Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

CVCM : Grenoble à cœur réclame une campagne de mesures de la qualité de l’air

sep article

Pour Grenoble à cœur, l’opération de piétonnisation du centre-ville de Grenoble est responsable d’une augmentation marquée de la pollution de l’air. Dans une lettre ouverte adressée au président de la Métro, le collectif de commerçants et d’habitants opposés à CVCM réclame que soit mise en œuvre une vaste campagne de mesures de la qualité de l’air.

 

 

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives. crédit Patricia Cerinsek

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM. © Patricia Cerinsek

Dans une lettre ouverte adressée ce jeudi 19 octobre au président de la Métro Christophe Ferrari, le collectif Grenoble à cœur réclame que soit menée dans le cadre de l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropoles, une large campagne de mesures de la pollution de l’air.

 

Une étude réalisée pas seulement dans le périmètre du projet mais élargie à tous les axes du report du trafic, du sud de Grenoble jusqu’aux boulevards et petites rues du centre-ville « où se déversent les automobiles interdites de passage sur Agutte Sembat et République-Montorge ».

 

 

Grenoble à cœur propose une alternative

 

 

Après que la Métro a rendu publics les premiers chiffres – plutôt satisfaisants – de l’opération de piétonnisation du cœur de ville de Grenoble, et alors que le projet doit passer en novembre devant les différents exécutifs pour être voté, ce collectif de commerçants et d’habitants continue de monter au créneau.

 

Depuis plusieurs mois, Grenoble à cœur multiplie les courriers et les recours devant la justice pour stopper le projet mais aussi alerter et proposer une alternative : une autoroute à vélo via le boulevard Gambetta « sans modifier tout le plan de circulation ».

 

Pour le collectif Grenoble à cœur, la pollution a grimpé en flèche depuis la mise en place de CVCM et du nouveau plan de circulation. En septembre 2017, la pollution aux NO2 était même deux fois supérieure à la moyenne des dix dernières années selon leurs calculs effectués sur la base des mesures d'Atmo. Document Grenoble à cœur

Pour Grenoble à cœur, la pollution a grimpé en flèche depuis la mise en place de CVCM. En septembre 2017, la pollution au NO2 était même deux fois supérieure à la moyenne des dix dernières années. Document Grenoble à cœur

Rien n’y fait. CVCM suit son chemin, désormais conforté par un premier petit bilan chiffré, tiré de quelques comptages réalisés en interne par un observatoire qui a analysé les flux de véhicules, de vélos, de passages dans les transports en commun, de piétons aussi. Résultat ? Les clignotants sont a priori au vert… mais ils ne disent encore rien de l’impact du projet sur la qualité de l’air.

 

Trop tôt, rétorquent de concert la Métro et Air Auvergne Rhône-Alpes, l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air, pour qui ces études doivent être menées sur un temps beaucoup plus long.

 

Grenoble à cœur, lui, s’étonne « qu’une telle étude n’ait pas été commandée à Air Rhône Alpes avant la mise en place de CVCM, ni après puisqu’aucune annonce en ce sens n’a été faite. Nous nous en étonnons d’autant plus que pareilles études avaient été réalisées dans le passé pour des projets à l’impact infiniment plus faible, tels par exemples que les lignes de bus n° 5 (1999), n° 31 (2000), n° 33 (2001), n° 6020 (2005). »

 

 

Quel impact sur la qualité de l’air ? Réponse pas avant fin 2018

 

 

En 2006, une vaste campagne de mesures de la qualité de l’air avait été menée dans le cadre de l’élaboration du plan de déplacement urbain. C’est ce que réclame aujourd’hui le collectif : une « campagne de mesures sérieuse réalisée en points fixes, sur les axes petits et grands impactés par CVCM du fait des reports de circulation automobile ».

 

Avec l’accord de principe de la Métro ? Interrogé à ce sujet par Place Gre’net lors de la communication des premiers chiffres de CVCM, Christophe Ferrari s’était dit « pas opposé » à une telle campagne. Pour l’heure, d’après nos informations, rien n’est pour autant prévu avant 2018. Avec des résultats qui devraient n’être connus qu’en fin de l’année prochaine.

 

 

PC

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2426 visites | 25 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 25
  1. Incroyable énergie pour déplacer le débat alors que nous sommes d’accord sur le niveau général de pollution qui est trop souvent trop élevé à Grenoble. Une preuve que l’article Vie à Grenoble a touché juste et d’ailleurs avec sa lecture il est facile de s’en convaincre car toutes les données sont publiques ! Aucune théorie du complot là, juste les faits et un décalage de 8µg/m³ qui fait faire un graphique catastrophique à Grenoble à Coeur en cumul annuel http://vieagrenoble.fr/index.php/2017/10/22/fakenews-3-reference/
    http://vieagrenoble.fr/wp-content/uploads/2017/10/Data-Grenoble-à-Coeur-Gds-Blvds-offset-10-ans.png

    Les campagnes de mesures existent et nous allons donc continuer à observer ces données pour contribuer à la sensibilitation générale du sujet pollution.

    Quand à savoir qui je suis et qui sont les autres auteurs de l’article, cela ne change rien au fait ! Je peux vous certifier que nous ne sommes ni élu, ni à la métro, ni à la mairie, ni même militant d’aucun parti politique Grenoblois. D’ailleurs n’importe qui peut nous contacter par notre site. Même Place Gre’Net et Grenoble à Coeur ont notre email pour nous contacter en direct car nous les avons bien sûr contacter pour qu’ils publient un erratum.

    sep article
    • PC

      26/10/2017
      16:52

      Comme déjà précédemment précisé, nous avons sollicité Air Auvergne Rhône-Alpes afin qu’ils apportent leur expertise, à priori la plus légitime, quant aux résultats obtenus par Grenoble à coeur. Le temps de l’expertise n’étant pas calé sur le temps médiatique, il faudra vraisemblablement patienter un peu… En tout état de cause, comme cela a déjà été dit, nous apporterons une réponse à toutes ces interrogations, histoire aussi de couper court à la partie de ping-pong. Nous ne manquerons alors pas de vous solliciter une fois que des réponses « officielles » seront apportées.

      sep article
  2. Patrick Rob, faux profil facebook crée le 19 octobre afin de faire en masqué de la désinformation sur les réseaux sociaux. Mais qui est cette personne? Quels intérêts politiques représente t-il?

    sep article
  3. Vous ne trouvez pas ça drôle vous ces écolos qui refusent des campagnes de mesure de la qualité de l’air?
    Nous, ça nous fait pleurer de rire.

    sep article
  4. sep article
  5. Les calculs sont basés sur les données d’Air Rhône Alpes. Ils sont exacts et c’est pourquoi nous nous mouillons en les publiant. D’autres façons de calculer sont certainement possibles, nous sommes à l’écoute de celles qui nous seraient communiquées. Toutefois, dans tous les cas la conclusion resterait la même car elle vient des données et non pas de la façon de les traiter.

    sep article
  6. C’est marrant comme depuis le début du projet CVCM ce sont les mêmes qui disent qu’il n’y a pas de problème, qui font tout pour qu’ils ne soient pas étudiés, qui remettent en cause ceux qui le font. Un peu de lecture leur ferait du bien :
    https://grenoble-coeur.blogspot.fr/p/pollution.html

    sep article
    • C’est drôle aussi comme les opposants aux noms explicites citent toujours les mêmes sources sans jamais donner accès aux données. Que Grenoble à Cœur dévoile son calcul et je serais le premier à les soutenir.
      Une chose est certaine, et je suis d’accord avec eux, il y a trop de pollution à Grenoble. Vivement donc que Grenoble à Cœur aide à avoir moins de voitures au centre ville en faisant la promotion des parking relais, de l’auto-partage, des transports en communs ou encore tous les modes actifs comme à pieds et à vélo.

