La Chambre régionale des comptes appelle la métropole à rééquilibrer l’offre de logement social

sep article



FOCUS – Alors que la Métro vient de rendre public son Programme local pour l’habitat 2017 – 2022, la Cour des comptes se penche sur la situation du logement social en France. Et dresse un état des lieux du logement social sur le territoire de Grenoble Alpes-Métropole, via la Chambre régionale des comptes Auvergne – Rhône-Alpes.

 

 

 

La mixité sociale, plus que jamais un enjeu dans la Métropole gre­no­bloise ? Incontestablement si l’on se fie au der­nier rap­port publié par la Chambre régio­nale des comptes sur le loge­ment social. Selon celui-ci, la métro­pole « compte une part impor­tante de ménages aux reve­nus moyens et éle­vés à fort poten­tiel d’achat ou de loca­tion », mais accueille aussi « un nombre impor­tant de ménages défa­vo­ri­sés confron­tés aux phé­no­mènes de cherté immo­bi­lière ».

 

L'Épinette, immeuble d'Actis à Grenoble, une nouvelle génération de logement social ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’Épinette, immeuble d’Actis à Grenoble, une nou­velle géné­ra­tion de loge­ment social ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« La pau­vreté est très pré­sente dans les com­munes accueillant un parc loca­tif peu cher, parc public à voca­tion sociale ou parc privé dégradé fai­sant office de parc social. À l’autre extré­mité, les reve­nus les plus éle­vés se concentrent dans les sec­teurs rési­den­tiels », sou­ligne la CRC.

 

Qui rap­pelle, sans sur­prise, la forte den­sité de loge­ments, « supé­rieure à 1 600 loge­ments par km² dans le cœur de l’ag­glo­mé­ra­tion de Grenoble (Saint-Martin‑d’Hères, Échirolles, Fontaine) ». Un « phé­no­mène de satu­ra­tion » dans un contexte où le fon­cier se fait rare.

 

 

 

Inadéquation entre l’offre et la demande

 

 

Les demandes de loge­ment social sont pour­tant nom­breuses, « bien plus impor­tantes que dans le reste du dépar­te­ment ». « Parmi les 26 768 demandes actives au 31 décembre 2015 dans le dépar­te­ment de l’Isère, plus de la moi­tié (14 500) concer­nait le ter­ri­toire de Grenoble Alpes-Métropole », écrit la CRC.

 

Avec une inadé­qua­tion entre offre et demande : le parc est consti­tué aux trois quarts de loge­ments de trois pièces et plus, quand 40 % des demandes portent sur des T2 ou T1. La CRC note enfin que les sor­ties du parc social sont un « phé­no­mène mar­gi­nal », de même que l’ac­ces­sion à la pro­priété pour les loca­taires de loge­ments sociaux.

 

 

 

Les solutions préconisées suivies dans le PLH 2017 – 2022 de la Métro

 

 

Quelles solu­tions ? La CRC invite en pre­mier lieu à « conso­li­der l’ef­fort de construc­tion ». La Métro s’est d’ores et déjà enga­gée, dans son PLH 2017 – 2022, à construire 1100 nou­veaux loge­ments sociaux par an, et à en réha­bi­li­ter 6 000 autres. Mais la CRC invite éga­le­ment Grenoble Alpes-Métropole à « rééqui­li­brer son offre de loge­ments sur l’ensemble de son ter­ri­toire, en se dotant d’outils opé­ra­tion­nels pour déga­ger du fon­cier dans un ter­ri­toire contraint géo­gra­phi­que­ment ».

 

Christine Garnier, Christophe Ferrari et Françoise Cloteau durant la présentation du Programme Local pour l'Habitat 2017-2022 de la Métro. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christine Garnier, Christophe Ferrari et Françoise Cloteau durant la pré­sen­ta­tion du Programme local pour l’ha­bi­tat 2017 – 2022 de la Métro. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une démarche que la Métro semble avoir bel et bien entre­prise, affi­chant sa volonté de mieux répar­tir l’ef­fort d’ac­cueil de loge­ment social sur l’en­semble de son ter­ri­toire. Et cela dans le contexte d’une loi SRU qui contraint les com­munes de plus de 3 000 habi­tants à comp­ter au moins 25 % de loge­ments sociaux sur leur ter­ri­toire. Seules trois com­munes de la Métro rem­plissent actuel­le­ment cet objec­tif.

 

Des élé­ments qui per­mettent à la CRC de conclure que « le diag­nos­tic sur le loge­ment social dans l’agglomération gre­no­bloise était lar­ge­ment par­tagé par l’ensemble des acteurs locaux ». Avant de pré­sen­ter un der­nier enjeu, « cer­tai­ne­ment avec l’État, les com­munes et les bailleurs » : « parve­nir à une poli­tique d’attribution plus trans­pa­rente avec des cri­tères d’attributions connus et res­pec­tés ».

