Décès de Jean-François Parent, urbaniste concepteur de La Villeneuve

sep article

Notre indépendance c

Jean-François Parent, concepteur du quartier de la Villeneuve, est décédé à l’âge de 87 ans. L’urbaniste a également participé à la création de l’Institut d’urbanisme de Grenoble et compte parmi les premières figures du mouvement Go Citoyenneté, sous la bannière duquel il a été conseiller municipal de Grenoble et président de l’Opale.

 

 

« Un grand témoin de la nais­sance et de l’évolution de la Villeneuve ». C’est par ces mots que le maire de Grenoble Éric Piolle rend hom­mage à Jean-François Parent, dont le décès a été annoncé dans la soi­rée du dimanche 3 décembre. L’ingénieur et urba­niste venait d’a­voir 87 ans, le 25 novembre der­nier.

 

Rencontre entre Jean-François Parent et Éric Piolle en 2014. DR

Rencontre entre Jean-François Parent et Éric Piolle en 2014. DR

 

Jean-François Parent a été le concep­teur du quar­tier de la Villeneuve dans les années 70 et jus­qu’à l’é­lec­tion d’Alain Carignon en 1983 qui le déchar­gera de ses fonc­tions. Un « pro­jet uto­pique et ambi­tieux essen­tiel pour notre ville », écrit encore Éric Piolle, dans lequel l’ur­ba­niste aura vécu jus­qu’à la fin de ses jours. Et qu’il “défen­dait” encore auprès de Place Gre’net en 2013.

 

 

Une figure de Go Citoyenneté

 

Jean-François Parent a éga­le­ment contri­bué dans les années 60 à la créa­tion de l’Agence d’ur­ba­nisme de Grenoble, ainsi qu’à l’u­nité de for­ma­tion et de recherche (UER) d’ur­ba­nisme de Grenoble, qui devien­dra l’Institut d’ur­ba­nisme de Grenoble. Laissant ainsi, à plus d’un titre, l’empreinte d’un pion­nier au sein de l’ur­ba­nisme gre­no­blois.

 

Jean-François Parent. DR

Jean-François Parent. DR

 

Pionnier, Jean-François Parent l’a aussi été en matière de poli­tique, comp­tant parmi les figures tuté­laires du mou­ve­ment Go Citoyenneté, ainsi que le rap­pe­lait son fon­da­teur Jean-Philippe Motte en 2013. L’urbaniste a ainsi été conseiller muni­ci­pal délé­gué au loge­ment social et pré­sident de l’Opale (aujourd’­hui Actis) sous le pre­mier man­dat de Michel Destot (1995−2001).

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
4219 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ne convien­drait-il pas d’as­so­cier à l’an­nonce du décès de Jean-François Parent celui de son épouse Simone, même si elle n’a évi­dem­ment pas la même noto­riété. Mais leur proxi­mité dans la mort nous y invite me semble-t-il

    sep article
    • FM

      06/12/2017
      19:46

      Bonsoir. La rai­son pour laquelle il nous a sem­blé natu­rel d’é­vo­quer le décès de mon­sieur Parent réside, comme vous l’a­vez dit, dans sa noto­riété et son impor­tance au sein du pay­sage gre­no­blois. Le décès de son épouse, de même que les cir­cons­tances de cette double dis­pa­ri­tion, m’ont sem­blé en revanche rele­ver de la vie pri­vée des per­sonnes, que j’ai fait le choix de res­pec­ter en ne les men­tion­nant pas, quand bien même je me suis natu­rel­le­ment posé la ques­tion.

      sep article