Avec l'exposition Au doigt et à l'œil à la bibliothèque des Sciences, Aconit dresse une rétrospective de l'histoire du calcul… et de l'informatique.Expo Au doigt et a l'oeil © Florent Mathieu - Place Gre'net

Au doigt et à l’œil : une exposition sur l’informatique de Babylone à notre ère

Au doigt et à l’œil : une exposition sur l’informatique de Babylone à notre ère

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – L’association de conservation du patrimoine informatique Aconit expose jusqu’au 15 décembre 2017 quelques-unes de ses pièces à la Bibliothèque universitaire des Sciences, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. Une rétrospective du calcul et de l’informatique, de Babylone à nos jours, soutenue par l’Université Grenoble-Alpes autant que par Grenoble INP.

 

 

L’informatique est le résul­tat d’une his­toire qui remonte, au moins, à deux mil­lé­naires avant Jésus Christ. C’est tout le pro­pos de l’ex­po­si­tion “Au doigt et à l’œil” orga­ni­sée à la Bibliothèque uni­ver­si­taire des Sciences, sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères.

 

Avec l'exposition Au doigt et à l'œil à la bibliothèque des Sciences, Aconit dresse une rétrospective de l'histoire du calcul… et de l'informatique.Des visites de groupe sont possibles. Ici, une groupe de la municipalité de Grenoble bénéficie d'une visite guidée, avec notamment l'élue en charge de l'Open Data Laurence Comparat © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des visites de groupes sont pos­sibles. Ici, des membres de la muni­ci­pa­lité de Grenoble béné­fi­cient d’une visite gui­dée, avec notam­ment l’é­lue en charge de l’Open Data Laurence Comparat. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’association de conser­va­tion du patri­moine infor­ma­tique Aconit y pro­pose jus­qu’au 15 décembre 2017 une rétros­pec­tive du cal­cul et de l’in­for­ma­tique, de Babylone à notre ère, en par­te­na­riat avec l’Université Grenoble-Alpes (UGA) et l’École natio­nale supé­rieure d’in­for­ma­tique et de mathé­ma­tiques appli­quées (Ensimag) de Grenoble INP.

 

 

La collection la plus complète de France

 

« Nous avons des col­lec­tions dans Grenoble qui repré­sentent 30 000 objets. C’est la col­lec­tion la plus com­plète de France, sinon d’Europe ! », note Philippe Duparchy, pré­sident d’Aconit. Mais les locaux de l’as­so­cia­tion, rue Joseph-Rey à Grenoble, ne per­mettent pas d’ac­cueillir beau­coup de visi­teurs, ni d’as­su­rer une ouver­ture permanente.

 

Philippe Duparchy Président d'Aconit, présente la Pascaline © Florent Mathieu - Place Gre'net

Philippe Duparchy, pré­sident d’Aconit, pré­sente la Pascaline. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

En pro­jet ? « Bâtir un centre de res­sources », explique encore Philippe Duparchy. « Mais avant de lan­cer une opé­ra­tion comme celle-ci, il faut déjà tes­ter la fai­sa­bi­lité finan­cière et l’ap­pé­tence des gens pour l’in­for­ma­tique », pour­suit-il. De fait, Au doigt et à l’œil se fixe autant pour objec­tif d’of­frir au public quelques tré­sors de l’in­for­ma­tique d’an­tan, que de tes­ter son appé­tence à ce type d’exposition.

 

Naturellement, Aconit n’a pas pu expo­ser l’in­té­gra­lité de sa col­lec­tion à la Bibliothèque uni­ver­si­taire des Sciences, quand bien même l’es­pace qui lui est dévolu per­met de pré­sen­ter un nombre impor­tant de machines au sein d’un par­cours aéré. L’objectif est de résu­mer l’é­vo­lu­tion des tech­no­lo­gies, étapes après étapes, sans pré­tendre à l’ex­haus­ti­vité. « Montrer les racines et le che­min par­couru », résume Philippe Duparchy.

