L’Institut des sciences de la Terre inaugure son nouvel amphithéâtre

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

L’amphithéâtre Wilfrid Kilian ouvrira ses portes aux chercheurs, enseignants et étudiants de l’Institut des sciences de la Terre (ISTerre), ce lundi 23 octobre. Un édifice flambant neuf qui, situé au cœur du domaine universitaire de Saint-Martin‑d’Hères, mettra à l’honneur de nombreux évènements autour de la géologie, de la géophysique ou encore de la géochimie.

 

 

Consacré aux études dans le domaine des sciences de la terre, ce « nou­veau lieu d’é­changes et de ren­contres scien­ti­fiques » ne pou­vait que rendre hom­mage à Wilfrid Kilian (1862−1925), « l’une des figures emblé­ma­tiques de la géo­lo­gie et de l’u­ni­ver­sité de Grenoble », pré­cise l’Université Grenoble-Alpes (UGA) dans un com­mu­ni­qué de presse annon­çant l’imminente inau­gu­ra­tion de ce moderne bâti­ment.

 

L'ISTerre, unité mixte de recherche au sein de l'Université Grenoble-Alpes, inaugure son nouvel amphithéâtre au cœur du campus universitaire, ce 23 octobre.

La céré­mo­nie d’i­nau­gu­ra­tion de l’am­phi­théâtre Wilfrid Kilian aura lieu ce lundi 23 octobre sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. DR

Sa voca­tion ? Accueillir les nom­breux évè­ne­ments aca­dé­miques que l’ISTerre orga­nise depuis désor­mais près de dix ans.

 

À savoir, une large gamme de sémi­naires, sou­te­nances de thèse, congrès, écoles thé­ma­tiques et visites de par­te­naires.

D’une capa­cité de cent vingt places, l’amphithéâtre par­ti­ci­pera ainsi au rayon­ne­ment à l’international de ce labo­ra­toire mul­ti­dis­ci­pli­naire.

 

L’ISTerre est en effet une unité mixte de recherche qui, créée en 2011, regroupe l’ensemble des cher­cheurs, ensei­gnants-cher­cheurs et per­son­nels en géo­lo­gie, géo­phy­sique et géo­chi­mie de l’Université Grenoble-Alpes.

 

 

Un amphithéâtre fonctionnel et « rayonnant » pour l’ISTerre

 

 

Au-delà de sa fonc­tion­na­lité poly­va­lente, l’amphithéâtre Wilfrid Kilian se démarque des anciens édi­fices de l’Institut des sciences de la Terre par sa qua­lité esthé­tique. « Le pro­jet archi­tec­tu­ral se com­pose d’un seul volume lisse et tra­duit l’i­dée d’un cris­tal posé dans un écrin de ver­dure », sou­ligne l’UGA. Et d’ajouter : « Le tra­vail de com­po­si­tion des sept façades du nou­veau bâti­ment par­ti­cipe à son inté­gra­tion urbaine et pay­sa­gère et lui assure une iden­tité propre et rayon­nante au sein du cam­pus uni­ver­si­taire. »

 

Débuté en novembre 2016, le chan­tier s’est ter­miné à la fin de l’été. Financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Grenoble-Alpes Métropole dans le cadre de l’Opération cam­pus “Climat-Planète”, ce pro­jet a coûté envi­ron 1,2 mil­lion d’euros au total.

 

 

GC

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2084 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.