Baisse des loyers, hausse de la TVA… Actis bientôt lessivé par le gouvernement ?  

sep article

Creative Mobilities Mou

FOCUS – En 2018, le bailleur social Actis table sur une baisse de 2 à 2,2 millions de recettes. Dans l’agglomération grenobloise, ce sont entre 10 et 15 millions d’euros dont vont devoir se passer les bailleurs. En cause ? La nouvelle politique logement du gouvernement qui plombe les finances des offices publics de l’habitat. Des programmes de construction et de rénovation pourraient être reportés…

 

 

Stéphane Duport Rosand, directeur d'Actis, Eric Piolle, maire de Grenoble et président d'Actis, Christine Garnier vice-présidente de la Métro déléguée à l'habitat dans la buanderie collective de l'immeuble Solaris de l'écoquartier Presqu'île, jeudi 25 janvier 2018. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Stéphane Duport Rosand, directeur d’Actis, Eric Piolle, maire de Grenoble et président d’Actis, Christine Garnier, vice-présidente de la Métro déléguée à l’habitat. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

L’année s’annonce bien morose pour les bailleurs sociaux et, en particulier, pour Actis, l’office public de l’habitat de la région grenobloise.

 

En effet, pour compenser la baisse des 5 euros, décidée par le gouvernement en octobre dernier, sur les aides personnalisées au logement (APL), l’État demande aux bailleurs sociaux de faire de gros efforts financiers.

 

 

Diminuer les loyers de 30 euros, puis de 60 euros en moyenne par mois

 

Ces derniers vont ainsi devoir diminuer les loyers de tous les locateurs touchant l’APL de 30 euros par mois en moyenne dès 2018, puis de 60 euros par mois, toujours en moyenne, en 2019. Le temps que la caisse d’allocations familiales (Caf) se mette en ordre de marche, la mesure sera vraisemblablement appliquée en avril prochain et, en tout état de cause, sera rétroactive…

 

Photographie des portes d'Actis Crédit Eléonore Bayrou

Entrée d’Actis, cours Jean-Jaurès à Grenoble. © Éléonore Bayrou

 

Une mesure loin d’être anodine pour le budget des OPH, qui plus est injuste, considère Stéphane Duport-Rosand, directeur général d’Actis. Curieusement en effet, la mise à contribution concerne uniquement les bailleurs sociaux. Il n’est rien demandé aux propriétaires privés vis-à-vis de leurs locataires. Or, « 55 % des aides aux logements de l’État sont pourtant affectés aux logements privés !« , rappelle le directeur d’Actis.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2165 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. A

    27/01/2018
    10:20

    Bonjour
    Surtout lessivé par une très très très mauvaise gestion….
    Des bailleurs sociaux même pas capable de faire respecter un règlement intérieur dans le parc HLM j’imagine que pour la gestion financière cela doit être catastrophique….
    Les excuses ok mais des excuses bidons je dis non….
    Les postures,le manque d’expérience n’ont jamais fait une politique du logement….. [modéré : propos diffamatoires]

    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article
    • et si vous imaginiez mal ?
      On ne peut accuser sans preuve, même en faisant preuve d’imagination 😉

      sep article