 

 

L’informatique a existé avant l’électronique

 

L’exposition s’ar­ti­cule autour de sept modules : « 1 + 1 = 2 » est consa­cré aux outils per­met­tant à l’homme de faci­li­ter ses cal­culs. « 1 + 1 = 10 » s’in­té­resse aux sup­port de mémoire, de la carte per­fo­rée au CD. « Interagir » se penche sur la manière dont l’homme a créé des tech­no­lo­gies per­met­tant de com­mu­ni­quer avec les machines. L’évolution des inter­faces manuelles et visuelles sont conte­nues dans les modules « Écrire » et « Voir », tan­dis que les appli­ca­tions ludiques viennent conclure cette série avec le module « Jouer ».

 

Un terminal ADM-3A des années 80 nous livre ses entrailles © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un ter­mi­nal ADM-3A des années 80 nous livre ses entrailles. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Rappel : L’informatique a existé avant l’élec­tro­nique. « L’informatique, c’est le trai­te­ment de l’in­for­ma­tion. Le déve­lop­pe­ment d’un sys­tème qui per­met de cal­cu­ler de plus en plus vite, et de sto­cker sur des sys­tèmes de mémoire de plus en plus per­for­mants », rap­pelle le pré­sident d’Aconit. Du bou­lier à la Pascaline, les méca­nismes de cal­cul n’ont pas attendu Edison pour faci­li­ter le quo­ti­dien des hommes.

 

Au doigt et à l’œil parle ainsi d’in­no­va­tion, plus encore que d’in­ven­tion. « Trop sou­vent, l’in­no­va­tion est per­çue comme le concours Lépine, et ce n’est pas ça ! Il faut que la solu­tion cor­res­ponde à un besoin, et que l’on gère ensuite l’é­vo­lu­tion », note Philippe Duparchy. Qui prend soin de dis­tin­guer l’é­vo­lu­tion et la révo­lu­tion : « Dans une révo­lu­tion, on revient au point de départ ! »

 

 

L’informatique, pire et meilleure des choses

 

De fait, chaque pro­grès est lié à un besoin, pou­vant pro­ve­nir d’in­té­rêts divers et variés. Bien sûr, l’ar­mée et les néces­si­tés mili­taires comptent pour beau­coup dans l’é­vo­lu­tion des tech­no­lo­gies, mais l’é­cran cou­leur ne serait pro­ba­ble­ment pas apparu… sans le jeu vidéo. Claviers, sou­ris, péri­phé­riques de sto­ckage, outils numé­riques : tout est issu en fonc­tion d’un besoin, pas tou­jours avouable.

 

Rectangulaires ou en forme de savonnettes, les souris aussi ont évolué © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rectangulaires ou en forme de savon­nettes, les sou­ris aussi ont évo­lué. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le pré­sident d’Aconit insiste : l’in­for­ma­tique n’est ni un bon, ni un mau­vais génie. D’une volonté de par­tage des savoirs via une ency­clo­pé­die col­la­bo­ra­tive en ligne, à celle de pira­ter des don­nées sen­sibles ou de se pro­cu­rer des images pédo­por­no­gra­phiques, « on peut pous­ser les cur­seurs dans les extrêmes », juge-t-il. Avant d’a­jou­ter : « L’informatique porte, mais ne décide pas. Elle peut être la pire comme la meilleure des choses. »

 

Autant dire qu’Aconit espère bien ouvrir l’es­prit cri­tique des visi­teurs de l’ex­po­si­tion. Face aux usages de l’in­for­ma­tique comme face à son évo­lu­tion. Et ne pas oublier, à l’heure où l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle est au cœur de tant de débats et d’in­quié­tudes, que les ordi­na­teurs n’ont pas encore de conscience. « À nous de gar­der l’a­vance et de bien nous connaître ! », aver­tit avec phi­lo­so­phie Philippe Duparchy.

 

 

Les jeunes, une cible privilégiée

 

Bien se connaître et, sans doute, bien connaître l’his­toire de ces tech­no­lo­gies aujourd’­hui quasi-indis­pen­sables dans nos vies de tous les jours, dans nos démarches admi­nis­tra­tives, nos vies pro­fes­sion­nelles, nos loi­sirs ou même par­fois nos liens sociaux. De fait, nés au sein d’un monde où le numé­rique a toute sa place, les étu­diants sont une cible pri­vi­lé­giée de l’exposition.

