Manifestation et grève pour les droits des femmes, ce 8 mars à Grenoble

sep article



À l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, l’association Osez le féminisme appelle à travers sa section iséroise à la grève sur tous les lieux de travail ce mercredi 8 mars à 15 h 40. Un appel à la lutte pour marquer « une journée qui ne se fête pas par un cadeau ou une distribution de fleurs » et pour refuser le travail gratuit et exiger l’égalité professionnelle.

 

 

Osez le fémi­nisme donne ainsi ren­dez-vous aux habi­tants de Grenoble place Félix-Poulat ce mer­credi 8 mars à 15 h 40 pour une mani­fes­ta­tion dans le centre-ville de Grenoble qui se ter­mi­nera devant le Conseil dépar­te­men­tal.

 

Panneaux Je lutte des femmes / harcèlement sexuel = délit machiste © Osez le féminisme 38

Manifestation bou­gies allu­mées au mémo­rial Stop aux vio­lences faites aux femmes. © Osez le fémi­nisme 38

« L’année 2017 n’offre pas de répit pour toutes celles et ceux qui œuvrent à plus d’é­ga­lité et de jus­tice sociale », constate amè­re­ment  l’as­so­cia­tion Osez le fémi­nisme.

 

« Les élec­tions aux États-Unis ou dans dif­fé­rents pays euro­péens, la dépé­na­li­sa­tion des vio­lences domes­tiques en Russie, les vio­lences que subissent les femmes migrantes… Autant de signes inquié­tants pour les droits des femmes, pour les droits des popu­la­tions qui fuient les guerres, la tyran­nie, pour celles qui subissent la les­bo­pho­bie ou tout sim­ple­ment la misère », s’in­quiète l’as­so­cia­tion fémi­niste.

 

 

Des choix révélateurs de positions conservatrices

 

 

L’association se dit éga­le­ment pré­oc­cu­pée par le contexte social et poli­tique actuel, en réac­tion à la manière dont sont pas­sées der­niè­re­ment des lois très contro­ver­sées comme les lois tra­vail, Macron, Rebsamen… Mais aussi par la répres­sion du mou­ve­ment social et  la « bana­li­sa­tion des idées de l’ex­trême droite ». Des rai­sons plus que suf­fi­santes pour que « nos orga­ni­sa­tions syn­di­cales et fémi­nistes s’allient pour contrer leur pro­pa­gande men­son­gère et les reculs sociaux pour les salarié(e)s, chô­meurs et chô­meuses, pré­caires, étudiant(e)s et retraité(e)s », estime Osez le fémi­nisme.

 

En Isère, les mili­tantes expriment « leur grande colère depuis la fer­me­ture du Centre d’in­for­ma­tion des droits des femmes et des familles (CIDFF) ». Colère à laquelle s’a­joutent, au niveau de la Région, la remise en cause du Pass contra­cep­tion et le risque de voir dis­pa­raître les fes­ti­vals de cinéma LGBTQI+. « Autant de choix poli­tiques révé­la­teurs des posi­tions conser­va­trices de cer­tains exé­cu­tifs », sou­ligne l’as­so­cia­tion.

 

 

L’égalité femmes-hommes participe du progrès social

 

 

Les mili­tantes d’Osez le fémi­nisme res­tent sur leurs gardes et invitent à une grande vigi­lance. Ne serait-ce que sur l’annonce des coupes bud­gé­taires dont pâtissent les struc­tures mili­tantes pour les droits des femmes, l’accès à la santé et à l’information… « Nous ne lais­se­rons pas les dis­cours conser­va­teurs s’immiscer au cœur des soli­da­ri­tés », pré­viennent, com­ba­tives, les mili­tantes.

 

« L’égalité entre les femmes et les hommes est pour nous incon­tour­nable parce qu’elle par­ti­cipe du pro­grès social. Des mesures ambi­tieuses avec des moyens dédiés doivent être mises en œuvre de façon urgente. Des mobi­li­sa­tions d’am­pleur, com­ba­tives et soli­daires nous per­met­tront de les impo­ser », conclut le com­mu­ni­qué d’Osez le fémi­nisme.

 

JK

 

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
4487 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Bonjour

    La mani­fes­ta­tion et l’ap­pel du 8 mars sont un appel natio­nal d’un ensemble d’as­so­cia­tions fémi­nistes, de par­tis et de syn­di­cats.
    L’appel a été relayé en Isère par la Plateforme des Droits des Femmes, col­lec­tif regrou­pant des asso­cia­tions fémi­nistes, dont Osez le Féminisme ! 38, des par­tis poli­tiques et des syn­di­cats.
    Votre article se base sur le com­mu­ni­qué de presse de la Plateforme des Droits des Femmes et non sur celui d’Osez le Féminisme 38.
    Il est impor­tant pour nous de ne pas invi­si­bi­li­ser le tra­vail col­lec­tif.
    Merci donc de rec­ti­fier dans ce sens cet article.

    L’équipe d’Osez le Féminisme ! 38

    sep article
    • JK

      09/03/2017
      21:41

      Bonsoir

      A l’heure où ce fil d’info (qui n’est pas un article de fond) a été publié, nous n’a­vions en notre pos­ses­sion que le seul com­mu­ni­qué envoyé par mail signé Osez le Féminisme 38 que nous tenons à votre dis­po­si­tion. Dans ce mail il n’est fait réfé­rence, à aucun endroit dans le texte, de la Plateforme droits des femmes. Ayant eu en ma pos­ses­sion durant le repor­tage d’hier, le tract éma­nant de la Plateforme, il se trouve qu’ef­fec­ti­ve­ment son contenu est le même (tout au moins au recto) que celui du com­mu­ni­qué que nous avons reçu d’Osez le Féminisme 38. Vous aurez noté par ailleurs que l’ar­ticle publié ce jour rela­tant la mani­fes­ta­tion men­tionne bien, quant à lui, la Plateforme droits des femmes comme étant à l’o­ri­gine de l’ap­pel à la grève et à la mani­fes­ta­tion. Tout sim­ple­ment parce que nous le savions ce qui n’é­tait pas le cas pour le « fil d’info ».

      sep article
      • Bonjour,
        Etonnant car d’une part, l’ob­jet du mail qui avait été envoyé est « CP 8 mars pla­te­forme Droits des Femmes », d’autre part le contact indi­qué est « pfdf38@gmail.com », et pour finir, dans le com­mu­ni­qué de presse joint dans ce mail, il est bien mar­qué « COMMUNIQUE DE PRESSE de la Plateforme Droits des Femmes de l’Isère » tout en haut de la page…

        Merci tout de fois d’a­voir été pré­sent-e‑s le 8 mars et d’a­voir relayé cette jour­née de lutte col­lec­tive.

        sep article
        • JK

          09/03/2017
          22:11

          L’objet du mail ne m’a pas alerté spé­ci­fi­que­ment et d’autre part le mail com­porte bien la signa­ture d’Osez le fémi­nisme 38 dont l’a­dresse est il est vrai pdf38[at]gmail.com. Mais bon, c’est une adresse mail qui n’est pas for­cé­ment par­lante et je n’ai vu que la signa­ture. D’autre part, à part dans le titre du com­mu­ni­qué où la Plateforme figure effec­ti­ve­ment, rien dans le texte n’ex­plique la com­po­si­tion du col­lec­tif. D’où la méprise. En aucun cas il n’a été de notre volonté « d’in­vi­si­bi­li­ser le tra­vail col­lec­tif ». Peut-être aussi, qu’à l’a­ve­nir, vos com­mu­ni­qués devraient-ils être plus clairs ? 😉

          sep article