Les étudiants de l’UGA veulent un débat public sur l’avenir des bibliothèques de composantes

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

Après la courte trêve des vacances, la polé­mique autour des biblio­thèques de com­po­santes reprend de la vigueur sur le cam­pus uni­ver­si­taire de Saint-Martin‑d’Hères. Alors que la direc­tion de l’Université Grenoble-Alpes s’apprête à son­der les habi­tudes des usa­gers à tra­vers des groupes de dis­cus­sion, un col­lec­tif d’étudiants orga­nise une assem­blée géné­rale, le mardi 23 jan­vier, pour deman­der un débat public et « réel­le­ment démo­cra­tique » sur l’avenir des biblio­thèques.

 

 

Les syndicats étudiants de l'Université Grenoble-Alpes luttent contre la reconversion de 19 bibliothèques de composantes en espace numériques de travail.UGA_bibliothèques de composante© Giovanna Crippa

La biblio­thèque de l’ARSH sera recon­ver­tie en espace numé­rique de tra­vail, d’ici 2020. © Giovanna Crippa

Ouvrir un temps d’échange et de concer­ta­tion… avec un groupe res­treint d’étudiants et d’enseignants-chercheurs. Telle est la pro­po­si­tion de la pré­si­dence de l’UGA aux usa­gers des dix-neuf biblio­thèques de com­po­santes vouées à être recon­ver­ties en espaces numé­riques de tra­vail (ENT) au prin­temps 2018.

 

Pour ce faire, Eneis, un cabi­net privé spé­cia­liste des son­dages, est chargé d’animer une série de “focus group” (groupes de dis­cus­sion, en bon fran­çais).

 

L’objectif ? Enquêter sur la fré­quen­ta­tion et les usages des dif­fé­rentes biblio­thèques situées sur le cam­pus de Grenoble. À savoir, non seule­ment les lieux docu­men­taires asso­ciés aux uni­tés de for­ma­tion et de recherche (UFR), mais aussi les deux grandes biblio­thèques uni­ver­si­taires (BU).

 

 

Un sondage mené auprès d’« une liste aléatoire » d’usagers

 

À l’issue de cette phase de concer­ta­tion, le pres­ta­taire devra pré­sen­ter une syn­thèse des résul­tats de son étude. L’occasion pour la direc­tion de peut-être remettre en cause sa poli­tique de réor­ga­ni­sa­tion de l’offre docu­men­taire ? Pas sûr, estiment les membres du col­lec­tif en lutte contre la fer­me­ture des biblio­thèques d’UFR, ainsi que les syn­di­cats étu­diants Unef, CNT et Solidaires étudiant(e)s.

 

Bibliothèque de Stendhal. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

Ces der­niers dénoncent en effet par com­mu­ni­qué une déci­sion prise « de façon uni­la­té­rale » qui abou­tira au lan­ce­ment de quatre groupes de dis­cus­sion. « Une liste aléa­toire de 8 étudiant(e)s et 2 enseignant(e)s va être consti­tuée par Eneis pour “dis­cu­ter” de l’avenir des biblio­thèques dans chaque UFR dont la biblio­thèque est mena­cée », expliquent-ils.

 

En l’occurrence, les com­po­santes Arts et sciences humaines (ARSH), Langues étran­gères (LE) et Langage, lettres, arts du spec­tacle, infor­ma­tion et com­mu­ni­ca­tion (Llasic). Ou encore l’Institut d’administration des entre­prises (IAE) et la Faculté d’économie de Grenoble (FEG).

 

 

Le collectif exige un « débat réellement démocratique »

 

« Ces “focus group” semblent être une paro­die de consul­ta­tion et res­semblent sur­tout à une opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion et de “mana­ge­ment” public-privé pour faire appli­quer le pro­jet de recon­ver­sion et fer­me­ture de nos biblio­thèques, pro­jet éla­boré sans consul­ta­tion réelle des inté­res­sés (étu­diants et per­son­nels) et donc “par en haut” », affirme Franck Gaudichaud, ensei­gnant-cher­cheur à l’UFR de langues étran­gères qui a rejoint en sep­tembre der­nier le mou­ve­ment de contes­ta­tion réunis­sant étu­diants, syn­di­cats et per­son­nels de l’UGA.

 

Et de ren­ché­rir : « Ceci avec, de plus, un coût d’au moins 10 000 euros qui iront à un cabi­net privé, alors que nous sommes dans une période d’aus­té­rité et coupes bud­gé­taires… »

 

Franck Gaudichaud, enseignant chercheur. © JOël Kermabon - Place Gre'net

Franck Gaudichaud, ensei­gnant-cher­cheur, lors de la marche funèbre contre la « fer­me­ture » des biblio­thèques de com­po­santes, en décembre der­nier. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Reprochant à leur tour « le carac­tère peu démo­cra­tique des échanges en focus group », les signa­taires du com­mu­ni­qué affirment par ailleurs que « le bilan de ces dis­cus­sions, qui auront lieu du 22 au 31 jan­vier, sera par la suite uti­lisé à coup sûr par l’UGA comme une étude repré­sen­tant “l’a­vis géné­ral” des usager(e)s des biblio­thèques d’UFR ».

 

D’où leur déci­sion de convo­quer une assem­blée géné­rale, ce mardi 23 jan­vier. Rendez-vous est donné à midi devant le bâti­ment de l’ARSH afin de reven­di­quer un « débat réel­le­ment démo­cra­tique » sur l’avenir des biblio­thèques.

 

 

GC

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2122 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.