L’Office de tourisme de Grenoble-Alpes Métropole propose des visites guidées de Grenoble à bord de voitures électriques ou en utilisant des gyropodes SegwayLe convoi des six voitures électriques Coms de Toyota sur les quais de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble innove avec des visites guidées en véhicules électriques

Grenoble innove avec des visites guidées en véhicules électriques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – L’Office de tourisme de Grenoble-Alpes Métropole propose depuis ce printemps des visites guidées de Grenoble à bord de voitures électriques ou en utilisant des gyropodes Segway, sorte de transporteur personnel à deux roues. Deux nouvelles manières ludiques, originales et relativement “écologiques” de partir à la découverte de la ville et de son patrimoine.

 

 

 

Comment renou­ve­ler les tra­di­tion­nelles visites tou­ris­tiques en petit train quelque peu “plan-plan” ? L’office de tou­risme de Grenoble-Alpes Métropole expé­ri­mente, depuis le début du prin­temps, deux nou­velles formes de visites gui­dées inno­vantes à des­ti­na­tion des habi­tants de l’ag­glo­mé­ra­tion et des touristes.

 

Les voitures électriques Coms de Toyota. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les voi­tures élec­triques Coms de Toyota. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En l’oc­cur­rence, des visites en convoi au volant d’un Coms, une de ces petites voi­tures mono­places élec­triques à quatre roues fabri­quées par Toyota que vous avez sûre­ment déjà dû voir pas­ser en ville. Mais éga­le­ment sur deux roues, cram­ponné au gui­don d’un gyro­pode Segway, sorte de trans­por­teur per­son­nel mono­place élec­trique. L’occasion de décou­vrir la ville et son patri­moine « de façon déca­lée et ludique ». Le tout enca­dré par un guide et un moniteur.

 

Au pro­gramme de ces visites gui­dées, trois par­cours concoc­tés par le ser­vice visites et groupes de l’OT pour conduire le public « au cœur de Grenoble et de son his­toire » tout en expé­ri­men­tant « au cours d’une virée sur­pre­nante d’une heure, un mode de trans­port doux et res­pon­sable », vante encore l’organisation.

 

Place Gre’net a suivi l’une de ces visites en véhi­cules élec­triques dont nous vous pro­po­sons un résumé en images.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« Nous nous devions d’innover en matière de visites touristiques »

 

 

« Grenoble, c’est la ville de l’in­no­va­tion et nous nous devions d’in­no­ver aussi en matière de visites tou­ris­tiques », explique, non sans fierté, Yves Exbrayat, direc­teur de l’office de tou­risme de Grenoble-Alpes Métropole. De fait, depuis plu­sieurs années déjà, l’of­fice, entouré de dif­fé­rents par­te­naires, s’est fixé le chal­lenge de pro­po­ser de nou­velles expé­riences aux Grenoblois et au tou­ristes visi­tant la capi­tale des Alpes.

 

Signature du partenariat. De gauche à droite : Axel Debus, chef de projet Citiz, Fabrice Hugelé, président de l'Office de tourisme Grenoble-alpes Métropole et Yves Exbrayat, le directeur de l'Office du tourisme. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Signature du par­te­na­riat. De gauche à droite : Axel Debus, chef de pro­jet Citiz, Fabrice Hugelé, pré­sident de l’of­fice de tou­risme Grenoble-alpes Métropole, et Yves Exbrayat, le direc­teur de l’Office du tou­risme. © Joël Kermabon – Place Gre’net

D’où ces visites en voi­tures élec­triques Coms – fabri­quées par  Toyota – orga­ni­sées en col­la­bo­ra­tion avec le réseau d’au­to­par­tage gre­no­blois Cité Lib by Ha:Mo. Une expé­rience qui a démarré en octobre 2014 avec cinq par­te­naires : Citiz (le nou­veau nom de Cité lib), la Ville de Grenoble, Grenoble-Alpes Métropole, Toyota, et EDF.

 

Une coopé­ra­tion d’au­tant plus fruc­tueuse qu’à l’oc­ca­sion de cette pré­sen­ta­tion Fabrice Hugelé, le pré­sident de l’of­fice de tou­risme Grenoble-Alpes Métropole, a signé un par­te­na­riat avec Citiz. Partenariat dont il nous pré­cise les objectifs.

 

 

 

 

« Nous sommes les premiers à le faire dans le monde »

 

 

Descente du cours Jean-Jaurès. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Descente du cours Jean-Jaurès. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Les visites gui­dées en Coms, nous sommes les pre­miers à les faire dans le monde », se féli­cite, tout aussi fiè­re­ment que son direc­teur, Roland Monon, le res­pon­sable du ser­vice visites et groupes de l’OT métropolitain.

 

« L’originalité c’est que cela nous per­met d’al­ler visi­ter des quar­tiers où nous n’a­vons pas l’ha­bi­tude d’al­ler à pied, et c’est aussi le sys­tème de com­mu­ni­ca­tion par tal­kie-wal­kie qui per­met d’é­cou­ter les com­men­taires du guide dans chaque véhi­cule », pré­cise le res­pon­sable des balades. Trois visites sont pré­vues jus­qu’à la fin du mois de juin. « L’idée c’est d’en avoir ensuite une par mois à peu près. On veut y aller pro­gres­si­ve­ment », pré­cise, pru­dent, Roland Monon, ajou­tant qu’elles seront renou­ve­lées lors de l’été 2018.

