Bientôt un café couture sur Grenoble avec le Thé à coudre

sep article

Cinq jeunes femmes se sont rassemblées autour du projet du Thé à coudre, un salon de thé mêlant petite restauration bio et locale et ateliers de création et de réparation textile. Un concept qui rencontre l’engouement des Grenoblois, à en juger par le succès de sa campagne de financement participatif.

 

 

Un salon de thé proposant un atelier de création et de réparation textile ? C’est le projet de cinq jeunes femmes rassemblées autour du Thé à coudre. Un projet qui fait l’objet d’une campagne de financement participatif, lancée le 7 novembre dernier par la jeune Scop (société coopérative et participative).

 

En attendant un lieu dédié, un apéro tricot au Café Vélo © Thé à coudre

En attendant un lieu dédié, un apéro tricot au Café vélo © Thé à coudre

 

Le principe du Thé à coudre ? Un salon de thé proposant boissons et petite restauration, à base de produits bio et locaux, et un accès libre (sous forme de location) à un atelier de couture et de tricot. Les porteuses du projet entendent aussi organiser des cours et des ateliers à thème, afin de promouvoir la pratique des « travaux d’aiguille ».

 

 

Un « engouement grenoblois particulièrement fort »

 

C’est sur la plateforme Kocoriko que le salon a lancé sa campagne de financement participatif. Ayant obtenu en vingt jours les 5 000 euros escomptés, le Thé à coudre a finalement relevé le plafond à 7 500 euros. Une somme permettant d’acheter le matériel nécessaire, tant pour la partie couture que restauration, mais également « de crédibiliser le projet aux yeux des banquiers ».

 

Le projet d'un café couture sur Grenoble baptisé le Thé à coudre rencontre un succès fulgurant pour sa campagne de financement participatif.Audrey, à l'origine du projet du Thé à coudre © Thé à coudre

Audrey, à l’origine du projet du Thé à coudre © Thé à coudre

 

Un succès dans lequel les porteuses du projet voient un « engouement grenoblois particulièrement fort ». S’il existe déjà des cafés couture en France, à Rouen, Roubaix ou Toulouse par exemple, les campagnes de financement participatif pour des structures similaires tendent en effet à récolter des sommes inférieures, allant de 2 000 à 3 000 euros.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
4369 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Nous ce qu’on voit c’est pas du thé mais une pinte de bière!

    sep article