Le nombre de loups en France devrait dépasser le chiffre de cinq cents. Et donc le seuil de viabilité de l'espèce que s'était fixé le gouvernement.

Le gou­ver­ne­ment auto­rise l’a­bat­tage de deux loups supplémentaires

Le gou­ver­ne­ment auto­rise l’a­bat­tage de deux loups supplémentaires

Le gou­ver­ne­ment vient de don­ner l’au­to­ri­sa­tion d’a­battre deux loups sup­plé­men­taires d’ici le mois de juin. Le décret est tombé le 19 avril, à quelques jours du pre­mier tour de la pré­si­den­tielle. Aux trente-six loups déjà offi­ciel­le­ment tués depuis juillet der­nier s’a­joute donc la pos­si­bi­lité d’en abattre en tout quatre autres, Ségolène Royal ayant annoncé qu’un second décret du même aca­bit devrait suivre.

La réponse des asso­cia­tions de défense de la nature n’a pas traîné : elles attaquent en jus­tice la déci­sion de la ministre de l’Environnement. L’Aspas a en effet saisi le Conseil d’État, récla­mant l’an­nu­la­tion de l’ar­rêté ministériel.

« Sur une popu­la­tion esti­mée à moins de 300 [loups, ndlr], ce nombre de 40 abat­tages vou­lus par la ministre met en péril la conser­va­tion de l’espèce en France, sou­ligne Cap loup, qui ras­semble trente-huit asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature. Ce ne sont plus seule­ment les asso­cia­tions qui le disent, c’est désor­mais le résul­tat de l’étude bio­lo­gique ren­due en mars der­nier par le Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle et l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage à la demande du minis­tère lui-même ! »

40 loups abat­tus, 10 retrou­vés morts… sans comp­ter le braconnage

Dans un rap­port, les experts mis­sion­nés par les pou­voirs publics met­taient en garde contre le risque que fait cou­rir le rythme d’une qua­ran­taine de pré­lè­ve­ments annuels sur la péren­nité de l’es­pèce à long terme.

Pour les asso­cia­tions, le compte n’y est pas. Car, pour elles, le chiffre de qua­rante loups « pré­le­vés » est dépassé. En plus des qua­rante abat­tus, dix loups ont été retrou­vés morts depuis juillet 2016, vic­times dans la plu­part des cas de col­li­sions, « et non décomp­tés par l’État », pré­cisent les asso­cia­tions. Sans comp­ter le braconnage.

« Celui-ci est encou­ragé par la poli­tique de tirs mas­sifs confiés à des chas­seurs incon­trô­lés, pen­dant que les moyens de l’ONCFS sont uti­li­sés pour tuer des loups avec une bri­gade dédiée, au lieu de lut­ter contre le braconnage. »

Un « bilan mitigé voire négatif »

Les tirs sont-ils seule­ment effi­caces ? Ou s’a­git-il seule­ment de ten­ter d’a­pai­ser des éle­veurs à bout de nerfs ? Dans un rap­port rendu en jan­vier 2016, le Conseil scien­ti­fique du patri­moine natu­rel et de la bio­di­ver­sité par­lait, lui, d’un « bilan mitigé voire néga­tif ».

« Les tirs de défense ne jouent pas le rôle attendu qui est de sup­pri­mer les loups mal­fai­sants et d’ap­prendre aux autres à se méfier de l’homme et de ses trou­peaux. La preuve n’est pas faite que les dif­fé­rents types de tirs aient contri­bué à dimi­nuer le nombre d’at­taques », arguaient les conseillers de la ministre.

Fin mars, la fédé­ra­tion natio­nale ovine avait inter­pellé Barbara Pompili, la secré­taire d’État char­gée de la bio­di­ver­sité, poin­tant les incer­ti­tudes de l’ex­per­tise menée par le MNHN et l’ONCFS.

« Il y a trop d’incertitudes par­tout, sou­li­gnait le fédé­ra­tion des éle­veurs dans un com­mu­ni­qué. Sur la modé­li­sa­tion de la crois­sance actuelle de la popu­la­tion des loups, sur les effec­tifs de loups à venir et donc sur la dyna­mique de la popu­la­tion, sur les effec­tifs à rete­nir pour assu­rer une via­bi­lité de l’espèce, sur le ter­ri­toire à prendre en compte pour étu­dier de manière logique l’évolution de la popu­la­tion ».

PC

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Vence Scène fait partie des quatre salles de l'agglomération grenobloise qui accueillent l'édition 2022 du Festival du Cinéma Nature et Environnement. DR.
Le Festival du cinéma nature et envi­ron­ne­ment s’ouvre à Grenoble avec le docu­men­taire « I am Greta »

EN BREF - Le Festival du cinéma nature et environnement démarre vendredi 25 novembre 2022 au Club, à Grenoble, avec le documentaire I am Greta. Lire plus

Novembre 2022, les jeunes plants sur le talus du quartier Mistral n'ont pas survécu, à quelques individus près. Ils ont souffert de la sécheresse du printemps et de l'été 2022 © Jean-Paul Merlo
Quartier Mistral à Grenoble : les trois quarts de la jeune « forêt urbaine » n’ont pas survécu

FOCUS - Faux départ pour la forêt urbaine de Mistral, qui devra être en très grande partie replantée cet hiver. Sur les 5 500 jeunes Lire plus

Centrale de chauffage Biomax sur la Presqu'île scientifique à Grenoble, mercredi 23 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Très com­pé­ti­tif, le réseau de chauf­fage urbain n’est pas très ver­tueux, dénonce la Métropole de Grenoble

FOCUS - Gestionnaire du réseau de chauffage urbain pour le compte de Grenoble-Alpes Métropole, la Compagnie de chauffage a présenté de «très bons résultats», d'un Lire plus

Tri des déchets alimentaires dans les bacs à compost marron de Grenoble Alpes Métropole. © Paul Turenne - Placegrenet.fr
La col­lecte des déchets ali­men­taires se déploie sur les sec­teurs 5 et 6 de Grenoble, ainsi qu’à La Tronche, Meylan et Corenc

FOCUS - Dernière ligne droite pour la collecte des déchets alimentaires sur le territoire de la Métropole de Grenoble. Les fameuses poubelles marron se déploient Lire plus

La Ville de Grenoble accueille la dixième édition de l’Informed Cities Forum du 23 au 25 novembre 2022
La Ville de Grenoble accueille la dixième édi­tion de l’Informed Cities Forum du 23 au 25 novembre 2022

FLASH INFO - Dans le cadre de Grenoble Capitale verte européenne, la Ville de Grenoble accueille la dixième édition de l’Informed Cities Forum, du mercredi Lire plus

Des élèves de l’école Christophe Turc, ont participé à une opération de plantation participative sur une une portion de l’allée des Romantiques. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Nouvelle sai­son de plan­ta­tions d’arbres (par­ti­ci­pa­tives ou non) au sein de la métro­pole de Grenoble

EN BREF - Une opération de plantation participative a eu lieu ce vendredi 18 novembre 2022 sur la toute nouvelle Place aux enfants de l'allée Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !