La zone commerciale de Comboire doit innover pour survivre

sep article



DÉCRYPTAGE – Ouverte dans les années 80, la zone commerciale de Comboire, implantée sur les communes de Seyssins et d’Échirolles, cherche un second souffle. Si les clients affluent toujours, qu’en sera-t-il demain à l’heure du e‑commerce généralisé ? D’où l’urgence pour Comboire d’inventer des services innovants autour du “cross canal” et de renforcer son attractivité. Un appel à projets est lancé en direction des start-up.

 

 

Zone commerciale de Comboire. Copyright Sébastien Pradel Designer

Zone com­mer­ciale de Comboire. © Sébastien Pradel Designer

C’est un phé­no­mène de société. Le consom­ma­teur se déplace de moins en moins pour faire ses achats, pré­fé­rant la faci­lité que lui pro­cure l’a­chat en ligne depuis chez lui et la livrai­son à domi­cile.

 

Les zones com­mer­ciales péri­phé­riques, éloi­gnées des habi­ta­tions, ont par consé­quent du souci à se faire. En par­ti­cu­lier quand elles n’ont pas d’at­trait par­ti­cu­lier, et de sur­croît lors­qu’elles ne sont pas en avance dans leur stra­té­gie “cross-canal”*. Telle est la double dif­fi­culté que ren­contre la zone com­mer­ciale de Comboire qui veut chan­ger la donne…

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3710 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Et si elle cre­vait, ne serait-ce pas une excel­lente nou­velle jus­te­ment ?
    Cette manière de faire de la ville est la pre­mière res­pon­sable de la mort des centres, n’en déplaise à Carignon qui accuse les autres sans preuves et avec des chiffres aussi fic­tifs que ceux qu’il maniait quand il était au pou­voir.
    Pour l’at­trac­ti­vité du centre de Grenoble, seule une dis­pa­ri­tion de cette zone ainsi que l’a­ban­don de Neyrpic, cou­plé à un tra­vail de fond sur les inci­vi­li­tés et une police de proxi­mité effi­cace et ouverte aux citoyens, sera la solu­tion. Les autres coups de com (camé­ras) et pos­tures stu­pides (acces­si­bi­lité en voi­ture faci­li­tée) sont des conne­ries.

    sep article