Rentrée ensoleillée pour l’Hexagone de Meylan, désormais dans le giron de la métropole

sep article



FOCUS – Humeur au beau fixe pour l’équipe de L’Hexagone, scène nationale arts sciences basée à Meylan. La salle passe sous le giron de la métropole grenobloise et renforce ainsi son action sur le territoire. Et, côté programmation 2017 – 2018, elle nous réserve quelques jolies surprises. Sélection.

 

 

# Softlove, jeudi 5 octobre à L'Hexagone de Meylan ©Tristan Jeanne-Valès

# Softlove, jeudi 5 octobre à L’Hexagone de Meylan © Tristan Jeanne-Valès

Côté pay­sage cultu­rel, éco­no­mie oblige, la grise mine se géné­ra­lise. À l’Hexagone pour­tant, on affiche une bonne humeur quasi inso­lente. Il faut dire que l’obtention du label « scène natio­nale arts sciences » en 2014 fait de l’équipement basé à Meylan une entité unique en son genre sur le ter­ri­toire fran­çais.

 

Et sur­tout, depuis jan­vier 2017, la salle dépend désor­mais de la métro­pole de Grenoble, cette der­nière s’étant dotée de la com­pé­tence cultu­relle. Conséquence heu­reuse, de nou­velles sub­ven­tions de la part de l’État sont tom­bées en échange d’une poli­tique d’action cultu­relle accrue sur le ter­ri­toire.

 

Antoine Conjard, aux manettes de la salle depuis 2001, se féli­cite éga­le­ment de voir les recherches mêlant le scien­ti­fique, la tech­nique et l’artistique deve­nir un véri­table sec­teur d’activité sur l’ensemble du pays. Un credo de l’Hexagone, pré­cur­seure dans le domaine, et de l’Atelier Arts Sciences, labo­ra­toire com­mun entre artistes et scien­ti­fiques mené avec le CEA Grenoble.

 

Autre cause de satis­fac­tion, la salle de Meylan pourra même se per­mettre de chan­ger ses fau­teuils. Ouf de sou­la­ge­ment pour le public – à l’assise exi­geante ! – pré­sent lors de la pré­sen­ta­tion de sai­son 2017 – 2018. De notre côté, on se réjouit sur­tout de décou­vrir parmi la nou­velle pro­gram­ma­tion quelques pépites, dont voici une courte sélec­tion.

 

 

Des pointures de la piste

 

 

Les férus de cirque contem­po­rain n’ont pas tou­jours de quoi se satis­faire dans les salles de l’agglomération gre­no­bloise. L’Hexagone de Meylan répond à cette frus­tra­tion en pro­gram­mant deux grands noms. A com­men­cer par l’incontournable et inclas­sable Johann Le Guillerm qui cherche depuis une quin­zaine d’années la manière d’élaborer lui-même son monde « pour ne pas le subir mais mieux l’éprouver, le pen­ser, le vivre ».

 

Yann Frisch, Le syndrome de Cassandre (du 17 au 19 octobre 2017 à l'Hexagone) © Sylvain Frappat

Yann Frisch, Le syn­drome de Cassandre (du 17 au 19 octobre 2017 à l’Hexagone)
© Sylvain Frappat

Spécialiste de l’interaction et de l’équilibre avec les objets, il demeure habi­tuel­le­ment sans mot, lais­sant ses per­for­mances aty­piques par­ler pour lui. Dans Le pas grand-chose (les 10 et 11 octobre) – au titre très ven­deur ! –, ce tai­seux explique sa démarche, à grand ren­fort d’objets de toutes sortes qui viennent illus­trer son étrange dis­cours.

 

Issu de la nou­velle géné­ra­tion, Yann Frisch est la coque­luche des arts du clown et l’un des repré­sen­tants les plus enthou­sias­mants de ce que l’on appelle désor­mais la “magie nou­velle”. Soit une magie mise au ser­vice d’une véri­table his­toire, sans pour autant céder de ter­rain côté tech­nique.

 

Ici, le per­son­nage qu’il incarne dans Le Syndrome de Cassandre (du 17 au 19 octobre) pro­phé­tise sans jamais être cru, comme le per­son­nage mytho­lo­gique du titre.

 

À ceci près que, pour sa part, c’est son sta­tut de clown qui le décré­di­bi­lise aux yeux de son audi­toire. Ne vous y trom­pez pas, magie et clown ne sont pas ici syno­nymes de pro­po­si­tion jeune public puisque le spec­tacle est décon­seillé aux moins de 14 ans !

 

 

Technologies et narration

 

 

# Softlove, à l'Hexagone, scène nationale arts sciences de Meylan le jeudi 5 octobre 2017. © Pascale Canard-Volland

# Softlove, à l’Hexagone, scène natio­nale arts sciences de Meylan le jeudi 5 octobre 2017. © Pascale Canard-Volland

En adé­qua­tion avec l’identité de la salle, on trouve pro­met­teur l’argument de la pièce #soft­love, mise en scène par Frédéric Deslias. Adapté du texte d’Éric Sadin, le spec­tacle se penche sur la rela­tion qu’une jeune femme entre­tient avec son assis­tant numé­rique, qui sait abso­lu­ment tout d’elle. Entre his­toire d’amour et risque de dépen­dance, le récit rap­pelle le film Her, sorti en 2013, au sein duquel un per­son­nage de dépres­sif chro­nique inter­prété par Joachin Phoenix s’éprend de son nou­vel assis­tant d’exploitation doté, il faut dire, de la voix de Scarlett Johansson.

 

L’Hexagone, loin de don­ner dans l’apologie à tout crin de tout ce qui res­semble de près ou de loin à un pro­grès tech­nique, n’hésite pas, via sa pro­gram­ma­tion et son action cultu­relle, à inter­ro­ger notre manière – exces­sive ? – de délé­guer toutes sortes de tâches à nos ordi­na­teurs. On s’en réjouit.

 

 

Adèle Duminy

 

 

Experimenta, la biennale Arts Sciences

 

Changement de nom et de dates pour le ren­dez-vous bien­nal orga­nisé par l’Hexagone et l’Atelier Arts Sciences. Les Rencontres‑i (comme ima­gi­naire) deviennent Experimenta, la bien­nale Arts Sciences.

 

Forecasting, au Magasin des horizons jedui 1er février 2018 © Yelena Remetin

Forecasting, au Magasin des hori­zons jedui 1er février 2018. © Yelena Remetin

Et on passe de l’automne à l’hiver. La 9e édi­tion de la bien­nale aura lieu du 1er au 10 février 2018. Hormis le salon Experimenta consa­cré à la pré­sen­ta­tion de mul­tiples dis­po­si­tifs mêlant art, science et tech­no­lo­gie qui se déroule à Minatec et à l’INPG, les spec­tacles sont pro­gram­més dans onze salles par­te­naires de l’agglomération.

 

Au Magasin des hori­zons, le 1er février, on pourra voir l’intriguant Forecasting. Giuseppe Chico et Babara Matijević y croisent les modes nar­ra­tifs. Entre docu­men­taire et fic­tion, ils puisent leurs images dans une banque de films ama­teurs dis­po­nibles sur le net.

 

Le reste de la pro­gram­ma­tion ménage ainsi de pro­met­teuses décou­vertes. À suivre.

 

 

Infos pratiques

 

Toute la pro­gram­ma­tion sur le site de L’Hexagone, scène natio­nale arts sciences

commentez lire les commentaires
1736 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.