Le dialogue social au cœur d’une réunion entre députés LREM isérois et chefs d’entreprise

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

Les parlementaires La République en marche de l’Isère organisent une réunion d’information avec les chefs d’entreprise du département, ce jeudi 2 novembre au Grand-Lemps. Objectif ? Échanger sur la Loi sur le renforcement du dialogue social, en présence notamment de son rapporteur, le député du Nord Laurent Pietraszewski.

 

 

Monique Limon, députée de la 7eme circonscription de l'Isère. DR

Monique Limon, députée de la 7e circonscription de l’Isère. DR

Les parlementaires La République en marche (LREM) de l’Isère organisent une « réunion d’information et d’échanges » avec des chefs d’entreprise du département, dans le cadre du débat entourant la Loi sur le renforcement du dialogue social. Un temps d’échange programmé jeudi 2 novembre à 20 heures dans la salle La Grange du Grand-Lemps.

 

« L’idée est vraiment d’être dans l’interactivité et non pas un cours magistral », insiste le cabinet de la députée de la 7e circonscription de l’Isère, Monique Limon.

 

La réunion sera notamment l’occasion de rencontrer le rapporteur du projet de loi, Laurent Pietraszewski, député du Nord, qui livrera un rappel des objectifs de la loi, avant une séance d’échanges et de débats avec la salle.

 

 

Une réunion pour les entreprises de plus de 50 salariés

 

 

Les personnes conviées ? « Pour des raisons de logistique », ont seulement été invités les responsables d’entreprises de plus de 50 salariés, ainsi que des représentants des comités interprofessionnels ou des organisations patronales. « Plus quelques entreprises identifiées dans les réseaux respectifs des parlementaires », ajoutent les organisateurs. Aucun nom de société participant à l’événement n’a toutefois été communiqué malgré notre demande.

 

Les députés LREM de l'Isère organisent une réunion avec les chefs d'entreprise du département autour de la Loi sur le renforcement du dialogue social. La CCI de Grenoble © Chloé Ponset - placegrenet.fr

La CCI de Grenoble © Chloé Ponset – placegrenet.fr

 

« Pour l’heure, nous pouvons vous indiquer la présence de Mme la Secrétaire générale de la préfecture, du 1er vice-président de la CCI du Nord-Isère*, ainsi qu’une représentante du bureau de la CCI de Grenoble », nous fait savoir, à quelques jours de la soirée, le cabinet de Monique Limon. C’est le maire du Grand-Lemps et sénateur de l’Isère Didier Rambaud qui ouvrira la réunion.

 

FM

 

* Soit Violaine Demaret et Jean-Pierre Girard.

 

commentez lire les commentaires
1639 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Qu’on nous explique comment le dialogue social est encore possible après les ordonnances tellement mal rédigées qu’on va devoir écrire une ordonnance « coquilles » pour corriger une partie du tir ont cassé tous les mécanismes de dialogue social, après qu’on ait la volonté affichée de « tuer » tous les corps intermédiaires qui justement permettent se dialogue de manière structurée et ordonnée…

    https://www.marianne.net/societe/une-ordonnance-coquilles-va-etre-publiee-pour-corriger-les-boulettes-de-la-reforme-du-droit

    Encore une grosse pantalonnade.

    En Allemagne, en Italie, en Belgique, au Pays Bas, en Scandinavie, tout le monde est écroulé de rire…

    Et puis c’est vrai que les députés LREM de l’Isère ont tous une connaissance profonde du droit social et un expérience robuste du dialogue social, qui leur a été fournie par le gouvernement (oui, celui qui a rédigé ces ordonnances, sans doute la somme de législation la plus mal écrite de l’Histoire de France).

    Le rôle des députés est de faire la loi, pas de la vendre et d’assurer le service après-vente.

    On sombre dans le ridicule le plus total, car enfin, il fallait réfléchir avant de faire, et les « entreprises » sont toutes sauf satisfaites de l’énorme insécurité juridique crée par ces ordonnances rédigées à la va-comme-je-te-pousse.

    Par ailleurs, le secteur du transport routier à déjà enfoncé un coin qui les fait se fissurer les ordonnances. D’autre branches et la justice feront le reste: dans 3 ans, il n’en restera rien.

    sep article