Appel Forêt -
De nombreux articles de presse sur les logements vides mis à la disposition des SDF par la Ville de Grenoble. Une stratégie de communication dénoncée par des squatteurs et des associations. © Placegrenet.fr

SDF, migrants… La com” “poudre aux yeux” de la Ville de Grenoble irrite squatteurs et associations

SDF, migrants… La com” “poudre aux yeux” de la Ville de Grenoble irrite squatteurs et associations

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENQUÊTE – La Ville de Grenoble a signé en novembre dernier deux conventions d’occupation temporaire avec des SDF pour les reloger dans des maisons vides préemptées par la mairie et vouées à une démolition ultérieure. Une expérimentation sur laquelle elle a largement communiqué dans les médias locaux et nationaux. Beaucoup de squatteurs et associations de soutien aux mal-logés et aux migrants y voient surtout une opération de communication « opportuniste ».

 

⇒ Temps de lecture : 28 – 37 min

 

Des articles dans Ouest-France, Rue89 et Le Dauphiné libéré, des repor­tages sur France Bleu et France 3… Si la déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal du 6 novembre der­nier avait été adop­tée qua­si­ment en cati­mini, la Ville de Grenoble s’est depuis lar­ge­ment rat­tra­pée, com­mu­ni­quant tous azi­muts sur son nou­veau dis­po­si­tif, par médias interposés.

 

Partout, les mêmes titres – à quelques mots près – infor­mant que « la mai­rie de Grenoble pro­pose des loge­ments vides gra­tui­te­ment aux SDF ». Des articles abon­dam­ment relayés par le maire et ses sou­tiens sur les réseaux sociaux.

 

 

À l’o­ri­gine de cet embal­le­ment média­tique, les deux conven­tions signées par la Ville avec les asso­cia­tions Le Tremplin et Les Passeurs, per­met­tant à des sans-abri d’oc­cu­per tem­po­rai­re­ment des bâti­ments vides, voués à être détruits ultérieurement.

 

Les mai­sons en ques­tion, situées res­pec­ti­ve­ment rue Argouges et che­min des Tournelles, ont en effet été pré­emp­tées par la com­mune, en vue de pro­jets immo­bi­liers à plus ou moins long terme, et étaient donc inoc­cu­pées dans l’at­tente de leur future démolition.

 

Sur ce point, le texte est d’ailleurs très clair : la conven­tion, d’une durée d’un an et renou­ve­lable deux fois, « ces­sera de plein droit sans aucune indem­nité ni enga­ge­ment de relo­ge­ment en fonc­tion du pro­jet d’aménagement qui sera décidé par la Ville ».

 

 

Le fruit « d’un an et demi de contacts »

 

Les deux asso­cia­tions concer­nées « sont venues nous voir avec des pro­jets qui dépassent les “simples” besoins d’hé­ber­ge­ment », explique Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale. Ainsi, Le Tremplin a été créé par Bobby et Plume, deux des trois occu­pants de la mai­son rue Argouges, dans le but d’hé­ber­ger des per­sonnes à la rue avec des chiens. Ils pour­ront accueillir durant quelques jours jus­qu’à cinq per­sonnes dans leur nou­veau logement.

 

Alain Denoyelle © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale, a suivi l’é­vo­lu­tion des deux dos­siers et tra­vaillé avec les asso­cia­tions Le Tremplin et Les Passeurs – © Joël Kermabon – pla​ce​gre​net​.fr

L’accord conclu avec Le Tremplin est le fruit « d’un an et demi de contacts, entre la ren­contre avec eux, l’i­den­ti­fi­ca­tion puis l’ob­ten­tion de la mai­son, qui était la pro­priété de l’EPFL [Établissement public fon­cier local du Dauphiné, ndlr] », pré­cise Alain Denoyelle.

 

Avec cette asso­cia­tion, pour­suit-il, on a affaire à « des jeunes en dif­fi­culté sociale, avec peu de res­sources. La ques­tion qui se pose, c’est “com­ment on va les accom­pa­gner ?” » Le second cas est légè­re­ment dif­fé­rent : « pour Les Passeurs [s’a­dres­sant plu­tôt à des artistes, ndlr], on a une réflexion plus large sur l’u­sage tem­po­raire des lieux. »

 

« L’objectif, estime l’ad­joint à l’ac­tion sociale, est de par­ve­nir à un usage auto­risé par la Ville et de fixer les limites de la res­pon­sa­bi­lité de cha­cun. On se recon­naît les uns et les autres comme légi­times. » Mais quid du contenu concret de cette conven­tion ? À pre­mière vue, cela semble aussi simple que clas­sique : en contre­par­tie du relo­ge­ment, les occu­pants doivent prendre une assu­rance et s’ac­quit­ter des fac­tures d’eau et d’électricité.

