Après le Collectif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes et Lezabonnésdutrain, grou­pe­ment d’u­sa­gers de la ligne Clelles-Grenoble, c’est au tour de la Fédération natio­nale des asso­cia­tions d’u­sa­gers des trans­ports (Fnaut) de cri­ti­quer sévè­re­ment, dans un com­mu­ni­qué, la ges­tion des lignes TER en région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

C'est au tour de la Fnaut, fédération d'associations d'usagers, de critiquer la gestion des TER par la SNCF comme la Région en Auvergne-Rhône-Alpes.Descente des passagers en gare de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Descente des pas­sa­gers en gare de Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Fédération décrit ainsi des trains dans les­quels « les usa­gers s’entassent et voyagent debout sur de longs tra­jets », et ceci jusque dans les cou­loirs. Lorsque les trains ne sont pas sim­ple­ment sup­pri­més et rem­pla­cés par des cars, jugés beau­coup plus lents. Autant de « condi­tions scan­da­leuses » de voyage que le texte attri­bue à un manque de maté­riel rou­lant.

 

 

Des trains estimés trop petits sur des lignes très fréquentées

 

La Fnaut prend ainsi pour exemple les lignes Lyon-Valence, Lyon-Grenoble ou encore Lyon-Saint-Étienne : des axes fer­ro­viaires très fré­quen­tés et des­ser­vis par des trains TER com­por­tant par­fois trois wagons au lieu de six. De quoi créer des « situa­tions pénibles » dont les pho­to­gra­phies cir­culent volon­tiers sur les réseaux sociaux, à l’i­mage d’autres lignes.

 

 

« Le tra­fic TER aug­mente, c’est sûre­ment une bonne chose pour lut­ter contre les encom­bre­ments rou­tiers et réduire la pol­lu­tion. Encore faut-il avoir suf­fi­sam­ment de trains ! », écrit la Fnaut, qui déplore l’ab­sence de com­mu­ni­ca­tion de la SNCF sur cette ques­tion et sus­pecte des défauts de main­te­nance.

 

 

La Région également mise en cause

 

La Fédération inter­pelle éga­le­ment le Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes, regret­tant qu’il ne fasse pas appel à d’autres conseils régio­naux pour se faire prê­ter des trains, comme le fait la région Île-de-France. Elle lui reproche éga­le­ment de ne pas avoir inclus cette pro­blé­ma­tique dans la conven­tion TER signée avec la SNCF en novembre 2017.

 

C'est au tour de la Fnaut, fédération d'associations d'usagers, de critiquer la gestion des TER par la SNCF comme la Région en Auvergne-Rhône-Alpes.Train en gare de Grenoble. © Léa Raymond - Place Gre'net

Train en gare de Grenoble. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Cette conven­tion, assor­tie « d’o­bli­ga­tions de résul­tats », entend en effet lut­ter contre les retards en garan­tis­sant « 90 % de trains à l’heure » et pré­voit des péna­li­tés finan­cières com­prises, selon les cas, entre 150 et 750 euros. Mais elle ne concerne que les retards ou les sup­pres­sions de train, et non les « trains trop petits », déplore la Fnaut.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2733 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : Petite revue de presse février…

  2. Je ne com­prends pas com­ment il peut man­quer des trains alors que la Région vient de faire l’ac­qui­si­tion de rames Regiolis et Regio 2N… à part un défaut de main­te­nance comme il est dit dans l’ar­ticle.

    On peut dire ce que l’on veut sur la SNCF (retards, pbs de com­mu­ni­ca­tion, etc), la poli­tique de trans­port régio­nal était l’une des rares qui fonc­tion­nait bien, avec pour consé­quence une forte aug­men­ta­tion du nombre d’u­sa­gers, ce qui fai­sait autant de voi­tures en moins sur les routes… Dommage.

    sep article
  3. Entre Wauquiez d’un côté et Piolle de l’autre il est tout sauf une sur­prise de voir le retard s’ac­cu­mu­ler sur le plan fer­ro­viaire autour de Grenoble.
    Aucun des deux ne réflé­chit dans l’in­té­rêt des uti­li­sa­teurs du ser­vice public de la SNCF. À oppo­ser TGV TER ne pas inté­grer les pro­blé­ma­tiques de bou­chons rou­tiers à l’en­trée de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, la poli­tique locale est illi­sible et incom­pré­hen­sible vue de Lyon et de Paris. Wauquiez peut sur­fer tran­quille­ment sur une vague, et Piolle peut tran­quille­ment uti­li­ser son vélo les autres usa­gers notam­ment comme moi du TGV arri­ve­ront tou­jours un peu plus en retard à Paris, ou res­tons debout des longues longues minutes sur au départ de Lyon pour ren­trer à Grenoble…
    Bel exemple de prag­ma­tisme politique…je trouve au final Ferrari beau­coup plus équi­li­bré sur ces ques­tions mais il est mal­heu­reu­se­ment inau­dible tel­le­ment les autres aiment le cli­vage.

    sep article
  4. Je fré­quente sou­vent valence lyon et confirme que de nom­breux trains sont très charges et ne com­porte depuis quelques temps que trois voi­tures au lieu de 6 avant

    sep article
  5. On ne peut pas finan­cer à la fois des camé­ras et por­tiques pour se pro­té­ger d’un éven­tuel ter­ro­riste, et mettre les moyens dans des trans­ports publics per­for­mants en même temps, sur­tout lors­qu’on veut réduire les dépenses. La poli­tique de Wauquiez va dans le mur, nous avons plus de chances de mou­rir de la pol­lu­tion due au tra­fic moto­risé que dans un atten­tat mais Monsieur reste borné. On appelle ça – comme diraient les oppo­sants à Piolle – le dog­ma­tisme…

    sep article