Jacques Wiart, auteur de l'ouvrage Etat de l'environnement dans l'agglomération grenobloise, aux éditions Campus ouvert. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Grenoble en proie à de nombreux problèmes environnementaux révèle l’élu Jacques Wiart

Grenoble en proie à de nombreux problèmes environnementaux révèle l’élu Jacques Wiart

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Jacques Wiart, conseiller municipal à Grenoble dans l’équipe d’Eric Piolle, publie État de l’environnement dans l’agglomération grenobloise. Les défis à relever aux éditions Campus ouvert. Un tour d’horizon documenté, original par son approche globale, sur les questions environnementales touchant Grenoble et sa région. De quoi donner envie de déménager ou de s’engager. Au choix. Difficile de rester indifférent…

 

 

Jacques Wiart, auteur de l'ouvrage Etat de l'environnement dans l'agglomération grenobloise, aux éditions Campus ouvert. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Jacques Wiart, auteur de l’ou­vrage « Etat de l’en­vi­ron­ne­ment dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Les défis à rele­vés », éd. Campus ouvert. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’environnement est devenu une pré­oc­cu­pa­tion de pre­mier plan, tant l’activité humaine et la qua­lité de vie en dépendent.

 

Préoccupé de longue date par le sujet, Jacques Wiart, 63 ans, ingé­nieur à l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe), mili­tant au Réseau citoyen et conseiller muni­ci­pal de l’équipe d’Eric Piolle, vient de publier un livre-bilan : État de l’environnement dans l’agglomération gre­no­bloise. Les défis à rele­ver. Un ouvrage, édité par Campus ouvert et dis­tri­bué par L’Harmattan, « pion­nier par son approche à la fois glo­bale et ter­ri­to­riale », com­mente l’éditeur.

 

 

L’une des éminences grises d’Eric Piolle, maire de Grenoble

 

« J’ai écrit ce livre au titre d’habitant citoyen, reven­dique modes­te­ment, Jacques Wiart, gre­no­blois d’a­dop­tion et natif du Nord de la France. J’ai eu la chance de ren­con­trer un édi­teur mili­tant, Campus ouvert, pour concré­ti­ser ce pro­jet. » Jacques Wiart n’est tou­te­fois pas exac­te­ment un citoyen ordinaire…

 

Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux déplacements et à la logistique urbaine. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué aux dépla­ce­ments et à la logis­tique urbaine. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ingénieur en agri­cul­ture, doc­teur en éco­lo­gie appli­quée, déten­teur d’un mas­ter en mana­ge­ment, il est devenu l’expert « envi­ron­ne­ment » d’Eric Piolle lors de la cam­pagne de celui-ci aux der­nières élec­tions municipales.

 

Jacques Wiart pré­pare ainsi, dès 2013, de nom­breuses « fiches » sur l’environnement pour étayer le pro­gramme du futur maire.

 

Des « fiches » effi­cientes puisqu’en avril 2014 Eric Piolle est élu. Et le « citoyen éclairé », comme se défi­nit lui-même Jacques Wiart, devient alors conseiller muni­ci­pal délé­gué aux dépla­ce­ments et à la logis­tique urbaine. Il par­ti­cipe, depuis sa prise de fonc­tion, à la mise en œuvre des nou­velles orien­ta­tions dans la poli­tique de dépla­ce­ment et de sta­tion­ne­ment à Grenoble, avec plus ou moins de suc­cès.

 

Klaus Habfast, Sadok Bouzaienen Élisa Martin, Éric PIolle, Mondane Jacta, Jacques Wiart, Hakim Sabri - © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Quelques membres de la majo­rité muni­ci­pale de Grenoble : Klaus Habfast, Sadok Bouzaiene, Élisa Martin, Éric Piolle, Mondane Jacta, Jacques Wiart et Hakim Sabri. © Joël Kermabon – pla​ce​gre​net​.fr

 

De fil en aiguille, en deux ans de pré­pa­ra­tion de cam­pagne d’Eric Piolle, Jacques Wiart a com­pilé beau­coup d’informations, au point de se dire que « cela méri­te­rait de faire quelque chose de com­plet, et de le dif­fu­ser à un large public ». En 2015, l’ouvrage est qua­si­ment prêt.

