Le Dal 38 et la Patate chaude taclent la politique « anti-sociale » de la Ville de Grenoble

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

FIL INFO – Pour mettre en place son dispositif d’équipe juridique mobile, la Ville de Grenoble a proposé aux collectifs Droit au logement 38 (Dal 38) et la Patate chaude de s’associer au projet. Dans une lettre au vitriol, les militants refusent la proposition, tout en accusant la Ville de mener une politique anti-sociale parsemée de « coups de pub ».

 

 

« Nous n’oublions pas tous les agissements indignes et inhumains de cette municipalité. » Cette sentence sans appel émane du Droit au logement 38 (Dal 38) et de la Patate chaude. Les deux collectifs répondent ainsi à la proposition de la Ville de Grenoble de participer à l’élaboration du projet d’“équipe juridique mobile”.

 

La Patate Chaude et le Dal 38 refusent de s'associer au projet d'“équipe juridique mobile” de la Ville de Grenoble pour cause de "politique anti-sociale".Yvon Sellier de la Patate chaude lors d'un rassemblement contre le mal-logement © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Yvon Sellier de la Patate chaude lors d’un rassemblement contre le mal-logement © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Présentées en décembre 2017 dans un Plan d’action pour l’accès aux droits et contre le non-recours, les équipes juridiques mobiles auraient ainsi pour objectif d’aller à la rencontre des personnes sans abris pour les informer de leurs droits. Notamment le droit à l’hébergement opposable (Daho) et le droit au logement opposable (Dalo).

 

 

« Coups bas et coups de pub »

 

Aux yeux du Dal 38, en lutte contre le mal-logement, comme de la Patate chaude, militant pour la cause des Roms, la Ville de Grenoble « met en place une politique anti-sociale » en expulsant, en coupant les fluides ou en participant au « harcèlement de personnes sans abris ». Des accusations déjà émises lorsque la municipalité vantait dans la presse nationale la mise en place de conventions temporaires d’occupation avec des SDF.

 

Expulsion du camp Valmy le 24 mai 2017. © Manuel Palvard - Place Gre'net

Expulsion du camp Valmy le 24 mai 2017. © Manuel Palvard – Place Gre’net

 

Dans un courrier adressé au maire de Grenoble Éric Piolle, les militants accusent : « Comme les municipalités précédentes, la mairie actuelle alterne ses coups bas et ses coups de pub. » Des coups bas ? Pêle-mêle, le courrier cite le bidonville évacué d’Esmonin, les expulsions des camps Valmy et Flaubert ou encore celle de la rue Léon-Blum. Si ces évacuations relèvent de la préfecture de l’Isère, les associations sur le terrain jugent volontiers la Ville complice.

 

 

« La vitrine est bien sale »

 

À la liste s’ajoute l’exemple du squat rue Jay, où l’électricité a été coupée quelques jours avant le début de la trêve hivernale pour cause de factures non payées. Ou encore la référence aux agents de la police municipale qui forceraient les personnes vivant sous des tentes dans les parcs à les démonter chaque matin, « qu’il vente, pleuve ou neige ». Bref, accusent les collectifs, « la vitrine de la première grande ville “écolo de gauche” est bien sale ».

 

Rassemblement des militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l'association des résidents du 10/20 Galerie de l'Arlequin, et du Droit au logement (DAL) 38, lundi 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Militants contre les démolitions à la Villeneuve, de l’association des résidents du 10/20 galerie de l’Arlequin et du Dal 38, le 6 novembre 2017, devant la mairie de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Filant la métaphore, les signataires de la lettre refusent de « jouer le jeu de la vitrine sociale de Grenoble ». Et expliquent pourquoi : demande d’être zone-test pour « la police “macronienne” de proximité », fermeture des bibliothèques de quartiers populaires, démolition du 10/20 galerie de l’Arlequin ou « politiques de gentrification qui précarisent les pauvres pour accueillir les ingénieurs »… Aucun doute, affirment les collectifs : « Les vitrines de cette ville ne sont pas sociales ».

 

Sans surprise, le Dal 38 et la Patate chaude refusent donc catégoriquement de s’asseoir autour d’une table pour travailler avec la municipalité grenobloise. « Si la mairie se veut sociale, qu’elle agisse sur ses propres pratiques », concluent-ils, réclamant une nouvelle fois la fin des expulsions, des coupures d’eau ou d’électricité ou des projets de « gentrification » de la ville.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3027 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. J’ajoute que si les signataires ne veulent pas de police de proximité qu’ils luttent eux-mêmes contre les trafics de drogues (autres que le cannabis que le maire veut dépénaliser), qu’ils trouvent les incendiaires du collège de la Villeneuve et de la Casemate et participent à la tranquillité de certains quartiers … disons … un peu chauds.
    Mais non, tels des Ponce Pilate, ils s’en lavent les mains.
    Comme disait notre ancêtre commun Boileau : « la critique est aisée mais l’art est difficile ».

    sep article
  2. Vous ne dites pas que la mairie vient de payer le fuel pour la chaudière du squat de la rue Jay ? que la mairie va passer des baux précaire avec les habitants des squats ?
    Bien sûr que la mairie peut en faire plus mais …
    Ca fait tellement bien de taper sur la mairie et pas sur le gouvernement via la préfecture et le conseil départemental qui laissent des milliers de gens dans la rue !!!!

    sep article