La végétalisation du cours Jean-Jaurès dans sa phase finale de concertation

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le projet issu du Budget participatif 2016 visant à végétaliser le cours Jean-Jaurès entre dans sa dernière phase de concertation. Le recueil d’opinions se prolonge ainsi jusqu’au vendredi 19 mai, avant le début des travaux en septembre. Si le but est toujours d’offrir au cours une densification végétale, les contraintes techniques ont conduit à revoir les ambitions du projet à la baisse. Notamment le nombre d’arbres plantés.

 

 

 

C’était le « gros pro­jet » de l’é­di­tion 2016 du Budget par­ti­ci­pa­tif de la Ville de Grenoble. La végé­ta­li­sa­tion du cours Jean-Jaurès avait recueilli 2 636 voix, sur un nombre total de 6 046 votants. Le pro­jet final est désor­mais sou­mis aux avis jus­qu’au 19 mai, avant le com­men­ce­ment des tra­vaux, pré­vus en sep­tembre 2017.

 

Final, car les études de ter­rain ont fait évo­luer le pro­jet. La pré­sence de câbles et cana­li­sa­tions a ainsi eu rai­son des « 40 arbres frui­tiers » et du « ver­ger urbain » évo­qués dans la pre­mière mou­ture.

 

Le cours Jean Jaurès, moins “végétalisable” qu'il n'y paraît. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le cours Jean-Jaurès, moins “végé­ta­li­sable” qu’il n’y paraît. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« On a pris les plans de réseaux, et il y a un monde sou­ter­rain que l’on ne soup­çon­nait pas. Nous avons dû chan­ger notre fusil d’é­paule sur cer­tains aspects », explique Florian Artus, le por­teur de pro­jet, sou­tenu par le Conseil citoyen indé­pen­dant (CCI) dont il est membre.

 

 

 

Une dizaine d’arbres en plus

 

 

Quentin de Neeff, du service Espaces verts de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quentin de Neeff, du ser­vice Espaces verts de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Une dizaine d’arbres pour­ront tou­te­fois être plan­tés le long du cours. Quentin de Neeff, ins­pec­teur au ser­vice Espaces verts de Grenoble, en détaille les varié­tés : des pla­tanes sur « l’a­li­gne­ment his­to­rique », mais aussi des lilas des Indes, des savon­niers, des ceri­siers à fleurs ou encore des albi­zias (ou arbres à soie).

 

Moins d’arbres que pré­vus donc, mais le temps fera son œuvre, rap­pelle Quentin de Neeff. « Il faut avoir à l’es­prit que, sur le cours Jean-Jaurès, les arbres sont encore petits. On a un aperçu très miné­ral. Dans une dizaine d’an­nées, on aura des arbres qui auront sans doute recou­vert une grande par­tie du cours, et on aura un effet de cano­pée beau­coup plus impor­tant. »

 

 

 

Arbustes, arbrisseaux… et pergolas

 

 

Pour assu­rer une « den­si­fi­ca­tion végé­tale » là où les arbres seront absents, le pro­jet pré­voit la plan­ta­tion d’ar­bustes et d’ar­bris­seaux. Mais aussi l’ins­tal­la­tion de per­go­las. Leur objec­tif ? « Apporter de l’ombre là où on ne pourra pas plan­ter des arbres, avec des plantes grim­pantes qui mon­te­ront sur des struc­tures suf­fi­sam­ment larges au-des­sus des bancs », explique encore Quentin de Neeff.

 

L'une des esquisses du projet de végétalisation du cours Jean Jaurès, plantes grimpantes pour l'ombre et arbrisseaux pour densifier le végétal . DR

L’une des esquisses du pro­jet de végé­ta­li­sa­tion du cours Jean-Jaurès, avec des plantes grim­pantes pour l’ombre et des arbris­seaux pour den­si­fier le végé­tal. DR

 

Car le prin­cipe de la végé­ta­li­sa­tion du cours n’est pas qu’or­ne­men­tal, rap­pelle Florian Artus. « L’intérêt pour moi était cli­ma­tique, ou micro­cli­ma­tique, par rap­port aux effets d’î­lot de cha­leur urbain très fort à Grenoble. On habite une ville extrê­me­ment miné­rale : dès que la tem­pé­ra­ture monte il n’y a pas d’en­droits confor­tables ou se tenir. C’est vrai­ment une ques­tion de confort phy­sio­lo­gique. »

 

Autre inté­rêt de ces per­go­las, ajoute Florian Artus : don­ner une har­mo­nie géné­rale au pro­jet. Divisé en sec­tions (Grands bou­le­vards, Estacade, Berriat, place Dubebout), celui-ci ris­quait en effet de perdre son iden­tité. D’autant que, selon les sec­teurs, la végé­ta­li­sa­tion sera plus ou moins mar­quée, dif­fuse par endroits, concen­trée sur d’autres.

 

 

 

Des porteurs de projets impliqués dans sa réalisation

 

 

Florian Artus n’est-il pas un peu déçu des limi­ta­tions impo­sées par les contraintes tech­niques ? « Je suis archi­tecte et tra­vaille dans l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire. Je sais qu’un pro­jet a une vie entre son départ et sa réa­li­sa­tion », répond le por­teur de pro­jet, phi­lo­sophe. « Ce qui m’in­té­resse, ajoute-t-il, c’est d’a­voir ouvert une oppor­tu­nité pour une ville que j’ha­bite et que j’aime bien. J’espère que le pro­jet vivra ! »

 

Florian Artus défend une nouvelle fois son projet sous le pont de l'Estacade au cours d'une réunion publique © Florent Mathieu - Place Gre'net

Florian Artus défend une nou­velle fois son pro­jet sous le pont de l’Estacade au cours d’une réunion publique, le 10 mai 2107. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le por­teur de pro­jet salue éga­le­ment l’im­pli­ca­tion que lui a offert le ser­vice Démocratie locale de la Ville, même après vali­da­tion des urnes. « Au sein du CCI, on nous a laissé une place. Les tech­ni­ciens venaient nous voir pour arbi­trer des points tech­niques. On repré­sente le pro­jet et c’est très mobi­li­sant. Je n’i­ma­gi­nais pas que ça pren­drait tant de temps et d’éner­gie, mais je ne le regrette pas du tout. »

 

Exemple de cette impli­ca­tion : Florian Artus était encore pré­sent mer­credi 10 mai sous le pont de l’Estacade pour pré­sen­ter le pro­jet au cours d’une réunion publique. Un moment de recueil d’o­pi­nions qui se pro­longe jus­qu’au 19 mai. Les esquisses du pro­jet sont en effet pré­sen­tées dans les Maisons des habi­tants du Bois d’Artas et de Chorier Berriat, de même qu’à l’Antenne mai­rie du centre-ville. La res­ti­tu­tion publique des avis aura lieu à la fin du mois de juin.

 

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
5829 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ping : Végétalisation du cours Jean Jaurès – Réunion de concertation – conseils citoyens indépendants de Grenoble

  2. Ping : Végétalisation du cours Jean Jaurès – Réunion de concertation – conseils citoyens indépendants de Grenoble

  3. sep article
    • Quelle est le rap­port entre l’or­ga­nisme qui s’oc­cupe de réno­ver les quar­tiers prio­ri­taires, et ce pro­jet citoyen ? Soit je ne vois pas l’i­ro­nie, soit votre mécon­nais­sance quant à l’ur­ba­nisme en géné­ral est faible. Pouvez-vous expli­quer votre réac­tion ?

      sep article