Jean-Luc Mélenchon en meeting à Grenoble le 18 avril grâce à un hologramme

sep article



Le candidat Jean-Luc Mélenchon semble surfer sur la vague du numérique. Après un premier meeting en hologramme en février, il a annoncé qu’il serait présent numériquement à Alpexpo Grenoble, le 18 avril prochain.

 

 

Jean-Luc Mélenchon ne cesse de sur­prendre. Le 5 février, le can­di­dat réa­li­sait le pre­mier mee­ting en holo­gramme. Il était en effet pré­sent à Lyon, et dif­fusé simul­ta­né­ment en holo­gramme à Paris. Avec une telle réus­site au ren­dez-vous qu’il a décidé de renou­ve­ler l’expérience.

 

Ainsi, le 18 avril à par­tir de 19 heures, il sera pré­sent pour un mee­ting à Dijon, qui sera cette fois-ci dif­fusé en holo­gramme dans cinq autres villes, dont Grenoble. Le mee­ting aura lieu à Alpexpo. Il sera éga­le­ment pos­sible de le voir à Montpellier, Nancy, Clermont-Ferrand, Nantes et Le Port (La Réunion).

 

 

Jean-Luc Mélenchon au second tour ?

 

 

Avec 17 % des inten­tions de vote au pre­mier tour, le can­di­dat de La France Insoumise est en léger recul dans les son­dages. Après avoir dépassé, un temps, François Fillon, il est désor­mais qua­trième der­rière Marine Le Pen (24 %), Emmanuel Macron (23 %) et le can­di­dat de la droite et du centre (20 %), d’a­près un son­dage Opinionway-Orpi pour Les Echos et Radio Classique publié ce jeudi 13 avril. Le pre­mier tour se jouera entre tout cas quatre can­di­dats : une pre­mière. Et les ins­ti­tuts de son­dage com­mencent désor­mais à envi­sa­ger des scé­na­rios avec Jean-Luc Mélenchon au second tour.

 

 

MC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
6408 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. A Grenoble sur­tout, vu les très brillants résul­tats « son­da­giers » lors des élec­tions muni­ci­pales, on devrait s’abs­te­nir de par­ler son­dages … 😉
    De toute façon, ce sera sans moi, je pré­fère les holo­grammes de la Guerre des Etoiles.

    sep article
    • Jolie image de la prin­cipe « Leia » ou « Leila »…je ne sais plus.
      Dommage que ce soit sans vous, il serait tel­le­ment inté­res­sant d’a­voir une vraie gauche au second tour, Hamon n’est pas une posi­tion pour gagner, « une belle alliance des insou­mis » n’a-t-elle pas la chance de voir le jour ?

      sep article
      • Mary je vous aime bien, mais, il n’y a rien à faire, je pré­fère le pro­gramme d’Hamon à celui de Mélenchon. 😉
        Hamon a gagné la pri­maire du PS, Mélenchon a décidé de se pré­sen­ter tout seul comme un grand, c’est un excellent tri­bun qui sait entrai­ner les foules, mais, der­rière, il ne pour­rait pas gou­ver­ner, à mon avis. Hamon a des poin­tures avec lui, comme Thomas Piketty. Ils auraient pu et dû s’al­lier, mais pas pour en faire dis­pa­raitre un.
        Mélenchon n’a rien dit sur les bom­bar­de­ment chi­miques sur la Syrie …
        Le PS devrait implo­ser. Ce qu’ont fait les per­dants de la pri­maire, ten­dance valls est inad­mis­sible. Tous se sont tour­nés vers Macron, là où, pensent-ils leur tar­tine est beur­rée. Ils vont déchan­ter. Ils pré­fèrent s’al­lier avec tout ce que la droite compte d’anti-Fillon- anti-marine. Au moins les choses sont claires, ils n’ont rien de gauche et ça fait 5 ans qu’on les sup­porte !

        sep article
        • Merci pour vos gen­tils pre­miers mots Caro !

          Vous qui sou­te­nez clas­si­que­ment votre Maire Eric Piolle – j’a­voue ce soir être heu­reuse de son choix, la France des insou­mis, – vous vous écar­te­rez donc de votre Maire pour rejoindre l’at­te­lage PS EELV.