 

 

Des mises à disposition « obtenues par la lutte et la pression »

 

Dans les faits pour­tant, de nom­breux col­lec­tifs de sou­tien aux mal-logés et de squat­teurs se montrent très cri­tiques, voire car­ré­ment hos­tiles. Benjamin*, un mili­tant asso­cia­tif fin connais­seur du dos­sier et direc­te­ment concerné, regrette en pré­am­bule que la mai­rie « ne contex­tua­lise pas » ces mises à dis­po­si­tion de bâti­ments : « Elles ont été obte­nues par la lutte et la pres­sion. Pour la mai­son Argouges, Bobby et Plume fai­saient par­tie de l’Assemblée des mal-logés. »

 

Préemptée par la Ville et inoc­cu­pée, cette mai­son de la rue Argouges a fait l’ob­jet d’un conven­tion­ne­ment de la Ville pour accueillir des jeunes SDF avec des chiens. Des asso­cia­tions et squat­teurs cri­tiquent cer­tains termes de la conven­tion, comme le fait que le pro­prié­taire puisse ren­trer quand il le sou­haite dans les lieux. © Manuel Pavard – Place Gre’net

 

Quant à la nature de la conven­tion, il ne la juge « vrai­ment pas ter­rible », égre­nant une lita­nie de reproches. Premier point : « L’association doit prendre en charge toutes les res­pon­sa­bi­li­tés et dépenses qui devraient incom­ber au pro­prié­taire en terme de sécu­rité et salu­brité, comme les frais d’as­su­rance et la res­pon­sa­bi­lité civile. Par exemple, si la foudre tombe sur la mai­son, c’est l’as­so­cia­tion qui est res­pon­sable, la mai­rie se défausse com­plè­te­ment sur elle. »

 

Le texte remet éga­le­ment en cause, selon lui, « le prin­cipe du domi­cile car le pro­prié­taire peut ren­trer à tout moment dans le bâti­ment » pour effec­tuer des tra­vaux ou pour tout autre chose. Autre sujet de cris­pa­tion, le fait que la conven­tion soit dénon­çable à tout moment par l’une des deux par­ties (avec un pré­avis), d’où un « risque d’ex­pul­sion ».

 

Sur bien des points, celle-ci n’est ainsi pas très sécu­ri­sante pour les occu­pants. « C’est juste une mise à l’a­bri tem­po­raire, la mai­rie ne s’en­gage pas à relo­ger les per­sonnes der­rière : Bobby et Plume n’ont aucune garan­tie », ajoute Benjamin.

 

 

« Pas le droit de fumer chez toi »

 

Le mili­tant dénonce en outre « le refus de la mai­rie de prendre en charge les fac­tures d’éner­gie » et une conven­tion « infan­ti­li­sante et liber­ti­cide », qui fixe des règles par­ti­cu­liè­re­ment sur­pre­nantes, pour ne pas dire cho­quantes : « Les gens n’ont pas le droit de fumer ni de boire de l’al­cool à l’in­té­rieur du bâti­ment. »

 

Illustration pour le débat "drogues, alcool et agression : l'équation chimique et sociale de la violence"

Certaines clauses paraissent tota­le­ment obso­lètes et inadap­tées, comme l’in­ter­dic­tion de fumer ou de boire de l’al­cool à l’in­té­rieur des loge­ments. © DR

Andrea, ancienne habi­tante du 72 ave­nue Léon Blum (squat expulsé le 25 octobre 2017), a man­qué de s’é­tran­gler en décou­vrant ces condi­tions : « Tu te rends compte ? Tu es chez toi mais tu n’as pas le droit de fumer ! Même Carignon et Destot n’ont pas osé pro­po­ser des conven­tions aussi pour­ries ! »

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 78 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MP

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Atelier jardinage au jardin éco-pédagogique de la commune de Vif © Cultivons nos toits
Une troisième ferme urbaine va voir le jour sur un terrain situé entre les Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a décidé de mettre un terrain à disposition de l'association Collectif autonomie alimentaire de Grenoble et ses environs, Lire plus

Alain Carignon en discussion avec un riverain du parc Henri Tarze. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Parc Tarze : le groupe d’opposition d’Alain Carignon crie au “bétonnage”, la Ville de Grenoble dément

FOCUS - Le groupe d'opposition d'Alain Carignon remonte au créneau concernant le projet d'aménagement du parc Tarze par la Ville de Grenoble. L'élu y organisait, Lire plus

Vers une société d'économie mixte public-privé dans le cadre de la fusion entre Actis et Grenoble Habitat?
Rapprochement d’Actis et de Grenoble Habitat : la société d’économie mixte, scénario privilégié ?

FOCUS - Pour le Collectif contre la privatisation d'Actis, la preuve est faite: le "rapprochement" entre Actis et Grenoble Habitat (GH), voulue par la Métropole Lire plus

La Ville de Grenoble annonce des mesures de "déprécarisation" pour ses agents éducation et jeunesse
La Ville de Grenoble annonce des mesures de « déprécarisation » pour ses agents éducation et jeunesse

FLASH INFO — "Poursuivre l’effort de déprécarisation des agent-es et améliorer leurs conditions de travail". Tel est le programme annoncé par la Ville de Grenoble Lire plus

La Ville de Grenoble relance ses piétonnisations estivales sur les quais, Championnet et cours Berriat
La Ville de Grenoble relance ses piétonnisations estivales sur les quais, Championnet et cours Berriat

FLASH INFO — La Ville de Grenoble donne le départ de ses "piétonnisations estivales" pour l'été 2021, à compter du samedi 3 juillet. "La dynamique Lire plus

Fermée pour cause de dégât des eaux, la crèche Mutualité de Grenoble rouvrira-t-elle un jour?
Fermée pour cause de dégât des eaux, la crèche Mutualité de Grenoble rouvrira-t-elle un jour ?

EN BREF - La crèche Mutualité de Grenoble va-t-elle définitivement fermer ses portes? C'est ce que redoutent des parents d'enfants accueillis, alors que l'établissement est Lire plus

CPAM

Flash Info

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

|

14/07

13h45

|

|

13/07

22h27

|

|

13/07

12h52

|

|

12/07

19h18

|

|

09/07

11h15

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin