Village 2 d’Échirolles : le toit d’un immeuble de la SDH accueillera des ruches au printemps

sep article

Notre indépendance c

EN BREF – Le Trophée de l’innovation récompense chaque année les meilleurs projets innovants des collaborateurs du bailleur social la Société dauphinoise pour l’habitat. Particularité de cette sixième édition ? En plus du « prix de l’innovation réussie », un « prix du droit à l’erreur » a récompensé un projet qui n’a pas pu être tout de suite mis en œuvre mais verra le jour au printemps sur le toit d’un immeuble à Échirolles : « les ruches du Village 2 ».

 

 

Récompenser les meilleures ini­tia­tives des col­la­bo­ra­teurs de la Société dau­phi­noise pour l’ha­bi­tat (SDH) liées à l’habitat. Tel était l’ob­jec­tif du Trophée de l’in­no­va­tion qui s’est déroulé le 12 décembre der­nier au siège du bailleur social. « Un temps de cohé­sion qui per­met de se retrou­ver et de par­ta­ger et, sur­tout, de valo­ri­ser nos col­la­bo­ra­teurs », explique Philippe Fracchiolla, le direc­teur mar­ke­ting de la SDH.

 

Pour cette sixième édi­tion, le « prix de l’in­no­va­tion réus­sie » a été décerné aux trois por­teuses du pro­jet de “kit de bien­ve­nue”, des­tiné à faci­li­ter l’in­té­gra­tion de nou­veaux employés au sein de l’en­tre­prise (Cf. enca­dré). Mais cette année, un prix ori­gi­nal a éga­le­ment été décerné : celui du « droit à l’er­reur ».

 

Les par­ti­ci­pants du Trophée de l’in­no­va­tion 2017 de la SDH @Lætitia Desalme

 

Ce prix récom­pense une inno­va­tion pro­met­teuse qui a été réorien­tée ou stop­pée après avoir été tes­tée. « L’expérience, l’es­sai et l’er­reur font entiè­re­ment par­tie d’un pro­jet d’in­no­va­tion », explique Philippe Fracciolla. « L’objectif prin­ci­pal de ce prix est d’en­cou­ra­ger les ini­tia­tives. La néces­sité de réus­sir à tout prix peut bri­der la créa­ti­vité de nos col­la­bo­ra­teurs. »

 

 

Bientôt des ruches sur le toit d’un immeuble à La Rumba

 

Sensibilisée de longue date aux ques­tions éco­lo­giques, Diane Jurdic s’in­té­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment à la pré­ser­va­tion des abeilles, du fait de leur rôle pri­mor­dial dans notre éco­sys­tème. Cette ancienne étu­diante de l’Institut d’ur­ba­nisme de Grenoble a donc pro­posé d’ins­tal­ler des ruches sur le toit d’un immeuble de la SDH, situé à La Rumba à Échirolles. Un pro­jet monté avec l’un de ses col­la­bo­ra­teurs, Rémi Baldino, et un api­cul­teur local.

 

Cette ini­tia­tive est née d’un constat : en rai­son de l’a­bat­tage d’arbres dans le quar­tier, les abeilles viennent désor­mais se réfu­gier dans les log­gias des appar­te­ments, cau­sant ainsi des désa­gré­ments aux habi­tants. L’idée est donc d’ins­tal­ler un nou­vel habi­tat pour ces petits vola­tiles : une « ruche d’ap­pât ».

 

SDH Trophée des innovations

Diane Jurdic, lau­réate du « prix du droit à l’er­reur »@ Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Ce pro­jet devrait aussi contri­buer à créer du lien social. « Suite à l’ins­tal­la­tion de cette ruche, on peut ima­gi­ner toutes sortes d’in­ter­ven­tions et d’ac­tions de sen­si­bi­li­sa­tion pour les habi­tants du quar­tier et pour les écoles », explique en effet la lau­réate. D’autant plus que « le pro­jet a été très bien accueilli par les habi­tants », assure-t-elle.

 

Celui-ci n’a pas pu se concré­ti­ser tout de suite en rai­son de pro­blèmes de sai­son­na­lité, les ruches ne pou­vant être ins­tal­lées en hiver, ce qui valu à Diane Jurdic le prix « du droit à l’er­reur ». Mais il devrait voir le jour au prin­temps 2018. Des ruches devraient alors fleu­rir sur le toit du bâti­ment de La Rumba, à Échirolles. « Fière d’a­voir porté ce pro­jet », la lau­réate espère qu’il pourra ins­pi­rer d’autres pro­fes­sion­nels de l’ha­bi­tat.

 

 

Anaïs Mariotti 

 

 

Un kit de bienvenue pour les nouveaux collaborateurs de la SDH

 

Le « prix de l’in­no­va­tion réus­sie » a été remis à Chloé Mouzat, Lætitia Ghegin, et Nadine Ravix pour leur pro­jet de « kit de bien­ve­nue ». « Ce kit per­met de favo­ri­ser l’in­té­gra­tion et l’ac­com­pa­gne­ment des nou­veaux col­la­bo­ra­teurs au sein de la SDH », explique Chloé Mouzat. Comment ? En ins­tau­rant un sys­tème de tuto­rat ou en orga­ni­sant des petits déjeu­ners à l’in­ten­tion des nou­veaux employés.

 

commentez lire les commentaires
2203 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.