Peintures, objets et surfaces : rétrospective Daniel Dezeuze au Musée de Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

Le Musée de Grenoble présente une Rétrospective de l’œuvre de Daniel Dezeuze. Aujourd’hui âgé de 75 ans et toujours actif, l’artiste compte parmi les grands noms de l’art contemporain français, notamment à travers le mouvement Supports/Surfaces et son impact sur la création dans les années 70.

 

 

Après une expo­si­tion tem­po­raire consa­crée à Fantin-Latour, le Musée de Grenoble renoue avec l’art contem­po­rain à tra­vers une Rétrospective Daniel Dezeuze, visible du 28 octobre 2017 au 28 jan­vier 2018. Une expo­si­tion conçue en étroite col­la­bo­ra­tion avec l’ar­tiste, tou­jours actif du haut de ses 75 ans… et de ses cin­quante ans de créa­tion.

 

Les “tableaux-valises” de Daniel Dezeuze © Musée de Grenoble

Les “tableaux-valises” de Daniel Dezeuze. © Musée de Grenoble

 

« Daniel Dezeuze n’est pas connu du grand public, mais c’est un artiste impor­tant de l’art fran­çais depuis la fin des années 60. Il me sem­blait impor­tant de reve­nir sur ce par­cours, et de mon­trer com­ment son œuvre a mar­qué », explique Guy Tosatto, direc­teur du Musée de Grenoble. En tout, ce sont pas moins de 18 salles qui per­mettent au visi­teur de se repré­sen­ter le par­cours de l’ar­tiste.

 

Car c’est bien de par­cours qu’il s’a­git. Qui relie une pre­mière salle expo­sant des œuvres “de jeu­nesse” à une conclu­sion sur les œuvres les plus récentes. D’un « Dezeuze avant Dezeuze » – pour reprendre la for­mule de Guy Tosatto – pei­gnant un pay­sage encore figu­ra­tif, à un Dezeuze voya­geur pro­po­sant des “tableaux-valises.

 

 

Supports/Surfaces, et matériaux pauvres

 

Lui-même fils de peintre, Daniel Dezeuze ne res­tera pas long­temps adepte du figu­ra­tif. L’abstrait prend vite le pas sur son approche pic­tu­rale, avant de “déri­ver” vers l’ob­jet, le trai­te­ment des dimen­sions et des sur­faces. Il est ainsi le fon­da­teur du mou­ve­ment Supports/Surfaces, dont Guy Tosatto rap­pelle com­bien il a « mar­qué le contexte artis­tique fran­çais des années 70 ».

 

Daniel Dezeuze évoque ses créations aux côtés de Guy Tosatto, directeur du Musée de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Daniel Dezeuze évoque ses créa­tions aux côtés de Guy Tosatto, direc­teur du Musée de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les sur­faces de Dezeuze ? Des toiles décou­pées, des châs­sis en bois sur laquelle est ten­due une feuille de plas­tique, un rou­leau de roseau déroulé à même le sol, et autres créa­tions qui inter­rogent autant le rap­port de l’ar­tiste que du spec­ta­teur à l’œuvre. Et se déve­loppent, tou­jours sur des maté­riaux “pauvres”, dans une volonté mar­quée d’at­ta­quer les fon­de­ments de la géo­mé­trie eucli­dienne.

 

Mais Dezeuze ne se résume pas à ses sur­faces. Au cours de son tra­jet, l’œuvre prend des che­mins de tra­verse. Guy Tosatto décrit un artiste « resté fidèle à ses pre­mières impres­sions artis­tiques, mais qui a réussi à élar­gir, ouvrir une œuvre extrê­me­ment cohé­rente et en même temps diverse ».

 

 

« L’intelligence de la main »

 

Ainsi, le visi­teur trou­vera-t-il au fil des salles qui com­posent l’ex­po­si­tion les des­sins de Dezeuze, des repré­sen­ta­tions denses dont se dégage pour­tant une sen­sa­tion de sobriété et d’har­mo­nie. Une série bap­ti­sée La Vie amou­reuse des plantes retient par­ti­cu­liè­re­ment l’œil : explo­sion de formes et par­fois de cou­leurs, la nature s’é­voque dans des tour­billons sans fré­né­sie.

 

Daniel Dezeuze voue aussi une pas­sion affir­mée à cer­tains types d’ob­jets et, en pre­mier lieu… les armes. Aucune démons­tra­tion bel­li­queuse cepen­dant, quand l’ar­tiste conçoit des pis­to­lets fac­tices bien sou­vent iro­niques, ou d’i­nof­fen­sives arba­lètes expri­mant la thé­ma­tique de la tra­jec­toire. La ques­tion n’est plus vers quoi, mais vers où pointe cet arme­ment ico­no­claste ?

 

Les réceptacles de Daniel Dezeuze © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les récep­tacles de Daniel Dezeuze © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

En paral­lèle à ces armes, le créa­teur se pas­sionne encore pour les récep­tacles. Une myriade d’ob­jets com­po­sites faits de bois, de filets, d’un cage en plas­tique, d’ob­jets récu­pé­rés et de maté­riaux de récu­pé­ra­tion. Un art pauvre, ou l’élec­tro­nique n’a pas sa place ? « Je défends l’in­tel­li­gence de la main, qui a modelé nos hémi­sphères céré­braux durant des mil­lé­naires », nous confie Daniel Dezeuze. Avant de s’in­quié­ter d’un « bas­cu­le­ment » : « L’œil est très avide, et la main pares­seuse. »

 

 

Un voyage ou une « ran­don­née » dans une créa­tion laby­rin­thique

 

Au terme d’un par­cours de 18 salles, d’un voyage dans l’i­ma­gi­naire riche que l’on ne sau­rait résu­mer en quelques para­graphes, le Musée expose dans son hall une étrange ins­tal­la­tion laby­rin­thique. Per una selva oscura (« Par une forêt obs­cure ») déve­loppe un cercle lui-même com­posé de formes géo­mé­triques en son sein. L’œuvre connaî­tra deux suites, deux autres « forêts obs­cures », elles aussi expo­sées.

 

Per una selva oscura © Florent Mathieu - Place Gre'net

Per una selva oscura © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une manière peut-être d’illus­trer le che­mi­ne­ment de Daniel Dezeuze, dont l’œuvre emprunte des direc­tions dif­fé­rentes, par­fois oppo­sées, entre objets concep­tuels et « plai­sir de peindre » reven­di­qué par l’ar­tiste. Cinquante ans de créa­tion comme cin­quante ans de voyage ? « C’est comme une ran­don­née : on part, on tra­verse des forêts obs­cures, on tra­verse des clai­rières, et puis on arrive sur des che­mins de crête où l’on voit des pay­sages magni­fiques », nous décrit l’ar­tiste

 

« À chaque avan­cée, on découvre quelque chose de nou­veau. Et, comme tout le monde, j’a­vance pas à pas », ajoute-t-il. Pas à pas, c’est ainsi encore qu’il convien­dra de visi­ter cette rétros­pec­tive, ce par­cours au sein d’un uni­vers où l’on accepte de se perdre avec plai­sir. Tant le foi­son­ne­ment de l’œuvre de Daniel Dezeuze fait que cha­cun pourra trou­ver écho à sa propre sen­si­bi­lité.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2402 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.