      sep article
      • Si vous ne voulez pas aller sur leur site parce que c’est « toujours la même source », vous allez avoir du mal à « avoir accès aux données » dont vous dites qu’elles ne sont pas publiées. Parce qu’elles le sont et c’est pour ça que je donnais le lien.
        D’autre part, vous n’êtes pas sans savoir que la Métro et la Ville de Grenoble ont refusé la réalisation d’une étude d’impact pour CVCM. Il n’y a dans ce cas ni source ni données ni méthodologie à critiquer, puisqu’il n’y a RIEN ! Moi ça me gêne cette impasse et cette carence totale d’information, et vous ?

        sep article
        • vous pensez bien que je suis allé sur le site de Grenoble à Cœur et j’ai suivi la méthodo pour moi refaire les graphiques à base des données Air Aura… Et devinez quoi, pas le même graphique et c’est pourquoi je demande des explications… Vous même, avez vous l’excel du graphique ? https://drive.google.com/file/d/0ByfNyPgASZbpdlRLNGJRTmhoT3c/view

          Quand à l’étude d’impact, il me semble que la DREAL a rendu son avis dans le respect de la réglementation en place en été 2016 de mémoire. Le document avait d’ailleurs était partagé ici dans certains commentaires. Encore une fois, je ne dis pas qu’il n’y a pas de pollution, je dis juste qu’en regardant les données publiques, on a pas le graph Grenoble à Coeur et on ne peut pas conclure que CVCM a augmenté ou diminué la pollution. Juste les chiffres.

          sep article
          • Je ne peux pas vous aider dans vos difficultés de calculs mais je peux vous dire que la DREAL a examiné le dossier en 10 jours ouvrables au mois d’août 2016. Pensez vous qu’une étude d’impact sur toute une ville puisse être réalisée en quelques jours quand tous les bureaux sont vides ? Moi non. Pensez vous qu’un examen sérieux produit un rapport étayé et que quand il n’y a RIEN on est en droit de douter ? Moi oui.

            sep article
            • Ils ont été clair il me semble. Pas de besoin légal d’étude d’impact et c’est de leur responsabilité que de décider. Après si vous savez plus qu’eux ou si vous sous-entendez quelque chose de malhonnête, c’est un tout autre débat dans lequel je ne suis pas assez qualifié, sans aucun doute.
              Quand au calcul aucun soucis, publiez votre feuille de calcul et la transparence sera faite. De mon côté je vais le faire d’ici quelques jours.

              sep article
              • Je n’ai rien sous entendu, j’ai énoncé des faits. Vous pouvez les vérifier.

                sep article
              • Les faits sont les faits, je ne dis rien d’autre.

                sep article
              • Vous êtes marrants vous….
                Il y avait obligation qu’enquête publique (ce qui a été fait à Paris) parce que pas de PDU…Et c’est pour cela que CVCM sautera au Conseil d’Etat.

                sep article
            • Même pas en 10 jours: en 5 jours ouvrés.

              sep article
      • Dévoiler quoi coco?
        C’est dit clairement: tout est basé sur les données de Atmo Air Rhône Alpes disponibles en temps réel sur son site…
        A partir de ça on fait une extrapolation statistique. C’est simple non?
        Ce serait plutôt à la Métro de rendre publique sa méthodologie [modéré : propos diffamatoires]…

        sep article
    • C’est marrant que certains sont les rois des multiples alias est sont incapables d’agir à visage découvert.

      sep article
  7. On reconnait bien là les amis de la municipalité et métro, qui s’ammusent en désinformation du travail sérieux de ce collectif, au dépends de la santé des Grenoblois.

    sep article
  8. Peut on douter sur la méthodo de calcul car j’ai refait la même chose à partir des Open Data de Air Aura et je n’obtiens pas du tout le même résultat ! Data dispo sur leur site http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station

    Place Grenet et Grenoble à Coeur, pouvez vous partager vos données et calculs ? Merci à Place Grenet de vérifier à la source d’ailleurs. Pourquoi ne pas contacter Air Aura pour avoir leur avis ?