          Le PS évo­luera pro­ba­ble­ment, mais de là à croire qu’un parti pareil puisse explo­ser je ne le pense pas, je me sou­viens du PSU, PSE, etc…il y a tou­jours un grand désa­veux après une défaite, mais ce parti rebon­dit en 6 mois, 1 an, 5 ans, comme le FDG qui revit aujourd’­hui.

          Pour ceux qui ral­lient Macron il y a ceux de la « seconde gauche » « les pro­gres­sistes » ils sont au PS mais tou­jours à la marge, ce sont les rocar­diens, je vous suis pour dire qu’ils sont d’un centre tel qu’ils sont encore à gauche sur l’Europe, mais sur le reste leurs convic­tions sont libé­rales, et pro­fon­dé­ment indi­vi­dua­listes.

          Bon cou­rage à votre can­di­dat, dom­mage qu’un accord n’ait pas été obtenu pour bar­rer la voie au FN et/ou à En Marche.

          sep article
        • J’oubliais un point fon­da­men­tal. Je vou­drai sou­li­gner le cou­rage de Piolle de sou­te­nir Mélenchon, car il va créer un schisme dans son élec­to­rat, car s’il a été élu, il a sur­tout pris des voix au PS « gre­no­blois », là il s’af­fiche avec des cou­rants divers de gauche avant tout ancrés vers le PCF. Il affiche ici des convic­tions qui me plaisent en s’é­loi­gnant aussi de facto des éco­lo­gistes. Bravo.

          sep article
          • J’aimerais créer une dis­so­nance dans cet échange entre Caro Hamon et Mary Mélenchon en notant que la der­nière parle d’un bar­rage envers le FN ou En Marche, indis­tinc­te­ment.
            Donc Le Pen et Macron, c’est bon­net blanc et blanc bon­net (je suis de l’âge qui a entendu cette for­mule de la part de Jacques Duclos) ?
            Bigre.

            sep article
            • Le Pen est tout ce que j’ai tou­jours com­battu. Mon enga­ge­ment social et poli­tique est ancien, fidèle aux valeurs de gauche, de vraie gauche, por­tées par le PCF, Mélenchon a aujourd’­hui ouvert ses idées aux « insou­mis », forces de gauche, qui dépassent le cadre du com­mu­nisme, du socia­lisme, pour enfin se ras­sem­bler. Hamon n’a pas réussi à réunir sa famille.

              Macron manie les mots avec un délice irréa­liste, il reprend des thémes popu­listes, « le ni gauche, ni droite » (ou l’UMPS dans d’autre voix), revient à un sys­tème par­le­men­taire instable dans la durée, avec au final une mon­tée du popu­lisme, c’est un vrai risque pour notre démo­cra­tie avec une ten­dance à gou­ver­ner à droite puis­qu’il lui fau­dra des accords pour être élu pré­sident s’il devait s’op­po­ser à M.Le-Pen au second tour. Or je ne suis pas de droite, je me suis tou­jours bat­tue pour la gauche, je pré­fère donc natu­rel­le­ment un bar­rage à un Macron pour qu’un Mélenchon cher­cher à ras­sem­bler la gauche au second tour.

              Si Macron était élu, il aurait certes une période de grâce, puis l’ins­ta­bi­lité à l’Assemblée condui­rait à l’u­ti­li­sa­tion d’or­don­nances, ou de pas­sage par la force (49.3), indui­sant un risque fort de trou­ner une par­tie des élec­teurs vers l’ex­trème droite puisque M.Le Pen nous rap­pel­lera une nou­velle fois que la droite, puis la gauche, puis En Marche ne fonc­tionnent pas…il fau­dra donc essayer ce qui n’a pas encore été essayé.

              Il ne s’a­git donc pas de mélan­ger un démo­crate comme Macron mais dont l’ins­ta­bi­lité par­le­men­taire peut affai­blir la démo­cra­tie avec des équi­libres per­ma­nents sans convic­tions pro­fondes de ce qu’est la gauche ou la droite, et Le Pen qui attaque notre his­toire riche de plu­sieurs siècles pour construire une France soli­daire pour créer une société exclu­sive, repliée sur elle-même en 5 ans…

              Promesses, pro­messes, la réa­lité doit appe­ler à un vote réa­liste, social et soli­daire.

              sep article