Eric Piolle enterre la demande de votation du collectif Touchez pas à nos bibliothèques

sep article

FOCUS – Le collectif Touchez pas à nos bibliothèques ne pourra pas soumettre la question du maintien des trois bibliothèques Prémol, Hauquelin et Alliance à la votation citoyenne d’octobre prochain. Ainsi en ont décidé Eric Piolle et sa majorité, ce lundi 10 juillet au soir, en conseil municipal. De leur côté, partisans du maintien et opposants politiques s’interrogent ouvertement : comment une municipalité qui porte aux nues la démocratie participative peut-elle déroger à ses propres engagements ?

 

 

 

Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble, lors du conseil municipal du 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Installés dans la salle réservée au public du conseil municipal, les membres du collectif Touchez pas à nos bibliothèques ayant fait le déplacement ce lundi 10 juillet sont tout ouïe.

 

Sur les coups de 21 heures, Eric Piolle, maire (EELV) de Grenoble, prend la parole. Il s’apprête à se prononcer sur la demande du collectif qui lui a écrit, ce vendredi, pour lui demander de soumettre à la votation citoyenne la question de la réouverture des trois bibliothèques Alliance, Hauquelin et Prémol, telles qu’elles étaient encore il y a plus d’un an.

 

 

« Là, c’est un déni de démocratie »

 

 

Coup de théâtre : la réponse du maire est négative. Les habitants de Grenoble âgés de 16 ans et plus n’auront pas la possibilité de s’exprimer en octobre prochain sur le maintien ou non des bibliothèques Prémol, Hauquelin et Alliance. Entendre, pour cette dernière, le maintien de ses deux étages complets de livres avec ses six professionnels titulaires.

 

UNE Première votation citoyenne et budget participatif organisés en octobre 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Première votation citoyenne en octobre 2016. Et dernière ? © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« On se disait que quelque chose de désagréable pouvait se préparer mais, là, c’est un déni de démocratie », commente très amère l’une des membres du collectif.

 

Quant au dispositif de la votation, déjà « bancal », rappellera un peu plus tard le conseiller municipal d’opposition Paul Bron (Go citoyenneté), il prend sérieusement du plomb dans l’aile.

 

 

Pour le maire, la Ville a fait un effort

 

 

Pour Eric Piolle, tout comme pour Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale, aucun doute n’est permis : les projets visant à transformer l’Alliance en un tiers-lieu, ainsi que l’ouverture de deux relais-lectures, l’un à Prémol, l’autre en centre-ville, répondent bien aux attentes des 4 000 pétitionnaires

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
5280 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ping : La Relève et La Peste

  2. Ping : Réinterroger la Charte d’Amiens : et pourquoi pas ? – Anti-K

  3. En revenant sur sa parole et les règles de concertation qu’il a lui même imposé aux Grenoblois, Eric Piolle montre son vrai visage de despote, une personne manipulatrice à l’image de plusieurs dossiers comme l’A480 et Rondeau. Un faux démocrate comme trop d’élus de son rassemblent verts & rouge.

    sep article
  4. Quel texte pour la votation ? le texte initial de la pétition ou refaire un texte avec les apports de la négociation ?
    La négociation a rendu le texte de la pétition caduque. Il n’est pas possible de le modifier puisqu’on ne modifie pas un texte signé. Alors ? en refaire un et le soumettre à signatures ?

    sep article
    • @ Caro

      Vous écrivez que « La négociation a rendu le texte de la pétition caduque. »
      C’est votre approche.
      La nôtre est que toute pétition rend possible une éventuelle négociation.
      Les négociations ont achoppé sur le refus de la mairie de discuter des moyens matériels et humains minimum nécessaires à allouer pour un fonctionnement correct des 2 nouveaux « relais-lecture » et le maintien de plein exercice des activités de la bibliothèque de l’ Alliance. Le compte n’y étais pas : c’est ce qui a poussé notre collectif à décider d’aller à la votation… jusqu’à la décision unilatérale de Mr le maire d’annuler celle-ci (ce qui est son droit le plus strict). Les pétitionnaires, les citoyens apprécierons. Forts du soutiens de plusieurs milliers de grenoblois opposés à la fermeture de leurs bibliothèques nous demeurons ouverts à la négociation. Nous communiquerons jeudi 13/07 IRL…

      sep article
      • Pour être honnête, il faudrait donc soumettre le premier texte et un second intégrant les propositions de la mairie pour que les grenoblois puissent choisir. Vous dites que vous êtes ouverts à la négociation tout en souhaitant un vote sur le texte initial ? Il faut malheureusement parler gros sous : avez-vous chiffré le retour à la situation antérieure avec toutes les bibliothèques et les propositions de la mairie ?

        sep article