Airbnb reverse 550 000 euros aux stations de ski des Alpes et 43 000 euros à Grenoble

sep article



FIL INFO – Airbnb va reverser un demi-million d’euros aux stations de ski des Alpes et 43 000 euros à la Ville de Grenoble, correspondant à la taxe de séjour collectée par la plateforme de logements entre particuliers. Alors que le géant américain se déploie en France, les communes pourront alourdir la note dès le 1er janvier 2019.

 

 

Des années que les maires réclamaient qu'Airbnb verse sa quote-part. Au 1er janvier 2019, la note pourrait être plus salée.A qui profite le ski ? A Tignes, la très bonne santé de l'exploitant des remontées mécaniques, filiale de la Compagnie des Alpes, est épinglée par la CRC.

Tignes fait par­tie des sta­tions de ski béné­fi­ciaires. DR

Airbnb va rever­ser plus de 550 000 euros aux sta­tions de ski des Alpes. C’est ce qu’an­nonce sur son site la pla­te­forme amé­ri­caine de loca­tion de loge­ments entre par­ti­cu­liers.

 

Les sta­tions de ski sont, en France, le sixième plus gros béné­fi­ciaire après les villes de Paris (6,9 mil­lions d’eu­ros), Nice (860 000 euros), Marseille (790 000 euros), Bordeaux (661 000 euros) et Lyon (643 000 euros), Grenoble héri­tant elle de 43 000 euros. En tout, ce sont 13,5 mil­lions d’eu­ros de taxe qui vont être rever­sés au titre de l’an­née 2017 à une cin­quan­taine de com­munes en France. Soit le double du mon­tant versé en 2016.

 

Accusée de concur­ren­cer les hôte­liers et de favo­ri­ser les loca­tions de courte durée non décla­rées, Airbnb monte en force. Et le fait savoir. En 2018, la société amé­ri­caine pré­voit d’être pré­sente dans plus de 15 000 villes fran­çaises pour deve­nir la « pre­mière pla­te­forme de loca­tion meu­blée tou­ris­tique à contri­buer aussi mas­si­ve­ment aux finances des col­lec­ti­vi­tés locales ».

 

 

Une taxe de séjour alourdie dès 2019 ?

 

Alors que la baisse des dota­tions de l’État fra­gi­lise les finances com­mu­nales, à l’heure éga­le­ment de la sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion, Airbnb se van­te­rait presque de voler au secours des col­lec­ti­vi­tés.

 

Les élus récla­maient en réa­lité depuis des années que l’en­tre­prise amé­ri­caine verse sa quote-part. En décembre der­nier, les dépu­tés ont d’ailleurs voté un amen­de­ment obli­geant les pla­te­formes de loca­tions meu­blées tou­ris­tiques à finan­cer, au même titre que les hôtels, le déve­lop­pe­ment tou­ris­tique des com­munes. Le texte per­met aux maires de rehaus­ser le mon­tant de la taxe de séjour pour le fixer dans une four­chette com­prise entre 1 % et 5 % du coût hors taxe de la nui­tée par per­sonne à comp­ter du 1er jan­vier 2019.

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2364 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.