Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le distributeur de matériaux Samse se lance dans l’apiculture avec trois ruches

sep article

Le groupe Samse, distributeur de matériaux de construction et d’outillage, a installé trois ruches au sein de son siège grenoblois. Il compte à présent pour voisines pas moins de 150 000 abeilles.

 

 

« Trois ruches, c’est 150 000 abeilles au service de la biodiversité. » C’est ainsi que le groupe Samse présente son initiative d’installer trois ruches dans l’espace vert de son siège grenoblois. Un geste symbolique autant qu’un « projet fédérateur et porteur de sens pour les collaborateurs », estime le distributeur de matériaux de construction.

 

Les ruches du groupe Samse © Groupe Samse

Les ruches du groupe Samse. © Groupe Samse

 

Le groupe a installé ces ruches en avril dernier avec l’aide de Bruno Gerelli, apiculteur et fondateur de Bee Abeille, spécialiste des ruches en entreprise. Et ça y est, la première production de miel vient d’être récemment récoltée. Elle a été offerte aux collaborateurs présents, en tenue d’apiculteurs, pour assister et participer à l’extraction du miel. Ainsi bien sûr qu’à leurs collègues du siège.

 

 

Dégustation de la récolte le jeudi 19 octobre

 

 

Prochain événement pour les salariés : une dégustation de la première récolte du groupe Samse, le jeudi 19 octobre. L’occasion également de fêter le premier million d’abeilles installé sur l’agglomération grenobloise par Bee Abeille et de visiter les ruches en présence de Bruno Gerelli. Bee Abeille exploite aujourd’hui trente ruches, sur onze emplacements différents.

 

Un miel aux couleurs du groupe © Groupe Samse

Un miel aux couleurs du groupe © Groupe Samse

 

« Ce projet illustre les actions du groupe, en faveur de l’environnement, de l’avenir, de l’innovation », indique Samse. Avant de rappeler que l’effondrement du nombre d’abeilles, phénomène international identifié depuis trente ans, met en péril l’environnement tout entier : « Sans abeilles, il n’y a plus de pollinisation. Ce n’est pas seulement le miel qui disparaît : plus de fruits, plus de légumes, plus de fleurs, plus de plaisir ». Reste à voir si l’initiative sera étendue pour dépasser la dimension symbolique.

 

FM

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
657 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.