La Ville de Grenoble fournit une mallette de mise en sûreté à chaque école

sep article



Des kits de survie et de confinement arrivent dans les écoles de Grenoble. La municipalité annonce que sa direction des Tranquillités a « financé l’acquisition des éléments d’une mallette PPMS, après recherche et essais de différents matériels ». Chaque école recevra, ou a d’ores et déjà reçu, l’une de ces fameuses mallettes.

 

 

 

La mal­lette PPMS, pour Plan par­ti­cu­lier de mise en sûreté, est un élé­ment parmi d’autres des mesures prises pour la sécu­rité des éta­blis­se­ments sco­laires. Une cir­cu­laire minis­té­rielle adop­tée le 25 novembre 2015 pré­co­nise en effet la mise en place d’un PPMS dans chaque éta­blis­se­ment.

 

 

 

Une mise en sécurité en attendant les secours

 

 

« En cas de néces­sité, ce plan doit per­mettre de mettre en sécu­rité les élèves et les per­son­nels ainsi que de mettre en œuvre les direc­tives des auto­ri­tés en atten­dant l’ar­ri­vée des secours », sti­pule ainsi la cir­cu­laire numé­ro­tée 2015-206. Un texte expli­ci­te­ment adopté suite aux atten­tats pari­siens du 13 novembre 2015.

 

Un exemple de mallette PPMS : celle du collège Gustave Courbet de Trappes (Yvelines). © Collège Gustave Courbet

Un exemple de mal­lette PPMS : celle du col­lège Gustave Courbet de Trappes (Yvelines). © Collège Gustave Courbet

 

La mal­lette PPMS com­po­sée par la Ville de Grenoble est « consti­tuée d’une caisse plas­tique trans­pa­rente » et contient, détaille-t-elle, « un poste de radio à dynamo, une lampe à dynamo, un gilet haute visi­bi­lité rouge (pour le chef d’établissement), un sif­flet métal et des gobe­lets jetables. »

 

 

 

En espérant ne jamais avoir à s’en servir

 

 

La Ville pré­cise encore que « cer­tains éta­blis­se­ments dont la confi­gu­ra­tion spé­ci­fique le néces­site (bâti­ments tota­le­ment indé­pen­dants, sans com­mu­ni­ca­tion pos­sible en cas de mise à l’abri) se ver­ront attri­buer une mal­lette sup­plé­men­taire et un jeu de Talkies Walkies ». Et ajoute natu­rel­le­ment espé­rer que « les cir­cons­tances n’amèneront jamais les direc­teurs d’établissement à s’en ser­vir ! »

 

Aucune indi­ca­tion de coût n’est en revanche déli­vrée par les ser­vices de la muni­ci­pa­lité. Sur Internet, le prix d’une mal­lette “toute faite” via les sites mar­chands spé­cia­li­sés oscille entre 100 et 200 euros envi­ron, en fonc­tion des tailles et des com­po­si­tions.

 

 

 

FM

 

 

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
3415 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Les for­ma­tions de Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1) don­nées par La Croix Rouge per­mettent d’ac­qué­rir par équi­va­lence le Brevet euro­péen des pre­miers secours (BEPS).
    Le minis­tère de l’é­du­ca­tion natio­nale devrait rendre obli­ga­toire l’en­sei­gne­ment des pre­miers secours dans le cur­sus d’en­sei­gne­ment des futurs ins­tits.
    Disons que le don de cette caisse à outils est un pre­mier pas, s’il est suivi d’un mode d’emploi et d’exer­cices pour la mise en pra­tique

    sep article
  2. Ce qui ne ser­vira stric­te­ment à rien…
    Tous, nous disons bien, tous les ensei­gnants devraient dans l’i­déal pos­sé­der le Brevet Européen de Premiers Secours…

    Et tous les éta­blis­se­ment devraient dis­po­ser d’un trauma pack de ter­rain avec civière de sta­bi­li­sa­tion, défi­bril­la­teur, tour­ni­quet, plasma, adré­na­line, mor­phine etc. ce qui pèse plus de 30 kg et néces­site une for­ma­tion poin­tue (une à deux semaines) pour du per­son­nel médi­cal ou para­mé­di­cal ou des gens ayant le bre­vet de secou­riste avancé…

    sep article