Village 2 d’Échirolles : le toit d’un immeuble de la SDH accueillera des ruches au printemps

sep article

EN BREF – Le Trophée de l’innovation récompense chaque année les meilleurs projets innovants des collaborateurs du bailleur social la Société dauphinoise pour l’habitat. Particularité de cette sixième édition ? En plus du « prix de l’innovation réussie », un « prix du droit à l’erreur » a récompensé un projet qui n’a pas pu être tout de suite mis en œuvre mais verra le jour au printemps sur le toit d’un immeuble à Échirolles : « les ruches du Village 2 ».

 

 

Récompenser les meilleures ini­tia­tives des col­la­bo­ra­teurs de la Société dau­phi­noise pour l’ha­bi­tat (SDH) liées à l’habitat. Tel était l’ob­jec­tif du Trophée de l’in­no­va­tion qui s’est déroulé le 12 décembre der­nier au siège du bailleur social. « Un temps de cohé­sion qui per­met de se retrou­ver et de par­ta­ger et, sur­tout, de valo­ri­ser nos col­la­bo­ra­teurs », explique Philippe Fracchiolla, le direc­teur mar­ke­ting de la SDH.

 

Pour cette sixième édi­tion, le « prix de l’in­no­va­tion réus­sie » a été décerné aux trois por­teuses du pro­jet de “kit de bien­ve­nue”, des­tiné à faci­li­ter l’in­té­gra­tion de nou­veaux employés au sein de l’en­tre­prise (Cf. enca­dré). Mais cette année, un prix ori­gi­nal a éga­le­ment été décerné : celui du « droit à l’er­reur ».

 

Les par­ti­ci­pants du Trophée de l’in­no­va­tion 2017 de la SDH @Lætitia Desalme

 

Ce prix récom­pense une inno­va­tion pro­met­teuse qui a été réorien­tée ou stop­pée après avoir été tes­tée. « L’expérience, l’es­sai et l’er­reur font entiè­re­ment par­tie d’un pro­jet d’in­no­va­tion », explique Philippe Fracciolla. « L’objectif prin­ci­pal de ce prix est d’en­cou­ra­ger les ini­tia­tives. La néces­sité de réus­sir à tout prix peut bri­der la créa­ti­vité de nos col­la­bo­ra­teurs. »

 

 

Bientôt des ruches sur le toit d’un immeuble à La Rumba

 

Sensibilisée de longue date aux ques­tions éco­lo­giques, Diane Jurdic s’in­té­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment à la pré­ser­va­tion des abeilles, du fait de leur rôle pri­mor­dial dans notre éco­sys­tème. Cette ancienne étu­diante de l’Institut d’ur­ba­nisme de Grenoble a donc pro­posé d’ins­tal­ler des ruches sur le toit d’un immeuble de la SDH, situé à La Rumba à Échirolles. Un pro­jet monté avec l’un de ses col­la­bo­ra­teurs, Rémi Baldino, et un api­cul­teur local.

 

Cette ini­tia­tive est née d’un constat : en rai­son de l’a­bat­tage d’arbres dans le quar­tier, les abeilles viennent désor­mais se réfu­gier dans les log­gias des appar­te­ments, cau­sant ainsi des désa­gré­ments aux habi­tants. L’idée est donc d’ins­tal­ler un nou­vel habi­tat pour ces petits vola­tiles : une « ruche d’ap­pât ».

 

SDH Trophée des innovations

Diane Jurdic, lau­réate du « prix du droit à l’er­reur »@ Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Ce pro­jet devrait aussi contri­buer à créer du lien social. « Suite à l’ins­tal­la­tion de cette ruche, on peut ima­gi­ner toutes sortes d’in­ter­ven­tions et d’ac­tions de sen­si­bi­li­sa­tion pour les habi­tants du quar­tier et pour les écoles », explique en effet la lau­réate. D’autant plus que « le pro­jet a été très bien accueilli par les habi­tants », assure-t-elle.

 

Celui-ci n’a pas pu se concré­ti­ser tout de suite en rai­son de pro­blèmes de sai­son­na­lité, les ruches ne pou­vant être ins­tal­lées en hiver, ce qui valu à Diane Jurdic le prix « du droit à l’er­reur ». Mais il devrait voir le jour au prin­temps 2018. Des ruches devraient alors fleu­rir sur le toit du bâti­ment de La Rumba, à Échirolles. « Fière d’a­voir porté ce pro­jet », la lau­réate espère qu’il pourra ins­pi­rer d’autres pro­fes­sion­nels de l’ha­bi­tat.

 

 

Anaïs Mariotti 

 

 

Un kit de bienvenue pour les nouveaux collaborateurs de la SDH

 

Le « prix de l’in­no­va­tion réus­sie » a été remis à Chloé Mouzat, Lætitia Ghegin, et Nadine Ravix pour leur pro­jet de « kit de bien­ve­nue ». « Ce kit per­met de favo­ri­ser l’in­té­gra­tion et l’ac­com­pa­gne­ment des nou­veaux col­la­bo­ra­teurs au sein de la SDH », explique Chloé Mouzat. Comment ? En ins­tau­rant un sys­tème de tuto­rat ou en orga­ni­sant des petits déjeu­ners à l’in­ten­tion des nou­veaux employés.

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2565 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.