    Enfin, la conclusion sur 10 ans semble non confirmé par le rapport 2016 de Air Auvergne Rhône-Alpes §3 p21 dispo ici http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station Bref, tout cela semble pipé et organisé par les oppositions au projet de la métro alors que comme le dit Dauphinoix dans les commentaires de l’article précédent « le projet CVCM suit son cours, la bataille de chiffres aussi », le bon sens fait dire, si moins de voiture, moins de pollution !

    sep article
    • Et oui, moi aussi j’ai l’impression que Place Grenet ne fait que reprendre le discours de Grenoble à Coeur, sans prendre de recul sur leurs graphiques faux et leurs post-vérités. Et ça commence à me gonfler un peu d’ailleurs. Très souvent une critique – souvent légitime – des «drôles de chiffres» de la majorité (titre d’un de vos articles), mais très peu des communiqués de ce collectif.
      Autre sujet : les recours pour étude d’impact. Je n’ai vu nulle part sur ce journal la position de la DREAL qui explique qu’elle n’est pas nécessaire (donc que les recours sont inutiles)… Pourtant, c’est l’autorité de référence en matière d’environnement, bien plus objective que la centaine de pro-bagnole qui se servent de l’excuse de la pollution comme prétexte au non-changement de paradigme de mobilité en ville.

      sep article
      • PC

        19/10/2017
        12:03

        Nous avons sollicité et transmis à Air Auvergne Rhône-Alpes l’étude réalisée par le collectif Grenoble à cœur. Pour l’heure, AARA n’a pas de réponse tranchée quant à l’impact de CVCM sur les niveaux de pollution. Je vous renvoie à cet extrait du précédent article :

        « Du côté d’Air Auvergne Rhône-Alpes, il est aujourd’hui difficile de conclure à un effet, dans un sens comme dans l’autre, de CVCM sur les niveaux de pollution. « Une seule station comme celle des grands boulevards ne reflète pas toute la complexité des impacts, souligne Camille Rieux. Les polluants peuvent être influencés par le trafic routier mais aussi par d’autres paramètres, comme les échanges atmosphériques, les différences de température. Il peut aussi y avoir des effets transitoires. »

        Par ailleurs, la Dreal est un service de l’État. Nous les avions à l’époque sollicité via les services de la préfecture, la Dreal ne répondant pas à la presse sans l’aval du représentant de l’État. Nous n’avons jamais obtenu de réponse.

        sep article
      • Calculs faux et post-vérités?
        reprenez les même données, celle d’ATMO AURA et refaite les calculs.
        Et arrêtez de systématiquement mettre en cause les médias: si la Métro a des données en matière de pollution à donner, qu’elle le fasse. Sauf qu’elle n’en a pas à part celle de Atmo AURA et que les chiffres sont là: il y a bien une augmentation généralisée de la pollution.
        Alors au lieu d’essayer de décrédibiliser le travail des autres avec vos sempiternels arguments fallacieux, prenez les mêmes données et faites vos calculs: il est tout simplement impossible que vous n’arriviez pas aux même résultat.

        sep article
    • Ben voyons: les données 2017 sont les bonnes. Les données historique aussi. Donc rien n’est pipé.
      Et ceux qui ont fait ces calculs sont des scientifiques et des ingénieurs, par ex. du CEA.
      Vous les écolos avez une bien curieuse conception à la fois de la science et de la démocratie: vous ne l’acceptez que quand elle vous convient.
      La pollution à indéniablement augmenté sur la seule station du centre ville, tout comme elle a explosée ailleurs.
      Vous ne pouvez le nier, tout comme Hidalgo ne peut nier que la piétonisation des berges à causé un augmentation de 5% de la pollution dans l’Est parisien.
      Par ailleurs, on vous rappelle que les transports terrestre ne représentent que 12-15% des émissions de polluant atmosphériques, et que ce qui a été mesuré est le polluant qui est directement causé par le traffic automobile, le NO2…
      Allez-y publiez le votre calcul, qu’on rigole: quelque soit la méthode d’extrapolation, l’augmentation se vérifiera…

      sep article