 

Retour de la visite en gyropode Segway. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Retour de la visite en gyro­pode Segway. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant à la seconde nou­veauté, les balades en Segway, elles ont été ima­gi­nées en par­te­na­riat avec Savoie Loisirs, spé­cia­liste de l’ac­com­pa­gne­ment en gyropode.

Roland Menon l’as­sure, ces visites gui­dées sur deux roues, déjà bien rodées, ont lar­ge­ment fait la preuve de leur attractivité.

 

« Avec les visites en Segway, nous sommes moins dans l’o­ri­gi­na­lité mais on est tou­jours dans cette façon de décou­vrir la ville dif­fé­rem­ment et de conqué­rir un nou­veau public », pour­suit le res­pon­sable des visites. Qui en veut pour preuve le suc­cès ren­con­tré la sai­son pas­sée par le cir­cuit « Découverte du street art » avec ses œuvres monu­men­tales sur des façades, ses fresques végé­ta­li­sées, les pein­tures sur pochoir…

 

 

 

Vélobus, clownades, trésors cachés du XVIIe siècle et ciment moulé…

 

 

L’occasion pour Roland Monon d’an­non­cer quelques autres des nom­breuses visites gui­dées au cata­logue de l’of­fice de tou­risme. Telles celles en vélo­bus pou­vant trans­por­ter jus­qu’à huit per­sonnes, orga­ni­sées en par­te­na­riat avec la Métropole pour la fête du vélo, ou encore, parmi les nou­veauté, les « clow­nades ». Autre temps fort, celui-là plus his­to­rique à l’oc­ca­sion de l’Année Lesdiguières, une visite ori­gi­nale conçue par Yves Exbrayat autour du célèbre duc inti­tu­lée « Trésors cachés du XVIIe siècle ».

 

Roland Monon, responsable du service visites et groupes de l’Office de tourisme métropolitain. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Roland Monon, res­pon­sable du ser­vice visites et groupes de l’office de tou­risme métro­po­li­tain. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Cette der­nière per­met­tra à un public friand d’his­toire de connaître les lieux patri­mo­niaux gre­no­blois du XVIIsiècle habi­tuel­le­ment inac­ces­sibles, tels que l’ancienne cha­pelle des jésuites, ou le salon bleu de l’ancien par­le­ment et ses boiseries.

 

Enfin, au cours du second semestre et pour mar­quer l’an­ni­ver­saire des deux cents ans ans des ciments Vicat, seront orga­ni­sées des visites « en forme de voyage à tra­vers les dif­fé­rents styles archi­tec­tu­raux du néo-clas­si­cisme à l’art déco », pro­met l’of­fice de tourisme.

 

De quoi sti­mu­ler la fré­quen­ta­tion du public, espère Roland Monon, tout en se féli­ci­tant que 4 300 visi­teurs aient par­ti­cipé aux 300 visites orga­ni­sées en 2016. Soit un gain de 900 visi­teurs payants.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le bidonville de la rue Jean Macé. © Tim Buisson – Place Gre’net
Bidonville Jean-Macé à Grenoble : les riverains, excédés, sortent du silence face à l’inertie des pouvoirs publics

DECRYPTAGE – Depuis plusieurs mois, un bidonville s'est formé au niveau de la rue Jean-Macé, dans le quartier de la gare à Grenoble. Plus de Lire plus

La boutique éphémère République accueille Fabricanova, acteur de l’économie circulaire, jusqu’au 24 juillet 2021

EN BREF - Le local Pop’up République, dans le centre-ville de Grenoble, a rouvert ses portes et accueille une nouvelle boutique éphémère : celle de Lire plus

Pose de la première pierre du centre de sciences métropolitain
Pont-de-Claix : les travaux de construction du centre de sciences métropolitain ont débuté

  FOCUS - Grenoble-Alpes Métropole a célébré, vendredi 28 mai 2021, la pose de la première pierre du futur centre de sciences sur l’ancien site Lire plus

Construction d’un édifice religieux : la Métropole de Grenoble soutient Meylan contre la Fraternité sacerdotale

EN BREF – Le conseil métropolitain a adopté un vœu à l'unanimité, le 21 mai 2021, soutenant la Ville de Meylan contre la construction d'un Lire plus

Parler Bambin
La Métropole de Grenoble adopte un voeu de soutien au peuple palestinien… malgré les divisions entre élus

FOCUS – Une majorité d'élus de la Métropole de Grenoble a souhaité exprimer son soutien au peuple palestinien lors du conseil métropolitain du 21 mai Lire plus

Yves Exbrayat, directeur de l'office de tourisme et Roland Manon, directeur adjoint, présentant "Grenoble Grand Air" © Corentin Bemol - Place Gre'net
« Grenoble Grand Air », un programme aéré cet été pour (re)découvrir la ville

  EN BREF - L’été à Grenoble se fera en plein air ou ne se fera pas ! L’office de tourisme de la métropole propose, Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin