Succès au CHU Grenoble-Alpes pour les premiers moniteurs cardiaques connectés à un smartphone

sep article



Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante depuis mai dernier des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone. Une vraie révolution pour les malades.

 

 

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone.

Le CHU Grenoble-Alpes implante des moni­teurs car­diaques capables de com­mu­ni­quer avec un smart­phone. DR

Le centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire Grenoble-Alpes (Chuga) fait par­tie des pre­miers éta­blis­se­ments de santé au monde à uti­li­ser un nou­veau moni­teur car­diaque implan­table (MCI), com­mu­ni­quant avec un smart­phone ou tout autre péri­phé­rique com­pa­tible : ordi­na­teur, tablette…

 

Depuis le mois de mai, les cinq méde­cins de l’unité de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque du Chuga pro­posent ainsi à leurs patients l’im­plan­ta­tion de cette nou­velle géné­ra­tion d’en­re­gis­treur d’é­vè­ne­ments car­diaques qui révo­lu­tionne la vie des malades, indique Le Dauphiné libéré. Plus d’une ving­taine de patients ont déjà pu en béné­fi­cier.

 

 

Une surveillance cardiaque optimisée

 

 

Le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes (Chuga) implante des moniteurs cardiaques innovants, capables de communiquer avec un smartphone.Moniteur cardiaque implantable (MCI). © Medtronic

Moniteur car­diaque implan­table (MCI). © Medtronic

Constitué d’une puce élec­tro­nique, d’électrodes et d’une bat­te­rie minia­tu­ri­sée, ce nou­veau moni­teur enre­gistre les évé­ne­ments car­diaques en continu comme tout MCI clas­sique.

 

En quoi tient l’innovation ? Son antenne Bluetooth inté­grée rend pos­sible la connexion à tout péri­phé­rique com­pa­tible : smart­phone, ordi­na­teur, tablette…

 

Le MCI est donc en capa­cité de trans­mettre les don­nées qu’il a col­lec­tées sur un site dédié, notam­ment par l’intermédiaire d’un appa­reil mobile Apple ou Androïd. Il suf­fit que le smart­phone soit en marche, que la com­mu­ni­ca­tion sans fil Bluetooth soit acti­vée et qu’une connexion au réseau mobile ou wi-fi soit dis­po­nible.

 

Assurément un gain en terme de confort pour les patients qui n’ont donc plus à se dépla­cer à l’hôpital mais juste à res­pec­ter un calen­drier éta­bli par le centre médi­cal pour trans­fé­rer eux-mêmes les don­nées.

 

 

Une surveillance à distance sécurisée

 

 

« Au Chuga, des infir­mières sont char­gées de sur­veiller les rele­vés reçus et de faire remon­ter les alertes aux car­dio­logues », a indi­qué au Dauphiné libéré le pro­fes­seur Pascal Defaye, res­pon­sable de l’unité de ryth­mo­lo­gie et sti­mu­la­tion car­diaque.

 

La sur­veillance ainsi ren­due plus facile et effi­cace est éga­le­ment tota­le­ment sécu­ri­sée. De fait, les don­nées trans­mises du MCI au site sont cryp­tées. Précaution sup­plé­men­taire ? Un seul appa­reil mobile peut se connec­ter à la fois au moni­teur car­diaque après authen­ti­fi­ca­tion et cou­plage.

 

Une simple inter­ven­tion sous anes­thé­sie locale per­met son implan­ta­tion sous la peau dans l’espace pré-ster­nal, soit non loin du ster­num. Grâce à la minia­tu­ri­sa­tion, ce MCI inno­vant pré­sente en outre l’avantage d’être à la fois léger – 3,0 g – et le moins volu­mi­neux du mar­ché avec ses 4,9 cm de long, 0,94 cm de large et 3,1 mm d’épaisseur.

 

VM

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2835 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.