Center parcs de Roybon : l’Office national des forêts se fait tirer l’oreille

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

EN BREF – Un an et demi que, sur le dossier du Center parcs de Roybon, la Frapna réclamait à l’Office national des forêts la communication d’informations environnementales ayant trait aux mesures compensatoires. Des informations consignées dans les échanges entre l’établissement public et le groupe Pierre & Vacances. La question n’est pas anodine : les mesures compensatoires sont au cœur du contentieux au Conseil d’État.

 

 

 

Défrichage sur le chantier du Center Parcs de Roybon dans la forêt des Avenières en Chambaran compensation zones humides © Zad Roybon

Le pro­jet de Center parcs dans les Chambarans est à l’ar­rêt, (encore) entre les mains de la jus­tice. © Zad Roybon

L’Office natio­nal des forêts vient de se faire tirer l’oreille par le juge. Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Lyon l’a condamné, le 3 avril der­nier, à com­mu­ni­quer sous quatre mois à la Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature (Frapna) les infor­ma­tions envi­ron­ne­men­tales qu’il détient dans le cadre de ses échanges avec le groupe Pierre & Vacances sur le pro­jet de Center parcs à Roybon. Au cœur de ces échanges : les mesures com­pen­sa­toires.

 

Le pro­jet de Center parcs pré­voit en effet la des­truc­tion de 76 hec­tares* de zones humides dans la forêt des Chambarans. Superficies que la loi oblige à com­pen­ser selon la règle du « un pour deux » : pour un hec­tare détruit, deux doivent être res­tau­rés. Mais les zones humides se fai­sant rares, Pierre & Vacances a dû aller grap­piller 150 hec­tares dans cinq dépar­te­ments, en Isère mais aussi dans l’Ain, la Savoie, la Haute-Savoie et l’Ardèche. Des mesures qui, d’après nos infor­ma­tions, seraient épar­pillées sur une ving­taine de sites au total.

 

 

 

« En fait, on ne sait rien », résume le conseiller juridique de la Frapna

 

 

Pour trou­ver ces terres à res­tau­rer, Pierre & Vacances s’est tourné vers l’ONF. « Au-delà de ses indé­niables com­pé­tences en matière de génie éco­lo­gique, l’Office pré­sente en effet le for­mi­dable avan­tage de « dis­po­ser » de sur­faces suf­fi­santes dans le sec­teur concerné pour par­ti­ci­per à ces mesures impo­sées, sou­ligne la Frapna. On rap­pel­lera sim­ple­ment que la ges­tion durable des forêts est d’ores et déjà un objec­tif qui lui est assi­gné dans le cadre de ses obli­ga­tions de ser­vice public. »

 

La cour d'appel de Lyon a confirmé l'illégalité du projet de Center parcs dans les Chambarans. Pierre & Vacances se pourvoit en cassation.

Manifestation des oppo­sants au Center parc des Chambarans lundi lors du démar­rage des tra­vaux. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

En plus des 150 hec­tares, une ving­taine d’autres ont été trou­vés dans la zone des Chambarans. Sur quels cri­tères ? Les fonc­tion­na­li­tés éco­lo­giques détruites, que ce soit en matière de bio­di­ver­sité, de sto­ckage et de fil­tra­tion de l’eau, seront-elles recons­truites à juste mesure ? Pour l’association, c’est l’opacité la plus totale. « En fait, on ne sait rien », résume Emmanuel Wormser, le conseiller juri­dique de la Frapna.

 

« Alors que les pro­mo­teurs de Center parcs clament, depuis le démar­rage du pro­jet, que celui-ci se fait en concer­ta­tion avec la société civile, dans une trans­pa­rence exem­plaire, il a fallu sai­sir le juge pour espé­rer obte­nir ces infor­ma­tions, en rap­pe­lant les règles appli­cables pré­vues par le Code de l’en­vi­ron­ne­ment, lar­ge­ment ins­pi­rées du droit de l’Union euro­péenne et de la Convention d’Aarhus », sou­ligne la Frapna.

 

 

 

La partie de ping-pong continue

 

 

L’association se bat depuis octobre 2015 pour récu­pé­rer ces infor­ma­tions. Jusque-là, l’ONF a tou­jours refusé de les com­mu­ni­quer, jus­ti­fiant que celles-ci, recueillies dans le cadre de ses acti­vi­tés com­mer­ciales, ne rele­vaient pas de ses mis­sions de ser­vice public. La com­mis­sion d’accès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs (Cada) a eu beau s’en mêler, l’ONF n’en a rien fait. La jus­tice, elle, n’a pas vu les choses ainsi et a ordonné à l’Office natio­nal des forêts de s’exécuter. Il a quatre mois pour le faire.