 

Néanmoins, l’auteur doit le rema­nier, du fait du trans­fert de nou­velles com­pé­tences de la Ville à la Métropole gre­no­bloise et de l’actualité “envi­ron­ne­ment” par­ti­cu­liè­re­ment four­nie. Avec, notam­ment, la mise en place d’un nou­velle poli­tique pour la réduc­tion de déchets, et de diverses conven­tions signées avec l’État.

 

 

« Rendre le citoyen plus conscient »

 

Dans cet ouvrage de 322 pages, pré­facé par le réa­li­sa­teur Gaël Derive, Jacques Wiart aborde à tra­vers dix cha­pitres les grandes ques­tions envi­ron­ne­men­tales qui concernent tout par­ti­cu­liè­re­ment la cuvette gre­no­bloise : pol­lu­tions de l’air, sonore et lumi­neuse, trai­te­ment des déchets, qua­lité de l’eau, raré­fac­tion des terres agri­coles, pol­lu­tion des sols, risques majeurs natu­rels et tech­no­lo­giques, ondes élec­tro­ma­gné­tiques, réchauf­fe­ment cli­ma­tique et ses consé­quences (mise à mal de la bio­di­ver­sitéfonte des gla­ciers, îlots urbains de cha­leur, espèces inva­sives, etc).

 

Vincent Plauchu, éditeur, Jacques Wiart, auteur de l'ouvrage Etat de l'environnement dans l'agglomération grenobloise, Chantal Gehin, présidente de la Frapna, et Philippe Zanolla, président de la MNEI. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Vincent Plauchu, édi­teur de Campus Ouvert, Jacques Wiart, auteur de l’ou­vrage « Etat de l’en­vi­ron­ne­ment dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise », Chantal Gehin, pré­si­dente de la Frapna, et Philippe Zanolla, pré­sident de la MNEI. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Exposant les causes, consé­quences et méca­nismes à l’œuvre pour cha­cun des sujets rete­nus, Jacques Wiart apporte des faits, des chiffres et cite des rap­ports afin d’étayer sa réflexion. « Tous les cha­pitres ont été relus par des spé­cia­listes de ces thé­ma­tiques », précise-t-il.

 

A sou­li­gner aussi, la volonté de l’au­teur de faire œuvre de péda­go­gie, en ponc­tuant chaque cha­pitre par un résumé. « Je ne vise pas l’ingénieur spé­cia­lisé, déclare le mili­tant éco­lo­giste. J’ai essayé d’adopter un style jour­na­lis­tique, de pro­po­ser une rédac­tion acces­sible pour rendre le citoyen plus conscient et lui don­ner envie de contri­buer à l’amélioration de l’environnement. »

 

 

Des problèmes (encore) sans solutions

 

De l’avis des pre­miers lec­teurs, l’ouvrage pro­cure des res­sen­tis variés : cer­tains l’ont trouvé plu­tôt opti­miste, d’autres au contraire plu­tôt anxio­gène. Il est vrai que l’ouvrage n’apporte pas des solu­tions à tous les pro­blèmes. Mais tel n’est pas son rôle.

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette gre­no­bloise. @ Patricia Cerinsek

Il pré­sente tout bon­ne­ment l’état des lieux, les enjeux et les mesures appor­tées… quand il y en a. « Certains pro­blèmes sont pris à bras le corps. Par exemple, les col­lec­ti­vi­tés se mobi­lisent for­te­ment pour le retour de la nature en ville, explique Jacques Wiart. En matière de trai­te­ment des déchets, on est en revanche à la croi­sée des che­mins », est-il forcé de reconnaître.

