Éric Piolle rappelle les règles d’affichage public aux mouvements politiques

sep article



Même politique, l’affichage sauvage peut coûter cher. Dans une lettre adressée aux mouvements politiques, le maire de Grenoble Éric Piolle rappelle ainsi les règles d’affichage public en rigueur et les amendes encourues par les contrevenants.

 

 

« Lors des périodes élec­to­rales, les ser­vices muni­ci­paux de la Ville de Grenoble constatent régu­liè­re­ment que plu­sieurs mou­ve­ments poli­tiques mènent des cam­pagnes impor­tantes de com­mu­ni­ca­tion sur la com­mune », indique Eric Piolle. Si l’af­fir­ma­tion a tout du truisme, elle n’en pose pas moins la ques­tion des moda­li­tés d’af­fi­chage.

 

 

Publicité interdite sur les supports urbains

 

 

La muni­ci­pa­lité rap­pelle ainsi plu­sieurs points. Tout d’a­bord, « la publi­cité est inter­dite en agglo­mé­ra­tion » sur des sup­ports urbains tels que les poteaux élec­triques, les ins­tal­la­tions d’é­clai­rage public ou encore les murs des cime­tières ou des jar­dins publics. L’affichage sur des immeubles est éga­le­ment pro­hibé sans auto­ri­sa­tion écrite du pro­prié­taire.

 

Pour résu­mer, « nul ne peut, sans auto­ri­sa­tion, pla­cer des affiches publi­ci­taires aux empla­ce­ments autres que ceux réser­vés à cet usage », pré­cise le cour­rier en citant le règle­ment géné­ral de voi­rie de la Ville.

 

 

Marchés autorisés pour les tracts, mais interdits aux sectes

 

 

En second lieu, la muni­ci­pa­lité sti­pule que la dis­tri­bu­tion de tracts et de pros­pec­tus est auto­ri­sée à proxi­mité des mar­chés. À condi­tion tou­te­fois « de ne pas créer de trouble à l’ordre public » et « de ne pas créer d’at­trou­pe­ment, ni de gêne à la cir­cu­la­tion autour et dans le péri­mètre du mar­ché ».

 

Enfin, la lettre indique l’in­ter­dic­tion « d’ins­tal­ler des étals en vue de la com­mer­cia­li­sa­tion ou de la dif­fu­sion de docu­ments éma­nant d’or­ga­ni­sa­tion à carac­tère sec­taire ». « Toute acti­vité de pro­sé­ly­tisme sous quelque forme que ce soit, notam­ment par des échanges ver­baux ou par l’in­ter­mé­diaire de maté­riel sonore, est stric­te­ment inter­dite. »

 

 

De 20 à 40 euros d’amende par affiche ou autocollant

 

 

Éric Piolle ter­mine son cour­rier en fai­sant men­tion du mon­tant des amendes décidé durant la séance du conseil muni­ci­pal du 19 décembre 2016. Des sommes de 20 euros l’u­nité pour une « publi­cité fixée ou accro­chée à un sup­port », 30 euros l’u­nité pour un auto­col­lant, et 40 euros pour une « publi­cité col­lée ou des­si­née sur un sup­port ».

 

Les Républicains avaient déjà été tan­cés par la muni­ci­pa­lité en 2015 après la pro­li­fé­ra­tion d’au­to­col­lants « Piolle ça suf­fit » sur Grenoble. En 2013, c’est le jour­nal Le Postillon qui s’é­tait vu repro­cher par la pré­cé­dente majo­rité muni­ci­pale l’u­ti­li­sa­tion du mobi­lier urbain de la ville pour ses affi­chages.

 

FM

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4015 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. S’il pou­vait le faire aussi aux asso­cia­tions, orga­ni­sa­teurs de spec­tacles etc. ce serait bien. Tout comme s’il les avait res­pec­tée lors de sa cam­pagne de 2014 d’ailleurs.

    Depuis 3 ans, ça colle de par­tout pour n« importe quoi et Eric Piolle ne dit rien.

    sep article
  2. Bravo !
    Belle ini­tia­tive si elle est tenue

    marre des ces PUBS poli­tiques.
    La ville a fait le neces­saire avec des espace d’ex­pres­sion,

    Maintenant res­pec­ton l’es­pace com­mun, et si cer­tains ont besoin pour apprendre d’etre sanc­tionné, fai­sons le pour le bien de tous

    sep article
  3. Bravo !
    Et que la mai­rie ver­ba­lise !
    marre de ces salis­seurs de ville,

    La ville fait des efforts, res­pec­tons notre lieu de vie, et NON à ces PUBS poli­tiques

    Belle ini­tia­tive si elle est tenue

    sep article