 

Quand une machine à écrire Remington retient l'attention des étudiants © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quand une machine à écrire Remington retient l’at­ten­tion des étu­diants. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Dans un mou­ve­ment natu­rel, les jeunes visi­teurs se tournent vers ce qui leur rap­pelle leur quo­ti­dien : pre­mières sou­ris, pre­miers cla­viers, pre­miers ordi­na­teurs de jeux… « Chacun accède ici par ce qu’il connaît, décrit Philippe Duparchy. Le but c’est ça : être attiré par un centre d’in­té­rêt, puis voya­ger… » Les textes des pan­neaux ont par ailleurs été réa­li­sés par des étu­diants, qui assurent éga­le­ment des visites toutes les semaines.

 

Le suc­cès est-il au ren­dez-vous ? « Les gens de la biblio­thèque nous disent n’a­voir jamais vu une expo­si­tion qui attire comme cela ! », se réjouit le pré­sident d’Aconit. Qui n’ou­blie pas de pré­ci­ser que, même au sein d’une biblio­thèque uni­ver­si­taire, l’ex­po­si­tion est ouverte à tous les publics. Et que l’as­so­cia­tion peut orga­ni­ser des visites gui­dées pour des groupes consti­tués. À la décou­verte de l’in­for­ma­tique d’hier… pour mieux com­prendre le monde de demain ?

 

Florent Mathieu

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Réouverture de la bibliothèque/Tiers-lieu Alliance après travaux, mardi 10 avril 2018 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr
Réouverture du musée Stendhal de Grenoble et déconfinement progressif des bibliothèques

  EN BREF - À partir du mardi 16 juin, les dix bibliothèques municipales de Grenoble entameront leur deuxième phase de déconfinement. Le public pourra Lire plus

Lancement de la gratuité dans les bibliothèques de Grenoble, Corinne Bernard, Eric Piolle, Isabelle Westeel à la bibliothèque du centre-ville, mardi 2 juillet 2019, © Séverine Cattiaux- Place Gre'net
Pour faire revenir les lecteurs, Grenoble instaure la gratuité des bibliothèques

FOCUS - Depuis le 1er juillet, l'adhésion aux bibliothèques municipales de Grenoble est gratuite pour tous, habitants ou non de la commune. De quoi, sans Lire plus

COUAC ! Ou Obey et les organisateurs du Grenoble Street Art Fest sont-ils des illettrés ?

TRIBUNE LIBRE - Le mur du Home étudiant, construit par l'architecte Jean Benoît, a été utilisé comme support d'une fresque peinte dans le cadre du Lire plus

UNE Eric Piolle, Corinne Bernard, Isabelle Westeel, lors de l'annonce de la gratuité dans les bibliothèques. © Séverine Cattiaux -placegrenet.fr
La Ville de Grenoble s’apprête à voter la gratuité totale des bibliothèques municipales dès juillet

FOCUS - Dans le cadre du plan lecture 2018-2025, la Ville de Grenoble annonce la gratuité pour tous de l’accès aux bibliothèques de Grenoble, à Lire plus

L'ex-bibliothèque Alliance vient de rouvrir sous forme de tiers lieu. Sa convivialité fait l’unanimité, moins les moyens dédiés à son fonctionnement.
« Plan lecture 2025 » : vers un bouleversement du réseau des bibliothèques de Grenoble ?

DÉCRYPTAGE - Comment enrayer la baisse de fréquentation des bibliothèques de Grenoble et leur désaffection préoccupante de la part des 15-24 ans ? Via la rénovation et la Lire plus

Le festival littéraire de Voiron Livres à vous organise un concours d'écriture. Les participants ont jusqu'au 15 septembre pour envoyer leurs oeuvres.Pour son premier rendez-vous de l'année, la bibliothèque Centre-Ville de Grenoble propose samedi 14 janvier une « nuit des lectures interdites ».
Trois bibliothèques de Grenoble proposent des aides et animations pour réviser brevet et baccalauréat

FIL INFO - La bibliothèque municipale de Grenoble a élaboré un programme riche et surprenant pour permettre aux collégiens et aux lycéens de réviser dans Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

Hexagone - Moving earth

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin