La page de la Scop Ecopla tournée, place à une loi Ecopla ?

sep article



Il n’y aura pas de Scop Ecopla. Les discussions engagées entre le repreneur italien Cuki Cofresco et une partie des ex-salariés du dernier fabricant français de barquettes en aluminium pour l’alimentaire n’ont pas abouti. Mais y aura-t-il une loi Ecopla ?

 

 

Ecopla. 20 octobre 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Ecopla. 20 octobre 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

L’idée est en germe depuis plu­sieurs mois déjà. Portée par les che­villes ouvrières des Amis d’Ecopla, elle est défen­due par des élus com­mu­nistes et éco­lo­gistes essen­tiel­le­ment, venus sou­te­nir les ex-sala­riés dans la défense de leur emploi et de leur entre­prise. Avec cette loi, il s’a­gi­rait de pla­cer la sau­ve­garde de l’activité et de l’emploi au cœur des pro­cé­dures judi­ciaires. « Les sala­riés doivent pri­mer sur les créan­ciers en cas de liqui­da­tion d’une entre­prise », défen­daient déjà à l’au­tomne der­nier les ex-sala­riés.

 

La porte Scop refer­mée, reste à concré­ti­ser l’i­dée. Pour Europe Écologie Les Verts, c’est l’oc­ca­sion de remon­ter au cré­neau. « Pour évi­ter d’autres sinistres indus­triels simi­laires, il est plus que temps d’adopter une « loi Ecopla » qui favo­rise la reprise des entre­prises en dif­fi­cul­tés par leurs sala­riés », pointent dans un com­mu­ni­qué les porte-parole natio­naux Julian Bayou et Sandra Regol.

 

 

Nouvel espoir : un projet de loi Ecopla

 

 

« Ce que nous dit le cas Ecopla aujourd’hui, comme ce que nous disait la mobi­li­sa­tion des « Fralib » hier, c’est que notre droit pro­tège d’abord les capi­taux, les machines et les créan­ciers avant de pro­té­ger les emplois, les ter­ri­toires et les pro­jets co-construits par les sala­riés. Demain, il faut qu’une offre de reprise d’activité par des sala­riés sur site soit étu­diée prio­ri­tai­re­ment, avant un plan de ces­sion d’actifs ou une délo­ca­li­sa­tion. »

 

« Comme en Allemagne, la loi doit éga­le­ment pré­voir la coges­tion des entre­prises en réser­vant des sièges avec droit de vote dans les conseils d’administration aux sala­riés. Les sala­riés de notre pays doivent enfin être for­més au fonc­tion­ne­ment des Scop. »

 

Place à un pro­jet de loi ? Pour les ex-Ecopla, qui veulent encore croire que leurs ren­contres avec Emmanuel Macron, Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon por­te­ront leurs fruits sur le ter­rain légis­la­tif cette fois, le com­bat ne serait pas com­plè­te­ment perdu… En 2012, Benoît Hamon, alors ministre de l’Économie sociale et soli­daire, avait déjà défendu cette idée. Tout comme Emmanuel Macron en 2014 quand il était ministre de l’Économie. Sans aller alors plus loin…

 

PC

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2287 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.