Piétonnisation, parkings et vignette au centre d’une « marche pour la voiture »

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Une trentaine de manifestants ont défilé dans Grenoble ce mardi 25 avril à l’appel de l’Automobile club dauphinois. L’objectif ? Dénoncer, de manière symbolique à travers cette opération intitulée « On marche pour la voiture », les mesures jugées « discriminatoires et injustes » prises à l’encontre des automobilistes par la Ville de Grenoble et la Métropole.

 

 

 

Une marche pour la voiture avait lieu à Grenoble ce 25 avril à l’appel de l’Automobile club dauphinois contre des mesures "discriminatoires et injustes". © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« La faible mobi­li­sa­tion ? C’est vrai que nous n’a­vons pas inondé la presse de notre mani­fes­ta­tion et nous ne sommes pas là pour embê­ter le monde », explique Christian Simonetti, le pré­sident de l’Automobile club dau­phi­nois (ACD). Ce même club qui, à tra­vers l’opé­ra­tion « On marche pour la voi­ture », a appelé – de manière très confi­den­tielle – ses sym­pa­thi­sants et autres com­mer­çants à venir mani­fes­ter, ce mardi 25 avril, leur « ras le bol des mesures dis­cri­mi­na­toires et injustes qui se suc­cèdent à Grenoble depuis 3 ans ».

 

Une pre­mière pour le véné­rable club qui, depuis sa créa­tion, n’é­tait jamais des­cendu dans la rue. Mais aussi une com­mu­ni­ca­tion tel­le­ment dis­crète qu’au final ils n’é­taient guère plus d’une ving­taine au départ de la mani­fes­ta­tion devant la gare de Grenoble. Malgré tout, le cor­tège s’é­tof­fera quelque peu au cours de sa pro­gres­sion vers l’hô­tel de ville de Grenoble, puis le siège de la Métropole, mais sans jamais atteindre plus d’une grosse tren­taine de par­ti­ci­pants.

 

 

 

« Non à la vignette écolo ! »

 

 

En tête du cor­tège sous la ban­nière « La vignette : une pas­tille de trop ! », Christian Simonetti, cas­qué, pilote une voi­ture à pédale rouge qu’il a nom­mée « La Piolit ». Le suivent à pied les “mar­cheurs pour la voi­ture contre la pas­tille” tan­dis que deux trac­tions avant de col­lec­tion – Automobile club oblige – font office de voi­tures balais.

 

Dans le cortège une des tractions avant de collection. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dans le cor­tège une des trac­tions avant de col­lec­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Oui aux vélos, non aux auto­routes à vélos dans Grenoble ! », « J’ai besoin de mon auto », « Non à la vignette écolo » ou encore « Préservez nos métiers, nos emplois, notre liberté », pou­vait-on lire sur les quelques pan­cartes et ban­de­roles bran­dies en silence puisque aucun slo­gan n’é­tait scandé par le petit groupe.

 

 

Dans la ligne de mire des mani­fes­tants, le pro­jet Cœur de ville, cœur de Métropole (CVCM), la bana­li­sa­tion des 30 km/h, les auto­routes à vélos, la tari­fi­ca­tion des par­kings ou encore les déposes rapides « oubliées » dans la restruc­tu­ra­tion de la gare mul­ti­mo­dale de Grenoble. Le pom­pon reve­nant à la mise en appli­ca­tion, depuis ce 1er jan­vier, de la fameuse « pas­tille écolo qui frappe injus­te­ment et sans aucune effi­ca­cité les plus dému­nis », est-il indi­qué sur l’ap­pel à mani­fes­ter.

 

Retour en images sur cette mini-mani­fes­ta­tion dont Christian Simonetti reven­dique le carac­tère sym­bo­lique et bon enfant.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« Nous ne sommes pas pour le tout voiture »

 

 

« Nous ne sommes pas pour le tout voi­ture. Nous aussi on veut du mul­ti­mo­dal, mais où la voi­ture a encore sa place […] Nous aussi, nous vou­lons res­pi­rer du bon air frais […] mais nous vou­lons des mesures appro­priées, justes et effi­caces », explique l’Automobile club dau­phi­nois dans le com­mu­ni­qué imprimé à l’oc­ca­sion de cette mani­fes­ta­tion.

