Le Center parcs en stand-by, le sort de la petite scutellaire, lui, est scellé

sep article



Le Center parcs de Roybon est illégal. Ainsi en a décidé la cour administrative d’appel de Lyon le 16 décembre 2016. La partie de ping-pong procéduriale jouant les prolongations, et le groupe Pierre & Vacances ayant fait appel, le dossier est sur la table du Conseil d’Etat. Rien ne dit que le projet se fera. Ni qu’il ne se fera pas. Pour la petite scutellaire, le sort est pourtant pour ainsi dire scellé. Administrativement parlant en tout cas.

 

La petite scu­tel­laire, c’est une petite fleur vio­lette, rare et donc pro­té­gée en Rhône-Alpes, que l’on trouve sur­tout dans le mas­sif des Bonnevaux et le pla­teau de Chambaran, là où est prévu le Center parcs. Pourrait-elle être le grain de sable qui enraye la machine, au même titre que d’autres espèces, fau­nis­tiques ou flo­ris­tiques, pro­té­gées ? Le légis­la­teur a la parade.

 

Pour pou­voir détruire des espèces pro­té­gées, il y a des déro­ga­tions. Le Conseil natio­nal de pro­tec­tion de la nature (CNPN) a même donné son feu vert pour déro­ger à la pro­tec­tion de la petite scu­tel­laire. Pour faire simple, on peut détruire, à condi­tion de pro­té­ger à côté.  C’est le prin­cipe bien pra­tique de la com­pen­sa­tion.

 

Ainsi, un arrêté pré­fec­to­ral de pro­tec­tion du bio­tope est en pro­jet, sou­mis à la consul­ta­tion du public jus­qu’au 9 avril. Lequel auto­rise la des­truc­tion de la petite scu­tel­laire sur la zone du Center parcs moyen­nant com­pen­sa­tion… plus loin. Grâce à quoi les petites fleurs repé­rées dans la prai­rie et les val­lons tour­beux du Grand Julin sur une sur­face de près de 2,4 hec­tares, seront elles, pro­té­gées. Un obs­tacle est ainsi levé. Et tant pis si le Center parcs lui n’a pas fini son mara­thon judi­ciaire…

 

 

PC

 

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2256 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Quand l’homme blanc aura détruit le der­nier arbre[…], il com­pren­dra que l’argent ne se mange pas ». Ce pro­verbe indien résume bien la situa­tion de ce genre de pro­jets. Allons‑y, détrui­sons, ame­nons des voi­tures en plus pour gagner des euros. Une fleur, on s’en fout : ça rap­porte quoi ?

    sep article