 

Le cha­pitre qui lui a posé le plus de dif­fi­cul­tés ? Le doc­teur en éco­lo­gie appli­quée ne s’en cache pas. C’est de loin celui sur le rayon­ne­ment des nui­sances élec­tro­ma­gné­tiques. « C’est moins inquié­tant que je ne le pen­sais, lâche-t-il au demeu­rant. J’ai écrit ce cha­pitre avec sin­cé­rité, en tout cas, après avoir pesé les divers argu­ments, et en l’état des connais­sances actuelles. » Mais sur ce point et bien d’autres, à l’é­vi­dence, les avis divergent

 

Séverine Cattiaux

 

 

LES DROITS D’AUTEUR SERONT REVERSÉS A LA MNEI ET A LA FRAPNA

 

Les coûts de publi­ca­tion liés à la pré­pa­ra­tion, à l’im­pres­sion et à la dif­fu­sion du livre ont été cou­verts par 5 000 euros de dons. 3 000 euros ont été col­lec­tés sur la pla­te­forme Kocorico de la Banque popu­laire Auvergne-Rhône-Alpes. Le fonds de dota­tion de la banque a, lui, par­ti­cipé à hau­teur de 2 000 euros.

 

La MNEI vient d'apprendre une baisse de 85% de la subvention qui lui est accordée par le Conseil Général de l'Isère. © MNEI

© MNEI

L’ouvrage est vendu au prix de 20 euros. L’intégralité des droits d’auteur est rever­sée à la Maison de la nature et de l’environnement de l’Isère (MNEI) et à la Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature (Frapna). Un coup de pouce finan­cier qui ne sera pas de trop, après les réduc­tions bud­gé­taires subies ces der­nières années.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.
Pollution de l’air : Grenoble compte-t-elle suffisamment de stations de mesure ? Le débat est lancé

FOCUS - Y a-t-il assez de stations de mesure à Grenoble ? La question a ressurgi à l'occasion de l'installation d'un capteur mesurant dans le Lire plus

Statues de Grenoble affublées de masques anti-pollution, action d'Alternatiba, Greenpeace et ANV-Cop 21, samedi 31 mars 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Les Grenoblois invités à mesurer la qualité de l’air grâce à des micro-capteurs

EN BREF - L’observatoire Atmo Auvergne Rhône Alpes lance une opération de mesure citoyenne de la qualité de l’air au second semestre 2019. Les habitants Lire plus

La pollution de l'air au dioxyde d'azote à Grenoble, c'est (preque) fini en 2025 ? Pour l'association Grenoble à cœur, c'est l'aveu de dix ans de retard.
« Le respect des seuils de pollution a dix ans de retard » pour l’association Grenoble à cœur

FIL INFO - En 2025, plus aucun habitant de la Métropole ne sera soumis à des dépassements de pollution au dioxyde d’azote, gaz majoritairement émis Lire plus

Neyrpic, un autre "grand projet inutile"? Le collectif anti-Neyrpic rassemblé en marge de l'Université d'été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens, vendredi 24 août 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Le collectif Neyrpic autrement fait parler de lui à l’occasion de « l’Université d’été solidaire et rebelle »

FOCUS - Opposé à la construction du centre commercial Neyrpic à Saint-Martin-d'Hères, le collectif anti-Neyrpic ne pouvait pas rater l'atelier sur « les grands projets inutiles » organisé Lire plus

La pollution de l'air au dioxyde d'azote à Grenoble, c'est (preque) fini en 2025 ? Pour l'association Grenoble à cœur, c'est l'aveu de dix ans de retard.
CVCM : le collectif Grenoble à cœur réclame le rétablissement d’une voie de circulation sur Sembat-Rey

FIL INFO - S'appuyant sur la décision de la Commission européenne de déferrer la France devant la Cour de justice, le collectif Grenoble à cœur Lire plus

Militants contre le projet Neyrpic du promoteur Apsys, un centre commercial prévu au coeur de Saint-Martin-d'Hères, mardi 20 mars 2018. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr
Les opposants au centre commercial Neyrpic s’unissent et fourbissent leurs armes

FOCUS - Quelques jours après l’avis favorable rendu par le commissaire enquêteur pour la délivrance d'un permis de construire au projet Neyrpic, les opposants reviennent à Lire plus

Flash Info

|

26/10

10h13

|

|

26/10

9h00

|

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin