La Villeneuve : un repas-concert contre la démolition du 10 et 20 galerie de l’Arlequin

sep article



EN BREF – Le collectif contre les démolitions à la Villeneuve – l’un des quartiers Sud de Grenoble – organise ce samedi 20 mai à partir de 18 heures un repas-concert en soutien aux locataires des immeubles n°10 et n°20 galerie de l’Arlequin. 191 logements pourraient être démolis au grand dam de certains habitants.

 

 

 

Signature de la pétition contre les démolitions à la Villeneuve, le 8 mars 2017 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Signature de la péti­tion contre les démo­li­tions à la Villeneuve, le 8 mars 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Chacun apporte de quoi par­ta­ger ! » Ce samedi 20 mai, le col­lec­tif contre les démo­li­tions à la Villeneuve orga­nise un repas-concert en sou­tien aux rési­dents du 10 et 20 gale­rie de l’Arlequin, dont les immeubles sont voués à une pro­bable démo­li­tion.

 

Depuis plu­sieurs mois, le col­lec­tif s’a­gite, se bat et s’or­ga­nise pour refu­ser les démo­li­tions suc­ces­si­ve­ment annon­cées aux habi­tants du quar­tier. Déjà, le 8 mars der­nier, ce der­nier avait orga­nisé une mani­fes­ta­tion, à l’oc­ca­sion de la semaine Villeneuve en tran­si­tion, et lancé une péti­tion qui avait depuis récolté un mil­lier de signa­tures papier et sur Internet.

 

 

 

Redonner de l’attractivité au quartier ?

 

 

« Il existe d’autres solu­tions, comme la réha­bi­li­ta­tion qui aurait un moindre coût que la démo­li­tion », consi­dère en sub­stance le col­lec­tif, qui réunit les rési­dents du 10/20, des habi­tants du quar­tier, le 1 place des Saules, le 30/40 Arlequin, ainsi que l’Atelier popu­laire d’ur­ba­nisme, Villeneuve debout, Droit au loge­ment 38 et le Centre d’in­for­ma­tion inter-peuples.

 

CCAS de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

CCAS de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Telle n’est pas la vision du groupe de pilo­tage consti­tué par l’a­gence de renou­vel­le­ment urbain, la Métropole et la Ville de Grenoble. L’immeuble 20 de la gale­rie de l’Arlequin sera ainsi détruit. La Ville, qui affirme être oppo­sée aux démo­li­tions de loge­ments sociaux, s’est en effet laissé convaincre de l’in­té­rêt de cette démo­li­tion.

 

Elle est per­ti­nente à plus d’un titre, consi­dère-t-elle : l’im­meuble est vétuste, le centre com­mu­nal d’ac­tion sociale, ins­tallé au rez-de-chaussé du 10, démé­na­gera sous peu ; enfin, cette trouée dans la gale­rie devrait ouvrir un pas­sage vers le parc, et ainsi redon­ner de l’at­trac­ti­vité à l’en­semble du quar­tier.

 

Si ce der­nier argu­ment avait déjà été entendu lors de la démo­li­tion du 50, cette fois-ci, c’est vrai, affirme Vincent Fristot, adjoint à l’ur­ba­nisme, lors d’un entre­tien accordé à Place Gre’net. Alors que pour la démo­li­tion du 50 déci­dée par la muni­ci­pa­lité pré­cé­dente, il s’a­gis­sait d’un « argu­ment fal­la­cieux ». Quid de la démo­li­tion du 10 ? L’adjoint l’é­car­tait clai­re­ment, tou­jours lors de cette inter­view. Les loca­taires ont pour­tant le sen­ti­ment d’être inci­tés à quit­ter les lieux…

 

 

 

Des locataires « poussés à partir »

 

 

« On a déjà l’im­pres­sion de ne plus exis­ter », déclare Virgile, l’un des loca­taires du 10. Car pen­dant que l’Agence natio­nale du renou­vel­le­ment urbain, l’a­ni­ma­teur de la concer­ta­tion, (Passager des villes), la Ville de Grenoble et la Métropole accordent leurs vio­lons – en reve­nant de temps en temps faire le point devant les habi­tants –, les rési­dents du 10 et du 20 voient, eux, leur situa­tion se dété­rio­rer.

 

Virgile, résident du 10 Galerie Alequin prend la parole pour refuser les démolitions, lors d'une réunion de concertation sur le renouvellement urbain © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Virgile, résident du 10 gale­rie Arlequin prend la parole pour refu­ser les démo­li­tions lors d’une réunion de concer­ta­tion sur le renou­vel­le­ment urbain. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Sur 191 loge­ments, seuls 60 sont aujourd’­hui encore occu­pés. « Il y a des gros tra­vaux à faire, et l’en­tre­tien n’est pas réa­lisé depuis des années. Les charges sont très impor­tantes pour les loca­taires », explique Virgile. La Scic habi­tat Rhône-Alpes a racheté le 10/20 en 2014 mais les départs conti­nuent…

 

« La Scic pousse les gens à par­tir depuis qu’elle a repris cet immeuble », affirme amè­re­ment le résident du 10. « Elle n’a jamais voulu signer la charte de relo­ge­ment des habi­tants, pré­vue dans le cas d’une réha­bi­li­ta­tion, et qui a été pro­mise. Les gens qui démé­nagent doivent, en plus, se débrouiller tout seuls », affirme-t-il. Or sans charte de relo­ge­ment, pas de retour pos­sible non plus. On vou­drait vider des immeubles en vue de les démo­lir que l’on ne s’y pren­drait pas autre­ment, estiment ainsi les habi­tants… bien loin d’être ras­su­rés.

 

 

Séverine Cattiaux 

 

 

 

LE COLLECTIF RÉCLAME « UNE VÉRITABLE CO-CONSTRUCTION » POUR LE PROJET URBAIN DE LA VILLENEUVE

 

Quartier de la Villeneuve à Grenoble. DR

Quartier de la Villeneuve à Grenoble. DR

Les démo­li­tions à la Villeneuve […] sus­citent le rejet alors que nous avons besoin de créer de l’adhé­sion autour d’un pro­jet par­tagé », sou­lignent les mili­tants du col­lec­tif, qui aspirent à co-construire un pro­jet pour la Villeneuve visant à « retrou­ver l’attractivité du quar­tier, inves­tir dans les infra­struc­tures socio-édu­ca­tives, s’emparer des pers­pec­tives éco­no­miques inno­vantes… »

 

Ce pro­jet issu des habi­tants existe : il est consul­table sur le site Vivre à la Villeneuve. Mais il ne semble pas avoir été pris au sérieux, selon ses ins­ti­ga­teurs. « Le prin­cipe de co-construc­tion des pro­jets urbains ins­crits dans la loi de février 2014 n’est pas res­pecté », regrette le col­lec­tif, qui réclame depuis plu­sieurs mois la « négo­cia­tion d’un pro­jet par­tagé en pré­sence de toutes les par­ties pre­nantes au pro­jet ».

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3264 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.