Pourquoi la ville de Grenoble a-t-elle choisi de réduire drastiquement ses dépenses de fonctionnement ? D'autres scénarios étaient envisageables...

Réduction des dépenses à la Ville de Grenoble : il y avait bien un plan B en 2015…

Réduction des dépenses à la Ville de Grenoble : il y avait bien un plan B en 2015…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS - Toute occupée à se serrer la ceinture, la Ville de Grenoble avait, en 2015, décidé de tailler drastiquement dans ses dépenses de fonctionnement. D'ici 2020, 38 millions d'euros vont être ainsi être économisés. N'y avait-il pas d'autres solutions ? Non avait à l'époque répondu le maire. Si rétorquent deux élus de la majorité, depuis entrés en dissidence. Dénonçant « un calcul électoral », ils mettent sur la table, à quelques jours du vote du budget 2018, un document synthétisant quatre scénarios dont un à 9 millions d'euros…

 

 

Eric Piolle durant la présentation du plan de sauvegarde des services publics locaux. © Séverine Cattiaux

Eric Piolle durant la présentation du plan de sauvegarde des services publics locaux, en 2015. © Séverine Cattiaux

En 2015, agitant le chiffon rouge d'une éventuelle mise sous tutelle, la Ville de Grenoble avait décidé de serrer la vis budgétaire et de tailler dans ses dépenses. Objectif : faire l'économie de 38 millions d'euros en l'espace de quatre ans.

 

Officiellement, elle n'avait pas le choix. Face à la « pénurie financière inouïe », dixit son maire Eric Piolle, il n'y avait pas d'autres solutions. Impossible d'augmenter les impôts, sa fiscalité étant la plus élevée parmi les villes de plus de 100 000 habitants. Impossible de puiser dans l'épargne ou d'emprunter, Grenoble étant la cinquième ville la plus endettée de France.

 

Mais la Ville n'avait-elle pas d'autre solutions que de couper drastiquement dans ses dépenses de fonctionnement et mettre sur les rails un plan d'économies de 14 millions d'euros dans les services publics qui a mis le feu aux poudres dans les bibliothèques ?

 

Fin 2015, à en croire les discours officiels, on ne pouvait pas y couper. Dans les tiroirs, il y avait pourtant un plan B, voire même plusieurs plans, bien moins radicaux.

 

 

"Réduire les dépenses de fonctionnement […] c'est le pire des choix pour nous"

 

À quelques jours du vote du budget 2018, examiné par les élus ce lundi 18 décembre 2017, voilà donc que l'on reparle du budget… 2016. Un budget resserré, coup d'envoi de la "politique d'austérité" de la Ville, que deux élus n'ont pas digéré.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 72 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le constat de la chambre régionale des comptes sur les finances de la ville de Grenoble est sévère. La ville est toujours aussi endettée.
Après le rap­port de la chambre régio­nale des comptes, la Ville de Grenoble dégaine un plan d’ac­tions… déjà très critiqué

DÉCRYPTAGE - En cinq ans, de 2011 à 2016, la situation financière de la Ville de Grenoble ne s'est guère améliorée. C'est ce que pointe Lire plus

A Saint-Pierre-de-Chartreuse, le maire a été dessaisi de ses pouvoirs budgétaires. Le temps pour le préfet de reprendre la main et redresser la barre.
Saint-Pierre sous tutelle de l’État, la note s’an­nonce salée

FOCUS - Le budget de Saint-Pierre-de-Chartreuse ayant été voté en déficit, la commune a été placée sous tutelle de l'État. Attendues, les mesures préconisées par Lire plus

Conseil municipal de Grenoble : opération casseroles
Finances de la ville de Grenoble : les feux passent à l’orange

DÉCRYPTAGE - Baisse de la masse salariale, maintien du niveau des investissements, poursuite du plan d'économies… Pour redresser ses finances, Grenoble entend maintenir le cap. Lire plus

Catherine Brette, présidente EELV du parc naturel régional du Vercors, quitte son fauteuil et dénonce le chantage institutionnel et financier de Laurent Wauquiez. Crédit EELV
Parc natu­rel régio­nal du Vercors : la pré­si­dente jette l’éponge

EN BREF - Catherine Brette quitte son fauteuil de présidente du Parc naturel régional du Vercors. Poussée par les nouvelles majorités régionale et départementales vers Lire plus

A la rentrée 2017, neuf nouvelles classes ouvriront dans les écoles maternelles et primaires de Grenoble,selon les services de l’Éducation nationale.
Santé sco­laire : la pilule de la remise à plat passe mal à Grenoble

DÉCRYPTAGE - À Grenoble, le service municipal de santé scolaire sera l'un des plus touchés par les mesures d’économies. Mais au-delà des suppressions de postes, et Lire plus

Plaine de Lans-en-Vercors. © Vercors 2008
La pré­si­dente du parc natu­rel régio­nal du Vercors pous­sée vers la sortie

DÉCRYPTAGE – Le parc naturel régional du Vercors, placé sous tutelle de l’État, a-t-il d’autre issue que la démission de sa présidente ? Catherine Brette Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Abonnement| Un comité de sou­tien mené par Franck Longo pour la réélec­tion d’Émilie Chalas dans la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin