UraMin – Areva : “Une affaire ato­mique” pour le géo­po­li­ti­cien Vincent Crouzet, de pas­sage à Meylan

UraMin – Areva : “Une affaire ato­mique” pour le géo­po­li­ti­cien Vincent Crouzet, de pas­sage à Meylan

TROIS QUESTIONS À - Vincent Crouzet, expert en géo­po­li­tique, auteur de cinq romans d’es­pion­nage, est à Meylan ce mardi 29 août. Son der­nier livre, Une affaire ato­mique, plonge dans l’af­faire UraMin, un désastre finan­cier fai­sant suite au rachat par Areva de trois gise­ments d’Uranium inex­ploi­tables. Le tout sur fond de sus­pi­cions de cor­rup­tion et de rétrocommissions.

Vincent Crouzet © Robert Laffont

Vincent Crouzet © Robert Laffont

Vincent Crouzet est lui-même témoin dans l’af­faire UraMin. Pourquoi témoin ? Parce qu’il a « rendu un ser­vice » en ser­vant d’in­ter­mé­diaire entre la jus­tice fran­çaise et l’an­cien conseiller du pré­sident cen­tra­fri­cain François Bozizé, Saifee Durbar. Ce der­nier sou­hai­tait obte­nir la bien­veillance de la jus­tice en échange de son silence sur l’affaire.

S’il vit aujourd’­hui en Provence, l’au­teur a passé son ado­les­cence aux Arcs en Savoie et retrou­vera donc les pay­sages mon­ta­gnards ce mardi 29 août.

Il sera pré­sent au Clos des Capucins de Meylan à 19 heures pour pré­sen­ter et signer son ouvrage, mais aussi échan­ger avec le public sur « les secrets de l’in­dus­trie nucléaire ». Une ren­contre orga­ni­sée en par­te­na­riat avec la librai­rie La Dérive, dans le cadre des Capucins lit­té­raires de Meylan.

Place Gre’net – Avec Une affaire ato­mique, vous délais­sez le roman et la fic­tion pour rédi­ger ce que vous appe­lez un « docu­ment ». Pouvez-vous nous pré­sen­ter cet ouvrage ?

Vincent Crouzet – C’est le déve­lop­pe­ment de mon témoi­gnage dans l’af­faire UraMin-Areva. Ce n’est pas de la fic­tion mais je l’ai écrit sur le rythme de la fic­tion, ce que les Américains appellent le nar­ra­tive non­fic­tion. J’ai sou­haité racon­ter cette affaire avec ma focale de témoin.

Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva de 2001 à 2011, mise en examen dans l'affaire UraMin. Ses avocats ont tenté de dissuader Robert Laffont de publier l'ouvrage de Vincent Crouzet. CC-BY-SA MEDEF - Wikipédia

Anne Lauvergeon, pré­si­dente du direc­toire d’Areva de 2001 à 2011, mise en exa­men dans l’af­faire UraMin. Ses avo­cats ont tenté de dis­sua­der Robert Laffont de publier l’ou­vrage de Vincent Crouzet. CC-BY-SA Medef – Wikipédia

Elle pré­sente en effet tous les ingré­dients d’un thril­ler : les décors, le sec­teur de l’u­ra­nium, un scan­dale d’État, avec l’im­pli­ca­tion des ser­vices de ren­sei­gne­ment, de puis­sances étran­gères… On est à la croi­sée d’un roman d’es­pion­nage et d’une affaire poli­tico-finan­cière de grande ampleur, à hau­teur de 3 mil­liards d’eu­ros vola­ti­li­sés pour les contri­buables fran­çais. Tous les ingré­dients étaient là !

Cette affaire est-elle emblé­ma­tique de la conti­nuité de ce que l’on appelle la Françafrique, et dans quelle mesure les popu­la­tions locales en sont-elles victimes ?

La Françafrique existe encore dans beau­coup de domaines. Dans le sec­teur de l’u­ra­nium et de l’ac­qui­si­tion de ces trois gise­ments en 2007, elle est appa­rue au grand jour, avec en plus des figures emblé­ma­tiques comme celle de Patrick Balkany. On a vu un peu tous les usages de la Françafrique réunis autour de cette acqui­si­tion, et toutes les mau­vaises manières reve­nir en force.

Un document aux allures de roman d'espionnage.

Un docu­ment aux allures de roman d’espionnage.

Je suis assez pes­si­miste sur la dis­pa­ri­tion de la Françafrique : quand un réseau dis­pa­raît, un autre appa­raît, tout aussi effi­cace et plus dis­cret. C’est l’empire de la cor­rup­tion, le mélange des genres entre la puis­sance publique fran­çaise et la pro­tec­tion d’in­té­rêts par­ti­cu­liers. Cette affaire est emblé­ma­tique de toutes nos per­ver­sions en Afrique depuis qua­rante ou cin­quante ans, et l’on est arrivé à un som­met de col­lu­sion entre public et privé, et d’in­ter­ven­tions dou­teuses auprès de chefs d’États africains.

Les popu­la­tions locales en souffrent néces­sai­re­ment. Beaucoup de pro­messes faites par Areva n’ont pas été tenues loca­le­ment, et je ne parle même pas des pro­blèmes éco­lo­giques posés par des sites qui n’ont pas été remis en état correctement.

