Travaux Championnet-Verdun : 13 arbres coupés rue Lesdiguières, 29 replantés en automne

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

Seize arbres de plus pour la rue Lesdiguières à Grenoble ? À la suite d’un diagnostic sur le secteur place Championnet – place Verdun, la Ville et la Métro ont pris la décision de renouveler intégralement les arbres alignés le long de la rue Lesdiguières. Après la coupe et l’arrachage de ceux existants, une replantation est prévue à l’automne.

 

 

Arbres arrachés rue Lesdiguières à l'occasion du réaménagement de Grenoble pour les travaux de CVCM. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Arbres arra­chés rue Lesdiguières à l’oc­ca­sion du réamé­na­ge­ment de Grenoble pour les tra­vaux de CVCM. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Pourquoi cou­per les arbres ? Pour des rai­sons « sani­taires et sécu­ri­taires », pré­cise la Ville, et aussi pour pou­voir réa­li­ser « des fosses de plan­ta­tion élar­gies » per­met­tant aux arbres de se déve­lop­per « à l’a­bri des chocs des véhi­cules en sta­tion­ne­ment ».

 

La coupe a eu lieu début juillet, et les plan­ta­tions se feront en automne. Quant à la phase des tra­vaux, elle se dérou­lera du 10 juillet à la fin du mois d’août.

 

 

Chênes à feuilles de laurier ou frênes de l’Arizona

 

 

C’est dans le cadre du pro­jet Cœurs de ville, cœurs de métro­pole (CVCM) que s’ins­crit cette refonte. « Le pro­jet s’attache à rendre le centre-ville plus dyna­mique, plus acces­sible et plus agréable en repen­sant les espaces publics. La plan­ta­tion d’arbres, syno­nymes de fraî­cheur en été, par­ti­cipe à ces objec­tifs », indique ainsi la Ville de Grenoble.

 

De fait, si 13 arbres de la rue Lesdiguières ont été cou­pés, 29 seront plan­tés par la suite, soit « 16 arbres qui vont s’ajouter au patri­moine arboré de la ville ». Dans le détail : 12 chênes à feuilles de lau­rier, entre la place Championnet et le bou­le­vard Gambetta ; 7 chênes à feuilles de lau­rier ou frênes de l’Arizona, entre le bou­le­vard Gambetta et le bou­le­vard Agutte-Sembat ; et enfin 10 chênes ses­sile fas­ti­gié, entre le bou­le­vard Agutte-Sembat et la place Verdun.

 

 

Des travaux étalés du 10 juillet à fin août

 

 

La Métro indique pour sa part que les tra­vaux de la phrase pré­pa­ra­toire se suc­cè­de­ront sur trois sec­teurs, et que chaque sec­teur sera traité par demi-chaus­sée : « deux jours côté impair, puis deux jours côté pair avec un alter­nat de cir­cu­la­tion ». Du 10 au 14 juillet, ils auront lieu de Verdun à Casimir-Périer. Du 17 au 21, de Casimir-Périer à la place de l’Étoile. Du 24 au 28, de la place de l’Étoile au bou­le­vard Agutte-Sembat.

 

Arbres arrachés rue Lesdiguières à l'occasion du réaménagement de Grenoble pour les travaux de CVCM. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Arbres arra­chés rue Lesdiguières à l’oc­ca­sion du réamé­na­ge­ment de Grenoble pour les tra­vaux de CVCM. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

 

Les rues Casimir-Périer, de Strasbourg et Saint-Joseph, pour­ront être ponc­tuel­le­ment fer­mées à la cir­cu­la­tion, et la place de l’Étoile demeu­rera acces­sible avec alter­nat de cir­cu­la­tion. Enfin, c’est du 31 juillet à la fin août qu’au­ront lieu la mise en place des enro­bés et les tra­vaux de fini­tion. Avec, durant la nuit du 7 au 8 août, la pose du revê­te­ment défi­ni­tif de voi­rie entre Agutte-Sembat et Verdun, entraî­nant une fer­me­ture totale à la cir­cu­la­tion de la rue Lesdiguières.

 

FM

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4036 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : Non, la 5G n’entraîne pas l’abattage massif d’arbres. – Les moutons enragés – Le Monde

  2. La fina­lité de ces tra­vaux est bien évi­dem­ment la « restruc­tu­ra­tion du sta­tion­ne­ment » (lire : réduc­tion) C’est indi­qué sur les affiches. Sur cette par­tie de la rue Lesdiguières, le sta­tion­ne­ment était-il tel­le­ment gênant pour néces­si­ter une indis­pen­sable « restruc­tu­ra­tion » et jus­ti­fier le sacri­fice de plus d’une dizaine de beaux arbres ?
    Certains de ces arbres ont pu être abi­més par cette tem­pête de 2012, soit. Tous ? J’en doute. Et depuis, je n’ai pas sou­ve­nir d’a­voir vu d’o­pé­ra­tions d’en­tre­tien pour éli­mi­ner les par­ties fra­gi­li­sées. Ca ne s’en­tre­tient pas, les arbres ?
    On aurait pu éga­le­ment ima­gi­ner un rem­pla­ce­ment plus sélec­tif et pro­gres­sif, de façon à pré­ser­ver cette pers­pec­tive arbo­rée.
    Il sera utile de connaître le coût de cette opé­ra­tion, à mettre en regard d’autres inves­tis­se­ments peut être plus prio­ri­taires…

    sep article
  3. Ping : Rue LESDIGUIERES : « LES ARBRES POUVAIENT DURER une DIZAINE D’ANNÉES » selon le responsable des espaces verts – Grenoble Le Changement !

  4. Bonjour

    Qu’on coupe des arbres car ils « seraient malades », admet­tons ! Quoique l’ar­gu­ment de la « mala­die » semble bien pra­tique et est employé à tout bout de champ !
    Qu’on en replante plus que ce qu’on en coupe, c’est très bien, mais à chaque fois, on repart de zéro ! Et est-on sûr que les rem­pla­çants ne déve­lop­pe­ront pas aussi de mala­die sous nos contrées ?
    Mais pour­quoi avoir coupé ceux-la début juillet, en pleine cani­cule alors que leur ombre va faire cruel­le­ment défaut tout l’été ? De plus est-ce bien rai­son­nable de cou­per des arbres en pleine période de crois­sance, leur bois étant plein de sève et donc moins recy­clable ?
    Il y a vrai­ment des choses qui m’é­chappent dans CES muni­ci­pa­li­tés !!!

    sep article
  5. Le mas­sacre continu : après la place Victor Hugo… et bien­tôt le jar­din de Ville ? Toujours les mêmes argu­ments : sécu­rité et sani­taires… des arbres rem­pla­cés par des plu­meaux de Chine, du Japon ou de l’Arizona… misère !

    sep article
    • bizarre, l’a­bat­tage des arbres malades s’é­tait déjà fait sous Destot, ex : la place de Verdun.
      Et alors ? il faut lais­ser le temps aux arbres nou­vel­le­ment plan­tés de gros­sir et prendre leur taille d’a­dulte. C’est peut être un peu moins dan­ge­reux que si un arbre se cas­sait sous l’ef­fet d’une tem­pête, non ?

      sep article
      • C’est bizarre @caro , car la mala­die invo­quée par la Mairie est une mala­die tou­chant les pla­tanes, mala­die qui par ailleurs et soi­gnable, de plus à la place Victor Hugo , c’é­tait des mar­ron­niers qu’ils ont abattu .. je n’ai pas entendu parlé de mala­die pour eux ..

        Tous comme les ceri­siers du japon devant la gare pour faire leur auto­route à vélo, le temps qu’ils fassent leur super auto­route, les ceri­siers auraient encore pu fleu­rir pour 1 année ça aurait été plus jolie devant une nou­velle gare refaite .

        Oui les arbres vont gros­sir , et peut être arri­ver à une taille adulte d’ici 30 – 50 ans .. d’ici là le vent peut aussi les faire déra­ci­ner car petit arbre > faible racine , plus faci­le­ment déra­ci­nable, même un humain peut l’ar­ra­cher, j’en ai devant chez moi que le vent a plié comme une brin­dille mais les arbres adultes résistent et ne tombent pas pour­tant .

        sep article