Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Forum avec Edwy Plenel à Grenoble : la ville “privatisée au service d’une idéologie” selon LR

sep article

La tenue d’un rendez-vous politique « progressiste » en partenariat avec Mediapart et en présence d’Edwy Plenel, le 2 décembre à l’Ancien Musée de peinture de Grenoble, provoque la colère des Républicains de Grenoble. Ces derniers dénoncent une « privatisation de la ville au service d’une idéologie et des abus de la propagande ».

 

 

« Une nouvelle opération politique aux frais du contribuable ». C’est ainsi que les Républicains de Grenoble, par la voix de leur secrétaire départemental adjoint et proche d’Alain Carignon François Tarantini, décrivent le rendez-vous « progressiste » organisé le 2 décembre prochain par la Ville de Grenoble à l’Ancien musée de peinture.

 

De 13 h 30 à 19 h 30, autour de quatre tables rondes, des politiques, des chercheurs ou des militants associatifs s’affaireront ainsi à « relancer le débat sur l’émancipation qui doit s’inventer aujourd’hui et demain, à affronter les blocages et les points de tension intellectuels du camp progressiste, et à rouvrir des perspectives stratégiques et idéologiques fortes ».

 

Edwy Plenel durant le colloque consacré à la prolongation de l'État d'urgence, « Six heures pour nos libertés » © Joël Kermabon - Place Gre'net

Edwy Plenel durant le colloque consacré à la prolongation de l’État d’urgence, “Six heures pour nos libertés” © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Mediapart, partenaire de ce rendez-vous, va retransmettre en streaming les débats et les prises de parole durant la journée. La présence de son fondateur Edwy Plenel est par ailleurs d’ores et déjà confirmée, près de deux ans après sa venue à l’occasion d’un colloque sur la prolongation de l’état d’urgence.

 

 

« Abus de propagande », dénoncent les Républicains

 

Un colloque dont Les Républicains se souviennent comme d’un « discours de la honte […] après l’attentat du Bataclan dans lequel un Isérois a perdu la vie ». Avant de tacler les « gauchistes grenoblois » et de dénoncer « le problème de la privatisation de la ville au service d’une idéologie et des abus de la propagande ».

 

Le tenue le 2 décembre à Grenoble de tables rondes organisées par la Ville et Mediapart provoque la colère des Républicains qui parlent de « propagande ». Membres du collectif des Républicains Grenoble, le changement. De gauche à droite : Aziz Sahiri, Brigitte Boer, François Tarantini et Éliane Rual. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Membres du collectif des Républicains Grenoble, le changement. De gauche à droite : Aziz Sahiri, Brigitte Boer, François Tarantini et Éliane Rual. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Conférence d’Edgar Morin à l’Hôtel de Ville de Grenoble, exposition contre le contrôle au faciès place de Verdun, « rues et places de la ville saturées d’expositions orientées »… Pour les Républicains, « tous les moyens publics sont mis en œuvre pour pénétrer le temps de cerveau disponible des Grenoblois ».

 

Non sans ironie, Les Républicains de Grenoble concluent leur communiqué en annonçant, « pour rétablir l’équilibre », qu’ils demanderont prochainement « l’invitation d’autres sociologues à l’Hôtel de Ville ». Ainsi qu’une mise à disposition de l’ancien Musée de peinture « dans les mêmes conditions de gratuité pour [s’] exprimer ».

 

 

FM

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
829 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Les LR veulent faire venir des sociologues ? libre à eux … mais lesquels viendraient tenir une conférence sous l’égide de Carignon ? Ont-ils seulement essayé d’organiser une journée de réflexion et de demander des bâtiments municipaux ?
    Je n’aime pas du tout Edwy Plenel et ses discours sur les minorités et son amitié avec Tarik Ramadan. Pour moi, il n’y a pas de minorités, c’est un faux problème. Il faut combattre cette idée, mais chacun a le droit de s’exprimer.

    sep article
    • Plenel diffuse l’idéologie fascisante selon laquelle s’attaquer au totalitarisme islamique revient à s’attaquer aux musulmans dans leur ensemble. Il reprend ici, au mot près, l’argumentaire des djihadistes, lesquels tentent de solidariser les musulmans autour de l’idée selon laquelle s’en prendre aux islamistes, c’est attaquer la « communauté » musulmane tout entière. Ceci est loin d’aider les musulmans à se défaire de l’emprise de l’islamisme, à les aider à faire la différence, en France et ailleurs, entre ce qui est acceptable et à rejeter ce qui ne l’est pas.
      Plus généralement, Plenel et ses soutiens islamistes instillent la haine de l’Occident post-colonial, en particulier la France, supposés racistes, au motif que l’Occident haïrait les musulmans que Plenel et ses amis présupposent opprimés en raison de leur appartenance religieuse. Et qu’est-ce que réduire les gens à leur appartenance religieuse? C’est tomber dans le communautarisme. Dans l’identitaire. C’est monter les « communautés » les unes contre les autres (alors que, au passage, la République ne connaît que des « citoyens », égaux devant la loi, et non des « communautés » ). C’est donc instiller la haine. En cela, Plenel ne vaut pas mieux que l’extrême-droite, en cela son discours est fascisant, et fait directement le lit du terrorisme.
      Ceux qui, à l’instar d’une bonne partie de la municipalité Grenobloise, soutiennent directement ou indirectement Plenel, devraient ouvrir les yeux au lieu de dépenser une énergie folle à mettre systématiquement les excès d’une religion déterminée au-dessus des valeurs et de la loi républicaines. Mais laissons-les crier au « racisme » à l’instar de ces « 130 intellectuels » de « gauche » soutenant Plenel dans sa querelle contre Charlie Hebdo. Pendant ce temps-là, une rédaction en partie décimée en 2015 croule sous les menaces de mort en raison de ses idées (en France, oui! pas en Turquie ou en Russie, mais en France), et nombre d’intellectuels – arabes ! – tirent la sonnette d’alarme. C’est tout l’enjeu de la fameuse une de Charlie Hebdo, représentant Plenel se voilant la face: ouvrir les yeux.

      sep article
  2. Il suffit de regarder la une de Charlie Hebdo du 08/11/2017 pour comprendre à qui nous avons affaire concernant M. Plenel. Comme quoi l’opposition à l’idéologie communautariste, et donc raciste (oui!) et inégalitaire de M. Plenel n’est ni de droite, ni de gauche, quand on constate que sur ce sujet, LR et Charlie sont sur la même ligne. Ainsi M. Plenel fait partie de ceux qui pensent qu’un minorité est forcément, et par nature, « opprimée », et que cela justifierait qu’on lui donne un statut dérogatoire à la loi républicaine. Bref, il s’agit de quelqu’un qui propage l’idéologie de « l’Etat raciste », dont les effets sur la société sont délétères.

    sep article
  3. sep article