Condamné pour diffamation, le maire de Sassenage s’en prend à Yannick Belle… qui réplique

sep article



EN BREF – Condamné une première fois pour avoir pris part au vote concernant une affaire dans laquelle il avait des intérêts privés, Christian Coigné, le maire de Sassenage vient d’être condamné une seconde fois pour diffamation après des propos tenus à l’encontre du chef de file de l’opposition de gauche. Simple querelle de personnes ?

 

 

Christian Coigné quitte l'UDI

Christian Coigné, maire de Sassenage et vice-pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal © Nils Louna – placegrenet.fr

A Sassenage, l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la ques­tion de l’u­ti­li­sa­tion de l’argent du contri­buable à des fins poli­tiques ali­mente le feuille­ton de la vie poli­tique locale.

 

Depuis quelques mois, c’est à coups de pro­cé­dures judi­ciaires et de billets rédi­gés par bul­le­tin inter­posé que la majo­rité et l’op­po­si­tion de gauche règlent leurs comptes. Avec en tête, le maire Christian Coigné (UDI) d’un côté, et son chef de file Yannick Belle de l’autre.

 

Par deux fois en 2017, le maire de Sassenage a été condamné par la jus­tice. La pre­mière fois, c’é­tait le 4 avril. Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble avait annulé la déli­bé­ra­tion votée le 18 décembre 2014 rela­tive au trans­fert de voies pri­vées de la rési­dence La Dentellière dans le domaine public. Question de forme, le maire et sa pre­mière adjointe ayant pris part au vote alors que les deux élus, pro­prié­taires, avaient des inté­rêts dans l’af­faire.

 

Le maire a voté le transfert dans le domaine public des voiries privées de La Dentellière. Mais la délibération a été annulée par la justice. En toile de fond ? La question de l'accès des résidents de Clos Marine...

Le maire a voté le trans­fert dans le domaine public des voi­ries pri­vées de La Dentellière. Mais la déli­bé­ra­tion a été annu­lée par la jus­tice © Albéric Marzullo

 

Le juge avait donc tapé sur les doigts des deux édiles. Ce qui n’a­vait pas empê­ché le trans­fert de voi­ries de conti­nuer son petit bon­homme de che­min, la com­pé­tence rele­vant depuis de la Métropole…

 

 

L’avocat du maire dénonce les « excès d’un combat judiciaire et politique »

 

Condamné à payer 1 200 euros au groupe Agir pour Sassenage qui avait saisi la jus­tice, Christian Coigné avait alors répli­qué dans le bul­le­tin muni­ci­pal dont il est le direc­teur de publi­ca­tion. Et accusé le groupe d’op­po­si­tion de s’en­ri­chir sur le dos des contri­buables sas­se­na­geois. Une accu­sa­tion grave pour les élus d’op­po­si­tion, qui avaient alors porté plainte en dif­fa­ma­tion.

 

Ce pour quoi Christian Coigné a été condamné. Le 2 novembre, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble a pro­noncé une peine de 1 000 euros avec sur­sis et un euro de dom­mages et inté­rêts. De quoi satis­faire l’op­po­si­tion, qui voit le pre­mier magis­trat de Sassenage condamné une seconde fois, et… le maire de Sassenage qui trouve la sen­tence du tri­bu­nal visi­ble­ment clé­mente, si l’on en croit les pro­pos de son avo­cat dans les colonnes du Dauphiné libéré.

 

« En pro­non­çant une amende tota­le­ment assor­tie du sur­sis et en refu­sant d’ordonner la publi­ca­tion, le tri­bu­nal a entendu la mesure à laquelle je l’avais appelé face aux excès d’un com­bat judi­ciaire et poli­tique mené par des oppo­sants sys­té­ma­tiques à l’égard du maire. »

 

Yannick Belle, conseiller municipal à Sassenage et vice-président à la Métro en charge du sport et de la lutte contre les discriminations

Yannick Belle, conseiller muni­ci­pal de Sassenage et vice-pré­sident à la Métro DR

De quoi rame­ner tout ce monde à plus de rai­son ? Pas vrai­ment… Christian Coigné ne s’est pas privé de remettre le cou­vert après l’é­lec­tion de Yannick Belle au sein de l’exé­cu­tif métro­po­li­tain.

Le conseiller muni­ci­pal sas­se­na­geois s’est ainsi, dans le bul­le­tin muni­ci­pal de novembre, vu accusé de s’être fait « bom­bar­der vice-pré­sident de la Métro en charge de deux délé­ga­tions créées spé­cia­le­ment pour lui, le sport et la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions, dont la Métropole n’a même pas les com­pé­tences ».

 

Et tant pis si la ges­tion des équi­pe­ments spor­tifs est bien de la com­pé­tence de la Métro… Pas de quoi désar­çon­ner le pre­mier magis­trat qui, rebon­dis­sant sur les indem­ni­tés octroyées au nou­veau vice-pré­sident, repart à la charge, en signant un « Bon, il fal­lait sau­ver le sol­dat Belle, mais c’est quand même avec l’argent du contri­buable ! »

 

 

Les indemnités des élus sur la place publique

 

Qui gagne com­bien avec l’argent public ? La balle était facile à sai­sir. Yannick Belle a donc fait les comptes et mis cartes sur table. Son indem­nité est pas­sée, depuis octobre 2017, de 813 euros comme “simple” conseiller com­mu­nau­taire à 1 626 euros comme vice-pré­sident, sou­ligne-t-il sur le site de son groupe. C’est la seule indem­nité qui lui est ver­sée, son poste de conseiller muni­ci­pal à Sassenage n’é­tant pas rétri­bué.

 

Christian Coigné quitte l'UDI

© Nils Louna – placegrenet.fr

« En revanche, Christian Coigné cumule quatre man­dats et fonc­tions avec les indem­ni­tés men­suelles sui­vantes : 813 euros en tant que conseiller métro­po­li­tain, 1 325 euros en tant que maire de Sassenage, 3 793 euros en tant que vice-pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère chargé de l’ingénierie urbaine, fon­cier et loge­ment, et 2 000 euros en tant que pré­sident d’Isère Aménagement (infor­ma­tion four­nie par M Coigné lui même) », rétorque Yannick Belle. « Cela fait un total de 7 931 euros bruts par mois. En com­pa­rai­son avec le sol­dat Belle, le maré­chal Coigné, s’en sort extrê­me­ment bien… aux frais du contri­buable. »

 

Simple que­relle de per­sonnes à l’ap­proche des pro­chaines muni­ci­pales  ? « Pour les élus de l’op­po­si­tion, il est plus facile d’at­ta­quer le maire plu­tôt que de tra­vailler sur les dos­siers de la ville », rétorque Christian Coigné sur les réseaux sociaux. Ces que­relles de per­sonnes sont vrai­ment déri­soires au regard de la ges­tion de la ville. »

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
5075 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.