Quelques militants et habitants devant le patio solidaire de l'UGA. © Clémentine Robert - Placegrenet.fr

Sur le cam­pus de Grenoble, le Patio se trans­forme en « lieu de vie » pour les migrants

Sur le cam­pus de Grenoble, le Patio se trans­forme en « lieu de vie » pour les migrants

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Jeudi 11 jan­vier, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Université Grenoble Alpes a voté la pro­lon­ga­tion jus­qu’au 31 mars de l’ac­cueil des migrants au sein du Patio. Hébergés sur le cam­pus depuis début décembre, les deman­deurs d’a­sile afri­cains pour­ront donc res­ter dans les locaux jus­qu’à la fin de la trêve hiver­nale. En atten­dant cette date-butoir, le col­lec­tif de sou­tien s’ef­force de leur pro­po­ser un accom­pa­gne­ment admi­nis­tra­tif, juri­dique et médi­cal, tout en amé­lio­rant leurs condi­tions de vie au quotidien.

L’action du col­lec­tif et des migrants a débuté par l’oc­cu­pa­tion, le 4 décembre, de l’am­phi­théâtre G. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Après le main­tien du Patio soli­daire durant les vacances de Noël, la soixan­taine de deman­deurs d’a­sile héber­gés depuis le 5 décembre dans ces locaux inuti­li­sés du cam­pus a pu célé­brer une seconde vic­toire jeudi 11 janvier.

Réuni ce jour-là, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Université Grenoble Alpes (UGA) a en effet adopté à l’u­na­ni­mité une motion en faveur de la pro­lon­ga­tion jus­qu’au 31 mars de l’ac­cueil des migrants au Patio.

Cet « héber­ge­ment tran­si­toire » est donc garanti « jus­qu’à la fin de la trêve hiver­nale, avec main­tien de la per­ma­nence de ser­vice assu­rée par [notre] éta­blis­se­ment et pour­suite de la média­tion enga­gée avec les dif­fé­rentes asso­cia­tions, ONG et pou­voirs publics », pré­cise le texte voté par l’Université. La pré­si­dence de l’UGA rap­pelle tou­te­fois qu’elle « ne peut se sub­sti­tuer à la res­pon­sa­bi­lité de l’État » et demande la mise en œuvre d’une « solu­tion pérenne » de la part de la pré­fec­ture et des col­lec­ti­vi­tés locales.

Dépasser la fonc­tion d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence du Patio

Les deman­deurs d’a­sile, ori­gi­naires du Soudan, d’Érythrée, de Guinée et d’autres pays afri­cains, et les asso­cia­tions les sou­te­nant en sont conscients : ils n’ont obtenu qu’un répit de deux mois et demi et il fau­dra pour­suivre la mobi­li­sa­tion au-delà du 31 mars.

Mais au moins, « l’ur­gence liée aux pos­si­bi­li­tés d’ex­pul­sion a été dépas­sée », comme le sou­ligne Laurianne Bouvet, ensei­gnante-doc­to­rante en espa­gnol et mili­tante impli­quée depuis le début de l’oc­cu­pa­tion au sein du col­lec­tif Patio Solidaire. Et depuis, ajoute-t-elle, « le lieu a pu com­men­cer à s’or­ga­ni­ser vrai­ment, que ce soit pour le fonc­tion­ne­ment, le ménage, la cui­sine, l’hy­giène ou la sécu­rité ».

L’urgence lié aux risques d’ex­pul­sion étant pas­sée, les rési­dents peuvent désor­mais vivre leur quo­ti­dien plus serei­ne­ment. © Le Patio solidaire

Dans les faits, cela se tra­duit, entre autres, par « la mise en place d’un accom­pa­gne­ment admi­nis­tra­tif, juri­dique et médi­cal, en relais avec les asso­cia­tions, d’un accom­pa­gne­ment pour les per­sonnes sou­hai­tant reprendre une for­ma­tion, ou encore d’un ate­lier théâtre, d’une équipe de foot, de cours de fran­çais et d’al­pha­bé­ti­sa­tion. On va aussi essayer d’or­ga­ni­ser des per­ma­nences psy­cho­lo­giques, en plus des per­ma­nences médi­cales assu­rées par Médecins du monde. » Des acti­vi­tés et “pres­ta­tions” déci­dées notam­ment lors de réunions heb­do­ma­daires des habi­tants, où sont trai­tées toutes les ques­tions rela­tives au fonc­tion­ne­ment quo­ti­dien du lieu.

Les rési­dents ont ins­tallé une cui­sine pour y pré­pa­rer leurs repas. © Clémentine Robert – Place Gre’net

Objectif : dépas­ser la simple fonc­tion d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence du Patio pour en faire un « véri­table lieu de vie », explique Laurianne Bouvet. Selon elle, « la mise en place de cours de fran­çais, de la for­ma­tion ou de l’ac­com­pa­gne­ment juri­dique [leur] a donné une vraie légi­ti­mité. On essaye de mon­trer à l’Université que les étu­diants, très impli­qués dans le sou­tien aux rési­dents du Patio, sont mobi­li­sés. »

Intégrer des for­ma­tions en tant qu’au­di­teurs libres

Cet acti­visme inten­sif de la part des mili­tants asso­cia­tifs et étu­diants a per­mis d’ob­te­nir le sou­tien de l’Université sur dif­fé­rents aspects. « Patrick Levy [pré­sident de l’Université Grenoble Alpes, ndlr] et moi dis­cu­tons tous les deux ou trois jours avec le Patio. On ne perd pas le contact, ce qui est un fac­teur de réus­site », indique Joris Benelle, direc­teur géné­ral des ser­vices (DGS) de l’UGA, qui se féli­cite que le col­lec­tif « res­pecte par­fai­te­ment les règles de fonc­tion­ne­ment ».

Parmi les avan­cées impor­tantes, l’Université a donné son accord lundi pour l’at­tri­bu­tion d’une « pièce atte­nante per­met­tant d’as­su­rer des for­ma­tions, cours ou ate­liers et consti­tuer des dos­siers ». Autre point « validé sur le prin­cipe : on étu­die au cas par cas la pos­si­bi­lité pour cer­tains migrants d’in­té­grer des for­ma­tions en tant qu’au­di­teurs libres. »

Quelques militants et habitants devant le patio solidaire. © Clémentine Robert - Placegrenet.fr

Entrée du Patio, où les rési­dents sou­hai­te­raient que soient ins­tal­lées des douches mobiles. © Clémentine Robert – Place Gre’net

Restait néan­moins à satis­faire une reven­di­ca­tion de longue date des rési­dents du Patio, à savoir l’ins­tal­la­tion de douches. Jusqu’à pré­sent, ces der­niers étaient en effet contraints d’al­ler se dou­cher au Point d’eau (accueil de jour pour pré­caires et SDF), tota­le­ment saturé.

Médecins du monde, venu au Patio à la demande de l’UGA quelques jours avant le vote du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion pour y éva­luer les condi­tions d’hy­giène et de sécu­rité, « a pro­posé des solu­tions et réussi à obte­nir des finan­ce­ments pour l’ins­tal­la­tion de douches », affirme Laurianne Bouvet.

Pourtant, un point de désac­cord sub­sis­tait à ce sujet : le Patio soli­daire deman­dait la mise en place de douches mobiles mais « l’Université était un peu ambi­va­lente sur la ques­tion, estime la mili­tante. Patrick Levy est en train de rétro-péda­ler car il a peur que, sym­bo­li­que­ment, ça fasse du Patio un lieu pérenne. »

La Ville de Saint-Martin-d’Hères met à dis­po­si­tion des douches dans un gymnase

Joris Benelle ne conteste pas ces réti­cences mais four­nit un autre motif, plu­tôt lié à des consi­dé­ra­tions de confort : « On ne vou­lait pas mettre de douches exté­rieures en “mode camp” avec des bal­lons, sans car­re­lage… » Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la solu­tion qui a été rete­nue pour l’instant.

Le main­tien jus­qu’à la fin de la trêve hiver­nale a été voté le 11 jan­vier par l’UGA. © Clémentine Robert – Place Gre’net

À l’is­sue d’une réunion tenue ce mer­credi après-midi, la pré­si­dence de l’UGA a ainsi obtenu « l’ac­cord de la Ville de Saint-Martin-d’Hères pour la mise à dis­po­si­tion de douches dans un gym­nase, plu­sieurs fois par semaine, avec des cré­neaux horaires ». Devançant les inévi­tables récri­mi­na­tions, le DGS pré­cise que le gym­nase n’est « pas situé très loin du Patio ».

