Les bibliothèques au menu du conseil municipal de ce lundi 22 mai

sep article

Le collectif Touchez pas à nos bibliothèques usera, ce lundi 22 mai, du droit d’interpeller le conseil municipal, à la faveur du dispositif d’interpellation mis en place par la Ville de Grenoble.  A 18 h 15, le collectif prendra la parole devant les élus grenoblois pour demander au maire (EELV) Eric Piolle « la réouverture des bibliothèques Hauquelin et Prémol et le maintien de la bibliothèque Alliance ainsi que celui des professionnels permettant leur fonctionnement ».  Un débat très attendu, depuis des mois, par les militants qui dénoncent un déni de démocratie locale.

 

 

Un moment décisif dans le combat que mène depuis des mois, le collectif Touchez pas à nos bibliothèques et Les bibliothécaires de Grenoble en lutte, ainsi que leurs sympathisants.  Avec « près de 4 400 signatures » réunies « en moins de quatre mois dont un mois de vacances » précise le collectif – soit bien plus que le plancher des 2 000 signatures nécessaires –, le collectif a gagné le droit de remettre sur le tapis la question de la fermeture des bibliothèques Hauquelin et Prémol. Mais aussi la conversion de la bibliothèque Alliance en tiers-lieu, loin de l’enthousiasmer.

 

Deux décisions économiques, prises sans concertation et que le collectif refuse catégoriquement. Après l’intervention de ce dernier, le maire de Grenoble devrait prendre la parole avant de la laisser aux différents groupes d’opposition. Puis  de la redonner au collectif.

 

 

Un temps convivial organisé devant l’Hôtel de ville 

 

Le conseil promet d’être suivi. D’autant qu’en amont, les bibliothécaires en lutte donnent rendez-vous, à tous les sympathisants de la cause, dès 17 heures, devant l’Hôtel de ville, avec le mot d’ordre « Un  vert verre dans ton conseil ». « Ambiance guinguette assurée » annoncent les militants, tournant en dérision la transformation de la bibliothèque Alliance en tiers-lieu.

 

« Comme la mairie, nous ouvrons ce tiers-lieu sans moyens, avec des bouts de ficelle, vous êtes donc invités à apporter des lampions, une boisson ou des chips, ou à venir les mains vides, vous serez quand même les bienvenus ! Invitez vos amis, votre famille, vos voisins ! »

 

SC 

 

UN DÉBAT À SUIVRE EN DIRECT

Salle de conférence de la Maison des associations, une trentaine de personnes assiste à la retransmission du conseil municipal de ce lundi 29 septembre 2016. Objet de la retransmission : le débat de la première pétition issue du dispositif d'interpellation et de votation citoyennes. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Salle de conférence de la Maison des associations, lors de la retransmission du conseil municipal du lundi 29 septembre 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les personnes qui souhaitent assister aux échanges, en direct, dans l’enceinte du conseil municipal devront arriver très tôt, car la jauge de l’espace public est limitée à 50 places.

 

À défaut, la Ville propose aux intéressés de se rendre à la salle de conférence, de la Maison des associations, 6 rue Berthe-de-Boissieux. Le conseil municipal y sera retransmis sur écran géant.

 

 

 

 

commentez lire les commentaires
2203 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Les bibliothécaires de Grenoble, étaient allés se faire entendre au salon du livre à Paris et demander leur participation au Congrès de l’Association des Bibliothécaires de France, sans aucun contradicteur de la mairie.
    Ils ont reçu une lettre de l’Association des Bibliothécaires de France qu’ils se sont bien gardés de publier … et pour cause …. on y trouve, par exemple la phrase suivante :
    « En tant qu’association professionnelle libre et indépendante, nous ne pouvons répondre favorablement à vos autres exigences. Pour nous, la fermeture d’un équipement ne peut pas être un tabou et mérite d’être abordée à l’occasion d’un congrès, en particulier avec un élu qui en a porté la responsabilité. »
    C’est à dire que le collectif aura un temps de parole et même un article dans la revue de décembre, et chaque fois il sera donné aussi la parole au maire.
    C’est ça la démocratie.

    sep article
  2. Il faut aussi se rendre compte de la situation budgétaire particulièrement difficile de la ville, causée entre autres par l’austérité imposée de l’État, le reste de la corruption au temps de Carignon, les folies de Destot et les choix politiques mais discutables de Piolle (suppression de la pub). les bibliothécaires et les citoyen.ne.s défendant cette pétition se rendent-ils.elles compte des finances de la ville et de la quantité de bibliothèques à Grenoble, qui est de loin incroyable (même avec la fermeture de 2 lieux) pour une ville de cette taille ?
    Le maire prend la décision pour l’intérêt général, pour essayer de sauver les meubles. Les pétitionnaires défendent leur pain, rien d’anormal même si je ne suis pas d’accord avec elles. Mais ce qui me soule c’est cette éternelle récupération politique. Je souhaiterais que TOUS les politiques assument leurs choix passés et actuels, et que les oppositions prennent leur part de responsabilité et la ferment au lieu de faire du Piolle Bashing.

    sep article