Talents CNRS 2017 : sept lauréats à l’honneur pour la délégation régionale Alpes

sep article



Comme tous les ans, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) distingue au niveau national des chercheurs, ingénieurs et techniciens travaillant au sein de laboratoires des délégations régionales du CNRS. C’est ainsi que pour l’année 2017, le centre va honorer, ce vendredi 1er décembre, sept lauréats de la délégation Alpes de l’institut.

 

 

Logo du CNRS.

Logo du CNRS.

Chaque année, le Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS) met un point d’hon­neur à dis­tin­guer des scien­ti­fiques de l’ins­ti­tut pour leur car­rière et leurs tra­vaux de recherche. C’est ainsi que CNRS hono­rera pour cette année 2017 sept lau­réats issus de la délé­ga­tion Alpes.

 

Soit quatre femmes et trois hommes issus de six labo­ra­toires du CNRS, éga­le­ment par­te­naires des uni­ver­si­tés et des orga­nismes de recherche. Leurs dis­tinc­tions, deux  médailles d’argent, trois de bronze et deux de cris­tal leur seront remises, ce ven­dredi 1er décembre à 14 heures au Musée de Grenoble,  par les direc­teurs des ins­ti­tuts du CNRS.

 

Le tout en pré­sence, notam­ment, des par­te­naires ins­ti­tu­tion­nels et aca­dé­miques. La récep­tion se ter­mi­nera à 16 h 30 et sera sui­vie d’un cock­tail

 

 

La plus haute distinction scientifique française

 

« L’excellence scien­ti­fique du sillon alpin, déjà recon­nue au niveau natio­nal et inter­na­tio­nal, sera à nou­veau mise en avant avec sept lau­réats d’horizons très dif­fé­rents : de la recherche fon­da­men­tale en phy­sique des par­ti­cules aux sciences cog­ni­tives en pas­sant par l’informatique, le cal­cul scien­ti­fique, la bio­lo­gie végé­tale, l’étude de la neige et la maî­trise de l’énergie », se féli­cite le CNRS.

 

1 La Médaille d’or du CNRS récompense l'ensemble des travaux d'une personnalité scientifique qui a contribué de manière exceptionnelle au dynamisme et au rayonnement de la recherche française. 2 La Médaille d'argent du CNRS distingue un chercheur pour l'originalité, la qualité et l'importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international. 3 La Médaille de bronze du CNRS récompense le premier travail d'un chercheur, qui fait de lui un spécialiste de talent dans son domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes. 4 La Médaille de cristal du CNRS distingue des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Elle récompense celles et ceux qui, par leur créativité, leur maîtrise technique et leur sens de l'innovation, contribuent aux côtés des chercheurs à l'avancée des savoirs et à l'excellence de la recherche française. 5 La Médaille de l'innovation du CNRS, créée en 2011, honore des recherches scientifiques exceptionnelles ayant conduit à une innovation marquante sur le plan technologique, thérapeutique ou sociétal et valorisant ainsi la recherche scientifique française. Chaque année, un jury décerne entre une et cinq médailles à des chercheurs et ingénieurs du CNRS, d'autres organismes de recherche, des universités et des grandes écoles, ou encore à des industriels très engagés dans des actions de recherche.

© CNRS

Pour autant, la Médaille d’or* du CNRS, la plus haute dis­tinc­tion scien­ti­fique fran­çaise, échappe aux cher­cheurs de la délé­ga­tion Alpes. Cette der­nière sera remise le 14 décembre, à la Sorbonne, aux deux phy­si­ciens Alain Brillet et Thibault Damour,. Que récom­pense-t-elle ? Leurs contri­bu­tions majeures à la détec­tion des ondes gra­vi­ta­tion­nelles, annon­cée pour la pre­mière fois le 11 février 2016.

 

 

Deux médailles d’argent pour la délégation régionale Alpes

 

Cependant, la délé­ga­tion régio­nale Alpes du CNRS n’a pas à rou­gir puisque, lors de la céré­mo­nie, les équipes et tra­vaux ayant per­mis cette détec­tion seront mis à l’honneur. Notamment l’une des lau­réates, Frédérique Marion, du Laboratoire d’Annecy de phy­sique des par­ti­cules (LAPP), médaillée d’argent, qui contri­bue à cette belle aven­ture.

 

Outre cette médaille d’or, qui est unique, le CNRS consacre éga­le­ment tous les ans des cher­cheurs de renom­mée inter­na­tio­nale avec une quin­zaine de médailles d’argent** et des jeunes cher­cheurs en pleine ascen­sion avec près d’une qua­ran­taine de médailles de bronze***. Les per­son­nels d’accompagnement de la recherche ne sont pas oubliés avec une quin­zaine de médaille de cris­tal****. Sans oublier, pour être exhaus­tif, entre trois et cinq médailles de l’innovation***** décer­nées par deux fois depuis 2011 à des lau­réats gre­no­blois.

 

 

JK

 

 

* La médaille d’or du CNRS récom­pense l’en­semble des tra­vaux d’une per­son­na­lité scien­ti­fique qui a contri­bué de manière excep­tion­nelle au dyna­misme et au rayon­ne­ment de la recherche fran­çaise.

 

** La médaille d’argent du CNRS dis­tingue un cher­cheur pour l’o­ri­gi­na­lité, la qua­lité et l’im­por­tance de ses tra­vaux, recon­nus sur le plan natio­nal et inter­na­tio­nal.

 

*** La médaille de bronze du CNRS récom­pense le pre­mier tra­vail d’un cher­cheur, qui fait de lui un spé­cia­liste de talent dans son domaine. Cette récom­pense repré­sente un encou­ra­ge­ment du CNRS à pour­suivre des recherches bien enga­gées et déjà fécondes.

 

**** La médaille de cris­tal du CNRS dis­tingue des ingé­nieurs, des tech­ni­ciens et des admi­nis­tra­tifs. Elle récom­pense celles et ceux qui, par leur créa­ti­vité, leur maî­trise tech­nique et leur sens de l’in­no­va­tion, contri­buent aux côtés des cher­cheurs à l’a­van­cée des savoirs et à l’ex­cel­lence de la recherche fran­çaise.

 

***** La médaille de l’in­no­va­tion du CNRS, créée en 2011, honore des recherches scien­ti­fiques excep­tion­nelles ayant conduit à une inno­va­tion mar­quante sur le plan tech­no­lo­gique, thé­ra­peu­tique ou socié­tal et valo­ri­sant ainsi la recherche scien­ti­fique fran­çaise. Chaque année, un jury décerne entre une et cinq médailles à des cher­cheurs et ingé­nieurs du CNRS, d’autres orga­nismes de recherche, des uni­ver­si­tés et des grandes écoles, ou encore à des indus­triels très enga­gés dans des actions de recherche.

 

 

Les récipiendaires

 

Médailles d’argent :

 

Frédérique MARION, Laboratoire d’Annecy de phy­sique des par­ti­cules
(LAPP – CNRS / USMB)  et Jean-Luc SCHWARTZ du Laboratoire Grenoble, images, parole, signal, auto­ma­tique (Gipsa-Lab – CNRS / Grenoble INP / UGA).

 

Médailles de bronze :

 

Céline COUTRIX, Laboratoire d’informatique de Grenoble (LIG – CNRS / Grenoble INP / Inria / UGA).

Juliette JOUHET, Laboratoire phy­sio­lo­gie cel­lu­laire et végé­tale (LPCV – CNRS / CEA / INRA / UGA).
Samuel MORIN Centre d’étude de la neige – (CEN Grenoble, unité de recherche du Centre natio­nal de recherches météo­ro­lo­giques CNRM – CNRS / Météo France, délé­ga­tion Midi-Pyrénées du CNRS)

 

Médailles de cris­tal :

 

Jacques DAVOINE, Laboratoire de génie élec­trique de Grenoble
(G2ELab – CNRS / Grenoble INP / UGA )
Nadine NEYROUD, Laboratoire d’Annecy de phy­sique des par­ti­cules (LAPP – CNRS / USMB)

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1886 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.