En tout cas, Laurianne Bouvet l’as­sure, les rési­dents du Patio vont « tra­vailler à ce que le lieu puisse se main­te­nir le plus long­temps pos­sible ».

Car, et c’est une autre grande vic­toire que savourent migrants et mili­tants, « le Patio est l’un des seuls lieux en France, avec Nantes, où l’oc­cu­pa­tion s’est trans­for­mée en un vrai lieu de vie auto­géré ». Une occu­pa­tion qui a « voca­tion à rendre visible un pro­blème plus large : celui de l’ac­cueil des migrants rele­vant des obli­ga­tions de l’État ».

Manuel Pavard

APPEL A PARRAINAGE DES HABITANTS DU PATIO

Le col­lec­tif du Patio soli­daire a orga­nisé, le 12 jan­vier der­nier, une for­ma­tion sur le droit d’a­sile des­ti­née aux mili­tants et étu­diants, en col­la­bo­ra­tion avec l’Ada, la Cimade, l’Adate et l’Apardap : celle-ci a per­mis de pro­po­ser des par­rai­nages qui péren­nisent et offi­cia­lisent les liens tis­sés entre rési­dents et soutiens.

Nombre de rési­dents, qui ne peuvent béné­fi­cier d’un accom­pa­gne­ment indi­vi­dua­lisé autre qu’administratif, juri­dique et médi­cal au Patio, ont en effet exprimé le désir de trou­ver un par­rain ou une marraine.

Le col­lec­tif, en col­la­bo­ra­tion avec l’Apardap, appelle donc tous les volon­taires à se mani­fes­ter, via le Facebook du Patio soli­daire, en don­nant leurs coor­don­nées pour par­rai­ner ses rési­dents ainsi que d’autres exi­lés de l’agglomération grenobloise.
Pour les per­sonnes inté­res­sées, une inter­ven­tion de l’Apardap à des­ti­na­tion des futurs par­rains et mar­raines et de leurs filleuls aura lieu au Patio soli­daire ce dimanche 21 jan­vier, à 14 heures.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Lancement de l’Observatoire de la bio­di­ver­sité Grenoble-Alpes pour créer un atlas citoyen

EN BREF - Dans le cadre d'une journée « Sols et biodiversité » organisée au muséum de Grenoble le 14 avril 2022 par le conseil Lire plus

© UGA
Grenoble accueille le cham­pion­nat de France uni­ver­si­taire 2022 de judo, ces mer­credi 6 et jeudi 7 avril, à la Halle Clémenceau

FOCUS - Grenoble accueille le championnat de France universitaire de judo, ces mercredi 6 et jeudi 7 avril 2022. Plus de 300 judokas - dont Lire plus

Retour du concours Ma thèse en 180 secondes avec la finale Académie de Grenoble le 17 mars à la MC2... et sur YouTube
Retour du concours Ma thèse en 180 secondes avec la finale Académie de Grenoble le 17 mars à la MC2… et sur YouTube

FLASH INFO – Une première étape vers la finale nationale, voire internationale? Jeudi 17 mars, le concours Ma thèse en 180 secondes (MT180) est de Lire plus

Le Bus d'Alerte Républicaine et Démocratique à l'UGA
Le Bus d’alerte répu­bli­caine et démo­cra­tique à l’UGA pour pré­ve­nir des dan­gers de l’abstention à la lumière du passé

EN BREF - Le Bus d’alerte républicaine et démocratique s’est garé au cœur du campus universitaire de Grenoble, ce vendredi 4 mars 2022, à quelques Lire plus

Deux personnes masquées sur la Place des Monts au campus de l'UGA © Simon Marseille - Place Gre'net
L’équipe du Mois déco­lo­nial dénonce le refus de l’UGA de sub­ven­tion­ner l’é­vé­ne­ment ou de lui prê­ter des salles

FLASH INFO – "Nous avons eu la surprise, suite à la demande émanant d’étudiant⸱es de l’UGA de faire face au refus de l’université de subventionner Lire plus

Fermeture pour travaux de la Galerie des Amphis : l'Unef Grenoble dénonce le recours au distanciel
Fermeture pour tra­vaux de la Galerie des Amphis : l’Unef Grenoble dénonce le recours au distanciel

FLASH INFO – Des travaux susceptibles de "profondément impacter" plusieurs filières universitaires sur le campus de Saint-Martin-d'Hères? C'est ainsi que le syndicat Unef Grenoble perçoit Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin