Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les élus RCSE du Département dénoncent “l’interprétation biaisée” d’un sondage sur les déplacements

sep article

FOCUS – Le groupe des élus du Rassemblement des citoyens – Solidarité et écologie (RCSE) du Département reprochent à la majorité départementale d’avoir détourné les résultats d’un sondage réalisé par OpinionWay en 2016 dans le cadre des Rendez-vous de la mobilité. Après avoir dû s’en remettre à la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) et au tribunal administratif pour en obtenir l’intégralité, le groupe pointe des questions biaisées, des réponses occultées et une interprétation partielle des résultats. De quoi permettre à l’exécutif départemental, estime-t-il, de « justifier sa politique de déplacement ».

 

 

Benjamin Trocmé, conseiller départemental EELV du groupe Rassemblement Citoyen Solidaire Ecologiste (RCSE). DR

Benjamin Trocmé, conseiller départemental EELV du groupe Rassemblement citoyen solidaire écologiste (RCSE). DR

C’est une histoire au long cours que rapportent ce mercredi 8 novembre Véronique Vermorel et Benjamin Trocmé, élus départementaux du groupe Rassemblement des citoyens – Solidarité et écologie (RCSE).

 

Tout commence en février 2016 lorsque le Département de l’Isère organise les Rendez-vous de la mobilité censés permettre le débat sur les conditions de déplacement en Isère tout autant que « prendre le pouls de la population ».

 

Des rendez-vous de la mobilité dont « on ne trouve d’ailleurs aucune trace sur le site du département et dont la seule référence disponible sur internet consiste en un communiqué de presse », souligne Benjamin Trocmé.

 

Outre trois réunions publiques  – « à l’audience restreinte », estiment les deux élus – qui se sont déroulées à Grenoble, Bourgoin-Jallieu et à La Mure, le Département a commandé à l’institut de sondage OpinionWay une enquête portant sur un échantillon de 1 007 habitants de l’aire urbaine de Grenoble. Son thème ? La mobilité dans l’aire urbaine grenobloise.

 

Après une longue procédure administrative et judiciaire pour en obtenir l’intégralité, les élus n’ont finalement eu que très dernièrement la possibilité de l’analyser. Le groupe RCSE dénonce une interprétation des résultats « biaisée et partielle » de l’exécutif départemental qui justifierait ainsi « sa politique de déplacements ».

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
925 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Certains confondent toutes les instances … pourtant, la Ville, la Métro et le Département, ce s’est pas la même chose, même si certains élus peuvent se retrouver politiquement.
    Là, il est question du plan DEPARTEMENTAL de mobilité. Si les élus n’ont pas eu les documents auxquels ils ont droit, il est normal qu’ils fassent tout pour les obtenir, les analyser et dire ce qu’ils en pensent.
    Où est le problème ?
    Ceux qui ne sont pas d’accord avec leur analyse devraient dire pourquoi.

    sep article
  2. De la part de maniplateurs professionnels, voir Coeur de Ville Coeur de Métropole, elle est bonne celle là 😀

    sep article
  3. sep article