 

 

Florent Mathieu

 

 

LA COUR DES COMPTES SÉVÈRE AVEC LA SITUATION DU LOGEMENT SOCIAL EN FRANCE

 

 

« Le loge­ment social face au défi de l’accès des publics modestes et défa­vo­ri­sés », tel est le titre du rap­port public pré­senté par la Cour des comptes, le 22 février der­nier. Un rap­port auquel a notam­ment par­ti­cipé la Chambre régio­nale des comptes (CRC) Auvergne – Rhône-Alpes, dres­sant un état des lieux du loge­ment social sur la Métropole gre­no­bloise.

 

Les HLM d'autrefois, barres d'immeubles et de fenêtres © Chloé Ponset - placegrenet.fr

Les HLM d’au­tre­fois, barres d’im­meubles et de fenêtres. © Chloé Ponset – placegrenet.fr

Au point de vue natio­nal, la Cour des comptes n’est pas tendre avec la situa­tion du loge­ment social. Elle déplore ainsi « une poli­tique qui ne per­met pas de loger dans des délais rai­son­nables tous les publics éli­gibles » et reproche aux acteurs du loge­ment social de trop miser sur la construc­tion neuve, « et insuf­fi­sam­ment vers une ges­tion active du parc exis­tant ».

 

La ques­tion de la mixité sociale s’in­vite, elle aussi, dans les récri­mi­na­tions de la Cour de comptes. Elle note un « dés­équi­libre entre les modes de loge­ments dans cer­taines zones », en consta­tant que « 63 % des habi­tants des quar­tiers prio­ri­taires de la poli­tique de la ville occupent ainsi un loge­ment social, contre 13 % en dehors ». Et appelle, de fait, à trou­ver une « cohé­rence » au niveau ter­ri­to­rial.

 

 

LES BAILLEURS SOCIAUX DE LA RÉGION RÉPONDENT A LA COUR DES COMPTES

 

 

En réac­tion au rap­port de la Cour des comptes sur le loge­ment social, l’Union sociale pour l’ha­bi­tat Rhônes-Alpes Arra a tenu à sou­li­gner « l’en­ga­ge­ment à garan­tir l’accès au plus grand nombre à un loge­ment digne et de qua­lité, prin­ci­pale garan­tie de la cohé­sion sociale » des bailleurs sociaux de la région.

 

 

Abaisser les pla­fonds en zone ten­due : une « concen­tra­tion de pau­vreté » ?

 

 

« Concernant, la pro­po­si­tion de baisse des pla­fonds de res­sources pro­po­sée par la cour des comptes, les bailleurs sociaux rhô­nal­pins insistent sur la néces­sité de main­te­nir le prin­cipe de mixité sociale ins­crit dans la loi, auquel aspirent les habi­tants et les col­lec­ti­vi­tés locales. Le remettre en ques­tion en pré­co­ni­sant une spé­cia­li­sa­tion accrue du parc social dans l’accueil des ménages aux reve­nus modestes ris­que­rait à terme de déve­lop­per des effets de concen­tra­tion de pau­vreté », écrit notam­ment l’Arra.

 

Conférence de l'Absise, les bailleurs sociaux de l'Isère, membres de l'Arra. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Conférence de l’Absise, les bailleurs sociaux de l’Isère, membres de l’Arra. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Cour des comptes pré­co­nise en effet d”« abais­ser les pla­fonds de res­sources en zone ten­due et de façon dif­fé­ren­ciée selon la situa­tion des ter­ri­toires et la néces­sité de pro­mou­voir la mixité sociale ». Le risque de créer, ou de ren­for­cer, des “ghet­tos de pauvres” ?

 

 

Des « solutions innovantes », selon la présidente de l’Arra

 

 

Isabelle Rueff, directrice de l'Opac 38 et président de l'Arra © DR

Isabelle Rueff, direc­trice de l’Opac 38 et pré­si­dente de l’Arra © DR

« Nous tenons à res­pec­ter le prin­cipe de la mixité sociale, et nous main­te­nons que là où il n’est pas res­pecté, en France, ou à l’étranger, cela pro­duit, des atti­tudes de haine, de rejet, et des situa­tions de cli­vage », écrit encore Isabelle Rueff, pré­si­dente de l’Arra.

 

Avant de pro­mou­voir des « solu­tions inno­vantes » : « en région Rhône-Alpes, l’ensemble des bailleurs sociaux mise sur l’expérimentation, en matière de mobi­lité, de poli­tique d’attribution, diver­si­fie son offre de loge­ment, et ins­crit les loca­taires dans un par­cours rési­den­tiel en favo­ri­sant entre autre l’accession sociale à la pro­priété. »

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3600 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Encore un super bou­lot tip-top aux petits oignons de la Métropole. 3 ans, un PLH par­fai­te­ment ban­cal et insuf­fi­sant basé sur une poli­tique simple : les pauvres et les centres com­mer­ciaux à la péri­phé­rie dans les com­munes com­mu­nistes et les riches au « Cœur de Métropole ».

    Les recom­man­da­tions de la Chambre des Comptes sont par ailleurs celles de la fon­da­tion Un Toi pour Tous qui datent de juin 2016…

    sep article