 

La pastille sui sera imprimée à 3 000 exemplaires. © Automobile club dauphinois.

La pas­tille qui sera impri­mée à 3 000 exem­plaires. © Automobile club dau­phi­nois.

Un com­mu­ni­qué axé prin­ci­pa­le­ment sur la fameuse pas­tille jugée « ségré­ga­tive [puisque] pen­dant les pics elle oblige des per­sonnes âgées, des han­di­ca­pés ou des tra­vailleurs à res­ter à la mai­son », affirme l’as­so­cia­tion.

 

Et puis­qu’il est ques­tion de pas­tilles, l’Automobile club dau­phi­nois en a repris le concept. En effet, 3 000 vignettes où il est affirmé « Je suis écolo, je garde ma vieille auto » sont en cours d’im­pres­sion. Elles seront remises aux adhé­rents « et aussi à ceux qui râlent » en même temps que leur récé­pissé de coti­sa­tion, nous pré­cise Alain Freyssinet, vice-pré­sident de l’ACD.

 

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
6095 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. J’ai vrai­ment peur pour CVCM et Piolle avec une mani­fes­ta­tion pareille. C’est beau d’être ridi­cule… moi aussi je veux du mul­ti­mo­dal : des vraies pistes cyclables et plus de places pour les pié­tons à la place d’au­to­routes urbaines. Rappelons que 75% de l’es­pace des voi­ries est dédié à la seule auto­mo­bile, entre sa cir­cu­la­tion et son sta­tion­ne­ment. On peut bien équi­li­brer non ? Je ne sais pas où est le « dog­ma­tisme»…
    Notons que quelques accro­chages ont eu lieu entre eux et quelques cyclistes en faveur des fameuses « auto­routes à vélo ». « Vous êtes envoyés par Piolle, donc ?» se sont vu répondre les cyclistes. Et eux, payés par les lob­bys de l’in­dus­trie auto­mo­bile ?

    sep article
    • JK

      27/04/2017
      14:02

      Pour l’in­ter­ven­tion des cyclistes, effec­ti­ve­ment, mais un simple accro­chage, cha­cun res­tant sur ses posi­tions, qui s’est ter­miné en conver­sa­tion disons.. ani­mée. On en voit un petit bout dans la vidéo du reste.

      sep article
  2. @JL ok merci, donc le fait que l auto­mo­bile club s engagé / donne un avis est aty­pique et sou­li­gné leur pro­pos ( si ils sont habi­tuel­le­ment réser­vés)
    Merci de votre retour, vrai­ment je ne com­pre­nais pas

    Dans les petits faits dont per­sonne ne parle : fer­me­ture Creche arpen­teurs, la seule Creche de niveau de gre­noble (a Chorrier Berriat). Les enfants étaient par classe d âge et cela était super pour eux en terme d appren­tis­sage, ne pas mélan­ger l enfant de 2 ans avec celui de 6 mois

    Une rubrique pour­rait manque à votre jour­nal : regard sur. Avec pré­sen­ta­tion de la salle noire, de la salle rouge, de la cine­ta­heque„ du patio du musée dua­phi­nois (ou de sa cha­pelle baroque) des escla­liers en ligne droite qui des­cendent ede la Bastille vérs St Laurent, de l eglise œcu­mé­nique de Malherbe etc. C est un for­mat peut être trop maga­zine pour votre jour­nal d infor­ma­tion mais ca peut aussi éclai­rer / remettre en contexte
    Bonne jour­née

    sep article
    • MB

      27/04/2017
      8:43

      Bonjour,
      Merci pour ces pro­po­si­tions inté­res­santes que nous allons étu­dier 😉
      Bonne jour­née,
      MB

      sep article
  3. sep article
    • JK

      26/04/2017
      23:21

      A par­tir de com­bien de per­sonnes fau­drait-il donc rela­ter un fait ? Il est vrai que la mobi­li­sa­tion était très faible, ce que nous rele­vons du reste. Pour autant, fal­lait-il pas­ser com­plè­te­ment sous silence cette démarche inha­bi­tuelle de l’Automobile club dau­phi­nois ?

      sep article