 

« L’Office natio­nal des forêts ne peut uti­le­ment faire valoir, pour s’op­po­ser à la demande de l’as­so­cia­tion requé­rante, que les docu­ments à contenu envi­ron­ne­men­tal récla­més, éta­blis dans le cadre de ses rela­tions com­mer­ciales avec le groupe Pierre & Vacances, por­teur du pro­jet dit « Center Parcs » de Roybon, relèvent de ses acti­vi­tés com­mer­ciales régies par l’ar­ticle L. 221 – 6 du code fores­tier et que, de ce fait, ils n’ont pas un carac­tère admi­nis­tra­tif et ne concernent pas l’exer­cice de ses mis­sions de ser­vice public », sou­ligne le tri­bu­nal.

 

La ques­tion du contenu de ces échanges n’est pas ano­dine. Car les mesures com­pen­sa­toires sont au cœur du conten­tieux. Le 16 décembre 2016, la cour d’appel de Lyon a confirmé l’annulation de deux des trois arrê­tés pré­fec­to­raux auto­ri­sant le Center parcs à Roybon, poin­tant notam­ment l’insuffisance des mesures de com­pen­sa­tion et, ce fai­sant, confir­mant l’illégalité du pro­gramme immo­bi­lier.

 

Depuis, Pierre & Vacances a fait appel. Le dos­sier est sur la table du Conseil d’État. La par­tie de ping-pong conti­nue. A tous les niveaux…

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Le chiffre est contesté, notam­ment par les oppo­sants au pro­jet qui se basent sur l’appréciation du com­mis­saire-enquê­teur qui a dili­genté l’enquête publique.

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
6089 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. La foret publique mena­cée,

    la foret publique est l’ob­jet d’une remise en cause de son sta­tut ‚au mau­vais sens du terme. Gérée par cet orga­nisme, qu’elle soit doma­niale ou qu’elle soit sou­mise, la foret subit tous les ava­tars, de notre sys­tème qui fait du bois de la mar­chan­dise. L’ONF Office National des forets, éta­blis­se­ment public a carac­tère com­mer­cial et indus­triel, pri­vi­lé­gie des essences de rési­neux au détri­ment des feuillus. Le cri­tère de ren­ta­bi­lité est tel que des feuillus, comme les érables, etc qui ont par­ti­cipé au reboi­se­ment ne sont pas les plus recher­chés par l’ONF
    Meme tout si elle est pas­sée de 8 à 15 mil­lions d’ha, la foret fran­çaise est très variée, elle gère des chê­naies remarquables,par contre une foret méditerranéenne,très peu productive.elle n’a pas gagne en qualité,les RBI sont trop peu nom­breuses. Le tra­vail de recons­ti­tu­tion de reboi­se­ment a été une réus­site. Il a fallu sous le Second Empire pour qu on reboise des sols, dus au sur­pa­tu­rage. Et cela grâce au tra­vail remar­quable des fores­tiers, l’é­ro­sion a été enrayée;En pri­vi­lé­giant les rési­neux en mon­tagne et en plaine, com­ment se fait il favo­ri­sant les épi­céas , les dou­glas, il faut 120 à 150 ans pour un chêne, 60 pour les dou­glas par une rapide révo­lu­tion ‚Ainsi ‚on exploite les forêts uni­que­ment sous l angle finan­cier. l’é­vo­lu­tion de trans­for­mer les peu­ple­ments fores­tiers, de favo­ri­ser la pâte à papier;au détri­ment du bois d’œuvre, Si l ONF aban­donne son sta­tut au pro­fit de la pri­va­ti­sa­tion, c est tout bon­ne­ment la perte d’un bien com­mun, et d’un savoir faire que les fores­tiers ont su déve­loppé au cours des décen­nies. L “exploi­ta­tion fores­tière sup­pose un temps long , non une révo­lu­tion rapide de l’ex­ploi­ta­tion fores­tière inten­sive comme actuel­le­ment . Hélas , au rythme actuel tré­pi­dant, on favo­rise une éco­no­mie de mar­ché qui fait contre-pen­dant à Chateaubriand « les forets pré­cèdent les peuples les déserts les suivent »».
    jean paul vie­ron 26 190 St Laurent en Royans

    sep article