On est au sum­mum du mépris d’une grande puis­sance éco­no­mique vis-à-vis de pays afri­cains qui manquent de res­sources. Mais je ne me fais pas d’illu­sions : si ces gise­ments avaient été mis en exploi­ta­tion, je doute qu’ils auraient pro­fité aux popu­la­tions locales…

Votre édi­teur a subi des pres­sions avant publi­ca­tion. Est-ce parce que l’ou­vrage s’at­taque au dogme fran­çais de l’éner­gie nucléaire, notam­ment autour de la ques­tion de l’in­dé­pen­dance énergétique ?

Pour moi, la Ve République a deux piliers : l’é­lec­tion du pré­sident de la République au suf­frage uni­ver­sel… et notre com­plexe ato­mique. Le sec­teur de l’a­tome en France est extrê­me­ment stra­té­gique, et chaque fois qu’une affaire est levée dans ce sec­teur on se heurte à des réti­cences très fortes de l’État action­naire et lea­der sou­ve­rain dans ce domaine. Que ce soit dans l’af­faire UraMin ou d’autres affaires, comme celle de la cuve de Flamanville.

Le “Yellowcake” (gâteau jaune), concentré d'uranium indispensable aux réacteurs des centrales nucléaires françaises. DR

Le “Yellowcake” (gâteau jaune), concen­tré d’u­ra­nium indis­pen­sable aux réac­teurs des cen­trales nucléaires fran­çaises. DR

Par ailleurs, Anne Lauvergeon [ancienne pré­si­dente du direc­toire d’Areva, ndlr] a tenté sans suc­cès d’empêcher la publi­ca­tion de ce docu­ment. Nous avons été l’ob­jet d’in­ti­mi­da­tions avant publi­ca­tion, mais le livre n’a pas fait l’ob­jet de plainte, ce qui laisse à pen­ser que ce qui est dedans est avéré. Le com­plexe de l’a­tome en France n’a pas envie que l’on remue les mau­vaises his­toires autour de l’ac­qui­si­tion d’u­ra­nium… et c’est un livre qui n’a pas fait plai­sir à Areva et à Anne Lauvergeon en particulier.

Oui, cette notion d’in­dé­pen­dance éner­gé­tique est tota­le­ment fausse. Nous sommes un très gros pro­duc­teur et consom­ma­teur de l’éner­gie nucléaire, et nous exploi­tons l’u­ra­nium dans nos cen­trales mais nous avons besoin de nous appro­vi­sion­ner à l’ex­té­rieur. La matière pre­mière, ce que l’on appelle le Yellowcake, est ainsi exploi­tée ailleurs. On en trouve prin­ci­pa­le­ment au Kazakhstan, qui n’est pas un pays connu pour ses pra­tiques finan­cières et éco­no­miques transparentes…

Propos recueillis par Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Meurtre devant un bar à Grenoble : l’autre co-gérant de la bras­se­rie placé en garde à vue

FLASH INFO - Dix jours après le meurtre d'un homme de 68 ans, tué par balles devant un bar de la rue Ampère, à Grenoble, Lire plus

Le salon Artisa doit accueillir quelque 180 exposants jusqu'au 4 décembre inclus. Il se présente comme "la plus grande galerie d'artisanat d'art de la région". DR
Grenoble : les salons Artisa et Naturissima ouvrent simul­ta­né­ment à Alpexpo

ÉVÈNEMENT - Près de trois cents exposants attendent le public à Alpexpo du mercredi 30 novembre au dimanche 4 décembre 2022, à l'occasion des salons Lire plus

Alan Confesson, président de la CCIAG et Frank Leroy, son directeur devant la centrale de chauffage Biomax sur la Presqu'île scientifique à Grenoble, mercredi 23 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
« On ne peut pas se pas­ser pour le moment du char­bon et du fioul » selon le pré­sident de la Compagnie de chauf­fage de l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FOCUS - Pas très vertueux, le réseau de chauffage urbain du territoire grenoblois ? Au contraire, il n’a jamais été aussi vertueux, affirme Alan Confesson, Lire plus

Une "unité de sécurisation des transports" de la police nationale prochainement déployée sur Grenoble
Une « unité de sécu­ri­sa­tion des trans­ports » de la police natio­nale pro­chai­ne­ment déployée sur Grenoble

FLASH INFO - La préfecture de l'Isère annonce la création d'une "unité de sécurisation des transports" dans le département. Ceci "dans le cadre de la Lire plus

Des « coups de pouce mobilité » en décembre sur Grenoble, avec gratuité des transports en commun deux samedis
Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

FLASH INFO - Comme chaque année, à l'approche de la période des fêtes, des temps de gratuité sont prévus sur le réseau de transport en Lire plus

Cour d'assises du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Grenoble : le pro­fes­seur de vio­lon, condamné à douze ans de réclu­sion cri­mi­nelle pour viols, se pour­voit en cassation

FOCUS - La cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 25 novembre 2022, le professeur de violon Philippe Clément à 12 ans de réclusion Lire plus

Flash Info

|

30/11

17h49

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !