Incendie du Lidl d’Eybens : trois maires de l’agglo demandent à l’État plus de moyens pour la police

sep article

FIL INFO – Suite à l’incendie, ce dimanche, du Lidl d’Eybens, la maire de la commune Francie Mégevand a cosigné un communiqué avec les maires de Grenoble et d’Échirolles Éric Piolle et Renzo Sulli. Les élus demandent plus de moyens financiers et humains pour la police grenobloise et la mise en place de la police de sécurité du quotidien.

 

 

Au lendemain de l’incendie probablement criminel ayant touché le magasin Lidl d’Eybens

dimanche 28 janvier, trois maires ont interpellé l’État et le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. La maire d’Eybens Francie Mégevand, le maire d’Échirolles Renzo Sulli et celui de Grenoble Éric Piolle demandent dans un communiqué plus de moyens pour les policiers.

 

Lidl Eybens, capture d'écran Google Maps © Google Inc.

Lidl Eybens, capture d’écran Google Maps © Google Inc.

 

Les dégradations commises contre le magasin ne sont en effet pas une première : incendie des véhicules d’Enedis, départs de flammes dans les gendarmeries de Grenoble puis de Meylan, destruction d’une partie de la Casemate… Si les trois maires condamnent « ces faits inadmissibles avec la plus grande fermeté », ils l’affirment : « La délinquance est un phénomène d’envergure métropolitaine, lequel dépasse largement les limites communales. »

 

 

Plus de moyens financiers et humains pour la police

 

« Aujourd’hui, de l’aveu même des propos du procureur de la République, notre territoire est insuffisamment doté pour faire face à ces enjeux métropolitains », écrivent encore les élus. Qui demandent donc à ce que l’État mette en place « une nouvelle stratégie de sécurité publique, avec des moyens humains et financiers renforcés » sur la zone de police de Grenoble.

 

Le premier étage de la Casemate détruit par les flammes © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Le premier étage de la Casemate détruit par les flammes © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Éric Piolle et Renzo Sulli rappellent également que les villes de Grenoble et d’Échirolles se sont portées volontaires pour accueillir la police de sécurité du quotidien. Une PSQ qui viendrait « conforter les efforts des forces de l’ordre, et [permettrait] de gagner en efficacité en termes de proximité, de prévention et d’enquête ». À ce jour, les communes sont toujours en attente d’une réponse de la part du ministère de l’Intérieur.

 

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2263 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Quand les élus de proximité vont-ils aussi assumer pleinement leur compétence de premier magistrat de leur commune ? Signal renvoyé avec la fin de la vidéosurveillance, silence radio de Piolle après les incendie d’EDF des gendarmeries, mais par contre contravention lourde en cas de défaut de stationnement, tout ça montre un clientélisme sous-jacent très malsain. Mme le Maire d’Eybens que j’appréciais par ailleurs jusqu’alors tombe elle aussi dans le trait facile demandons à l’Etat c’est plus facile de toujours renvoyer la balle à l’autre, même galère pour tous malheureusement.

    sep article
  2. sep article