Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Une fédération d’usagers critique à son tour les conditions de circulation des TER en Auvergne-Rhône-Alpes

sep article

FIL INFO – La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) critique à son tour la gestion des TER en région Auvergne-Rhône-Alpes. Et dénonce un manque de matériel roulant rendant parfois les conditions de voyage pénibles pour les usagers. Y compris sur des lignes particulièrement fréquentées.

 

 

Après le Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes et Lezabonnésdutrain, groupement d’usagers de la ligne Clelles-Grenoble, c’est au tour de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) de critiquer sévèrement, dans un communiqué, la gestion des lignes TER en région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

C'est au tour de la Fnaut, fédération d'associations d'usagers, de critiquer la gestion des TER par la SNCF comme la Région en Auvergne-Rhône-Alpes.Descente des passagers en gare de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Descente des passagers en gare de Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Fédération décrit ainsi des trains dans lesquels « les usagers s’entassent et voyagent debout sur de longs trajets », et ceci jusque dans les couloirs. Lorsque les trains ne sont pas simplement supprimés et remplacés par des cars, jugés beaucoup plus lents. Autant de « conditions scandaleuses » de voyage que le texte attribue à un manque de matériel roulant.

 

 

Des trains estimés trop petits sur des lignes très fréquentées

 

La Fnaut prend ainsi pour exemple les lignes Lyon-Valence, Lyon-Grenoble ou encore Lyon-Saint-Étienne : des axes ferroviaires très fréquentés et desservis par des trains TER comportant parfois trois wagons au lieu de six. De quoi créer des « situations pénibles » dont les photographies circulent volontiers sur les réseaux sociaux, à l’image d’autres lignes.

 

 

« Le trafic TER augmente, c’est sûrement une bonne chose pour lutter contre les encombrements routiers et réduire la pollution. Encore faut-il avoir suffisamment de trains ! », écrit la Fnaut, qui déplore l’absence de communication de la SNCF sur cette question et suspecte des défauts de maintenance.

 

 

La Région également mise en cause

 

La Fédération interpelle également le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, regrettant qu’il ne fasse pas appel à d’autres conseils régionaux pour se faire prêter des trains, comme le fait la région Île-de-France. Elle lui reproche également de ne pas avoir inclus cette problématique dans la convention TER signée avec la SNCF en novembre 2017.

 

C'est au tour de la Fnaut, fédération d'associations d'usagers, de critiquer la gestion des TER par la SNCF comme la Région en Auvergne-Rhône-Alpes.Train en gare de Grenoble. © Léa Raymond - Place Gre'net

Train en gare de Grenoble. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Cette convention, assortie « d’obligations de résultats », entend en effet lutter contre les retards en garantissant « 90 % de trains à l’heure » et prévoit des pénalités financières comprises, selon les cas, entre 150 et 750 euros. Mais elle ne concerne que les retards ou les suppressions de train, et non les « trains trop petits », déplore la Fnaut.

 

FM

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
892 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Je ne comprends pas comment il peut manquer des trains alors que la Région vient de faire l’acquisition de rames Regiolis et Regio 2N… à part un défaut de maintenance comme il est dit dans l’article.

    On peut dire ce que l’on veut sur la SNCF (retards, pbs de communication, etc), la politique de transport régional était l’une des rares qui fonctionnait bien, avec pour conséquence une forte augmentation du nombre d’usagers, ce qui faisait autant de voitures en moins sur les routes… Dommage.

    sep article
  2. Entre Wauquiez d’un côté et Piolle de l’autre il est tout sauf une surprise de voir le retard s’accumuler sur le plan ferroviaire autour de Grenoble.
    Aucun des deux ne réfléchit dans l’intérêt des utilisateurs du service public de la SNCF. À opposer TGV TER ne pas intégrer les problématiques de bouchons routiers à l’entrée de l’agglomération grenobloise, la politique locale est illisible et incompréhensible vue de Lyon et de Paris. Wauquiez peut surfer tranquillement sur une vague, et Piolle peut tranquillement utiliser son vélo les autres usagers notamment comme moi du TGV arriveront toujours un peu plus en retard à Paris, ou restons debout des longues longues minutes sur au départ de Lyon pour rentrer à Grenoble…
    Bel exemple de pragmatisme politique…je trouve au final Ferrari beaucoup plus équilibré sur ces questions mais il est malheureusement inaudible tellement les autres aiment le clivage.

    sep article
  3. Je fréquente souvent valence lyon et confirme que de nombreux trains sont très charges et ne comporte depuis quelques temps que trois voitures au lieu de 6 avant

    sep article
  4. On ne peut pas financer à la fois des caméras et portiques pour se protéger d’un éventuel terroriste, et mettre les moyens dans des transports publics performants en même temps, surtout lorsqu’on veut réduire les dépenses. La politique de Wauquiez va dans le mur, nous avons plus de chances de mourir de la pollution due au trafic motorisé que dans un attentat mais Monsieur reste borné. On appelle ça – comme diraient les opposants à Piolle – le dogmatisme…

    sep article