Succès au CHU Grenoble-Alpes pour les premiers moniteurs cardiaques connectés à un smartphone

sep article

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante depuis mai dernier des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone. Une vraie révolution pour les malades.

 

 

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone.

Le CHU Grenoble-Alpes implante des moniteurs cardiaques capables de communiquer avec un smartphone. DR

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) fait partie des premiers établissements de santé au monde à utiliser un nouveau moniteur cardiaque implantable (MCI), communiquant avec un smartphone ou tout autre périphérique compatible : ordinateur, tablette…

 

Depuis le mois de mai, les cinq médecins de l’unité de rythmologie et stimulation cardiaque du Chuga proposent ainsi à leurs patients l’implantation de cette nouvelle génération d’enregistreur d’évènements cardiaques qui révolutionne la vie des malades, indique Le Dauphiné libéré. Plus d’une vingtaine de patients ont déjà pu en bénéficier.

 

 

Une surveillance cardiaque optimisée

 

 

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone.Moniteur cardiaque implantable (MCI). © Medtronic

Moniteur cardiaque implantable (MCI). © Medtronic

Constitué d’une puce électronique, d’électrodes et d’une batterie miniaturisée, ce nouveau moniteur enregistre les événements cardiaques en continu comme tout MCI classique.

 

En quoi tient l’innovation ? Son antenne Bluetooth intégrée rend possible la connexion à tout périphérique compatible : smartphone, ordinateur, tablette…

 

Le MCI est donc en capacité de transmettre les données qu’il a collectées sur un site dédié, notamment par l’intermédiaire d’un appareil mobile Apple ou Androïd. Il suffit que le smartphone soit en marche, que la communication sans fil Bluetooth soit activée et qu’une connexion au réseau mobile ou wi-fi soit disponible.

 

Assurément un gain en terme de confort pour les patients qui n’ont donc plus à se déplacer à l’hôpital mais juste à respecter un calendrier établi par le centre médical pour transférer eux-mêmes les données.

 

 

Une surveillance à distance sécurisée

 

 

« Au Chuga, des infirmières sont chargées de surveiller les relevés reçus et de faire remonter les alertes aux cardiologues », a indiqué au Dauphiné libéré le professeur Pascal Defaye, responsable de l’unité de rythmologie et stimulation cardiaque.

 

La surveillance ainsi rendue plus facile et efficace est également totalement sécurisée. De fait, les données transmises du MCI au site sont cryptées. Précaution supplémentaire ? Un seul appareil mobile peut se connecter à la fois au moniteur cardiaque après authentification et couplage.

 

Une simple intervention sous anesthésie locale permet son implantation sous la peau dans l’espace pré-sternal, soit non loin du sternum. Grâce à la miniaturisation, ce MCI innovant présente en outre l’avantage d’être à la fois léger – 3,0 g – et le moins volumineux du marché avec ses 4,9 cm de long, 0,94 cm de large et 3,1 mm d’épaisseur.

 

VM

 

commentez lire les commentaires
2382 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.